Les retraites. Trois siècles d’histoire

L’histoire des retraites, des régimes pionniers au régime général, a commencé en France il y a plus de 300 ans. Ce sont alors les premiers régimes « spéciaux » qui apparaissent, puis pointent les notions d’assistance, au temps de la révolution française, puis se développent les pensions dans les mines ou dans les compagnies de chemins de fer, au temps des révolutions industrielles. Les notions de cotisations, de répartition, de capitalisation pointent aussi. Parallèlement à l’Etat, au patronat, à l’église, apparaissent de nouveaux acteurs, sociétés de secours mutuels, syndicats, sociétés d’assurance… Des lois se succèdent, 1853, 1905, 1910, 1930… jusqu’aux ordonnances de 1945.

1ère partie
 
2e partie
 
 

« Analyse Retraites », par le Comité de mobilisation de la Direction générale de l’INSEE

Qui montre qu’il est possible de financer les retraites sans reculer l’âge de départ ou diminuer les pensions.

Une brève histoire des retraites – Épisode 2/4: les retraites aux États-Unis

Aux États-Unis, la protection sociale se met en place beaucoup plus lentement qu’en Europe, pour quatre raisons principales.

Aux États-Unis, la protection sociale se met en place beaucoup plus lentement qu’en Europe, pour quatre raisons principales.

Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 2/4: les retraites aux États-Unis »

Une brève histoire des retraites – Épisode 3/4: histoire récente des retraites en France

En France, si on reprend l’histoire là où on l’avait laissée, c’est-à-dire aux transformations successives du compromis de 1945, une étape importante est constituée par le Livre Blanc sur les retraites de 1991.

Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 3/4: histoire récente des retraites en France »

Une brève histoire des retraites – Épisode 4/4: les mesures proposées par le gouvernement actuel en perspective

Dans la perspective générale esquissée ici, les projets du gouvernement actuel se comprennent donc comme comportant deux axes.

Le premier axe consiste en la poursuite des « réformes paramétriques » telles que pratiquées depuis 1993, c’est-à-dire la modification progressive de paramètres des retraites par répartition de manière à diminuer peu à peu le coût pour les caisses de financement, et donc le coût du travail pour les entreprises : recul de l’âge ouvrant le droit à une retraite à taux plein, calcul du montant de la retraite sur une durée de cotisation de plus en plus longue, etc. Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 4/4: les mesures proposées par le gouvernement actuel en perspective »

Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial »

Si la « justice sociale » est convoquée par le gouvernement afin de justifier sa refonte des retraites, c’est en réalité l’enclenchement de leur financiarisation et de leur appauvrissement qu’il entend mettre en œuvre, notamment en réduisant la contribution des salariés les mieux rémunérés au financement du système et en leur créant un nouveau régime spécial. ANALYSE

par Mickaël Ciccotelli

Continuer la lecture de « Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial » »

Le nouveau cadre européen d’épargne retraite par capitalisation (PEPP) : une opportunité pour la gestion d’actifs

Récemment adopté par le Conseil européen, le règlement PEPP (Pan European Personal Pension) crée un label européen pour des produits d’épargne retraite volontaire et individuelle. Il va conforter le rôle d’acteurs collectifs puissants, en particulier les grandes sociétés de gestion d’actifs (BlackRock, Amundi…) qui dominent la prise de décision en matière de placement financier. ANALYSE

par Jacques-Olivier CHARRON

Continuer la lecture de « Le nouveau cadre européen d’épargne retraite par capitalisation (PEPP) : une opportunité pour la gestion d’actifs »

Les actionnaires financent-ils l’économie ?

L’entreprise Black Rock, qui conseille le gouvernement français sur la réforme des retraites, est aussi l’un des plus gros acteurs de la retraite par capitalisation. Nombre de ses clients sont des fonds de pension dont la mission est de placer sur les marchés financiers les cotisations de leurs adhérents. Au titre des vertus prêtées à ce mécanisme, on entend souvent l’argument selon lequel ces placements participeraient, par l’investissement en actions, au financement de l’économie. Mais qu’en est-il précisément ? Les actionnaires financent-ils vraiment les firmes et, de-là, l’ensemble de l’économie ?

par François-Xavier Dudouet

Continuer la lecture de « Les actionnaires financent-ils l’économie ? »

La mise sur le marché paradoxale de la retraite par répartition

Résumé d’un article de Mickaël Ciccotelli, paru dans le dossier « Argent public » dirigé par V. Gayon et B. Lemoine, pour la revue Genèses.

La « réforme » des retraites par répartition, menée en France depuis vingt ans, se traduit par une diminution du niveau des pensions servies par les régimes obligatoires. En parallèle, les incitations fiscales se multiplient afin de favoriser la constitution d’une épargne privée venant « compléter » ces retraites en répartition.

Continuer la lecture de « La mise sur le marché paradoxale de la retraite par répartition »

La retraite, un patrimoine ?

Si la création de systèmes d’épargne retraite est l’un des principaux axes de l’action publique en matière de pension, le mouvement actuel de transformation de la retraite ne peut être réduit au développement de régimes capitalisés. Il redéfinit également la forme et le sens de la répartition. Des organisations internationales comme le FMI constituent des forums où se discutent les conventions comptables des retraites poussant à leur patrimonialisation. ANALYSE

Extraits d’un article de Yann Le Lann, paru dans le dossier « Argent public » dirigé par Vincent Gayon et Benjamin Lemoine pour la revue Genèses 2010/3 (n° 80) [Accès libre]

Continuer la lecture de « La retraite, un patrimoine ? »