Le « garrot d’or » de la dette et de la finance se resserre sur l’État social

En creusant les inégalités sociales via la logique de l’épargne individuelle, la retraite par capitalisation, même partiellement mise en place via le système par points et les « complémentaires » privées, augmenterait le pouvoir politique que détiennent d’ores et déjà les classes épargnantes sur l’État. Leur détention d’obligations du Trésor agit comme un « garrot d’or » sur l’orientation des politiques économiques et sociales. Comment en est-on arrivé là ? PERSPECTIVE

par Benjamin Lemoine

1. Depuis le début des années 2000, la financiarisation des retraites avance à bas bruit sur le terrain comptable

Dans les années 2000, les débats comptables sur les retraites dans les enceintes européennes ont débouché sur une définition des retraites entendues comme une dette de l’État ou des systèmes de sécurité sociale. Considérer les retraites comme des dettes des régimes publics vis-à-vis des ménages impose une conception « patrimoniale » de la cotisation sociale : en face de chaque passif (engagement des systèmes de retraites) correspond un actif (un contribuant et ses contributions). Cette logique de la dette constitue une rupture avec les principes fondateurs des retraites par répartition qui ont construit la cotisation retraite comme un transfert social [1]. Les retraites par répartition avaient, à dessein, un caractère non contributif : des individus ont des droits sans avoir personnellement contribué en proportion, les pensions représentant une partie de la richesse socialisée ou mutualisée[2]. À la « patrimonialisation » du public (et de son système de retraites), le projet macroniste veut adjoindre une patrimonialisation privée, via la détention de titres financiers dans un portefeuille d’actifs diversifié où les titres d’État jouent le rôle d’actifs sans risques.  

Les premières mesures de la présidence Macron ont été celles de la défiscalisation de l’épargne (flat tax et suppression de l’ISF) qui se place en produits d’assurance-vie, en complémentaire retraite, autant de supports qui contribuent au financement de l’État via les obligations du Trésor. Les allègements fiscaux qui grèvent le budget de l’État et doivent être compensés par le reste des contribuables, via la TVA et d’autres impôts inégalitaires, se traduisent par des appels à l’épargne privée par l’État plus importants et nourrissent les patrimoines financiers qui viennent, sous conditions de « réformes libérales », se placer en obligations du Trésor. La réforme des retraites par capitalisation vient boucler l’ordre inégalitaire et austéritaire de la bourgeoisie financière.

2. Qui sont les détenteurs de dette publique ?

Les transferts de capitaux entre patrimoines privés et patrimoine public se sont intensifiés à travers la financiarisation de la dette publique. Si, au terme d’un rapport de force politique et social favorable, le régime de financement de l’État mis en place après-guerre avait pu atténuer le pouvoir de nuisance et le levier d’action politique direct des agents privés (financiers, grands épargnants, rentiers, banques, grandes sociétés), tout porte à croire que les financiers privés, nationaux et globaux, détiennent à travers la dette publique un accès à, de même qu’un pouvoir sur l’État. Ce que Marx appelait en son temps le « garrot d’or » par lequel la bourgeoisie étrangle la monarchie absolue[3]. La concentration des richesses et des pouvoirs politiques aux mains d’une élite passe par la détention de titres obligataires émis par l’État et mis sur le marché financier global par l’administration du Trésor à partir des années 1980. Moins détenue « en physique » et en direct, mais souscrite via la médiation des « investisseurs institutionnels » (compagnies d’assurances, fonds obligataires) spécialisés dans la collecte et la gestion de l’épargne, la dette est devenue une affaire de professionnels[4]. Les produits d’assurance-vie ou de complémentaire retraite viennent se placer dans ces titres d’État. Ouvrir un marché supplémentaire à la retraite par capitalisation revient à approfondir et consolider la domination politique de ces financiers sur l’État. Loin de l’image du  « nous sommes tous créanciers de l’État », la détention des titres publics est fortement inégalitaire, comme cela est observé aux USA par Sandy Brian Hager  :

« En 1983, le célèbre « 1 % » des ménages américains les plus riches possédait environ un tiers de la dette publique américaine détenue par les ménages. Cette part a augmenté progressivement pour atteindre 38 % en 2007. Avec la crise de 2008, la part de la dette publique détenue par le centile supérieur s’établit à 42 % en 2010, puis au chiffre record de 56 % en 2013. Une dynamique similaire sous-tend la propriété de la dette publique des États-Unis par les entreprises privées. (…) Le puissant […] groupe des « 1 % » et des grandes entreprises qui dominent la détention nationale de la dette publique exercent une emprise considérable sur le système politique américain, faisant obstacle aux politiques publiques susceptibles de compromettre le statut « sans risque » des titres du Trésor américain »[5].

En France, la détention inégalitaire et intermédiée de bons et obligations d’État s’observe dans les différences sociales face à l’épargne[6]. Une étude de la Banque Centrale Européenne montre qu’en 2013, à l’échelle des pays de l’UE, seulement 1,7 % des ménages français détiennent directement des titres d’État, 37,5 % détiennent une assurance-vie ou une épargne pension volontaire, et 10,7 % détiennent des actifs financiers dans des fonds de placement. Selon la même étude, 72,5 % des détenteurs d’actifs financiers en France se situent dans les 20 % les plus aisés de la population en termes de revenu, et 70,9 % d’entre eux se situent dans les 20 % les plus aisés en termes de patrimoine.

3. « Voter avec ses pieds » : pouvoir financier sur l’État et « risque politique »

Un point de ralliement de la fraction dominante des détenteurs d’obligations réside dans la notion de « risque politique » : celui-ci matérialise en creux la conception de l’ordre social, économique et politique qu’il convient de perpétuer. Le concept financier de risque politique (qui se présente sous la forme de « scores » et de notations) combine des critères économiques, juridiques et politiques : soit un ensemble de spéculations faites par les investisseurs sur la stabilité du corps social, la transparence du gouvernement, l’indépendance des banques centrales, le respect du droit financier, etc. Structurant depuis longtemps les économies et espaces publics des pays dits « émergents » (par exemple en Amérique Latine),  le risque politique a été médiatisé lors la dernière campagne présidentielle en France – avec le « risque Mélenchon » ou « Le Pen » face à la présumée stabilité d’un vote Macron ou Fillon. Ce risque n’est autre que celui de l’indocilité sociale ou politique, de la réticence à être « réformés », du changement de priorités macro-économiques face à l’inflation, au « coût du travail » ou à la gestion austéritaire des budgets publics et privatisée des économies nationales. La subversion de ces « fondamentaux », quel que soit le bord politique, est assimilée à une montée du « populisme » (cf. ci-dessous l’analyse du monde politique selon BlackRock). Ce risque est encouru par cette classe particulière de financiers devenus « investisseurs » dans l’État. Ces fractions de la population (nationale et étrangère), en décidant de prêter ou non aux États (ce qu’on appelle « voter avec les pieds » en se rendant ou non aux séances de vente aux enchères de titres publics), ont désormais, avec la libéralisation des mouvements de capitaux internationaux, le pouvoir d’arbitrer entre des systèmes sociaux qui leur semblent plus ou moins favorables : c’est-à-dire ceux qui leur garantissent le paiement régulier de leurs intérêts et le remboursement de leur principal, voire leur ouvrent éventuellement des segments de marchés et des opportunités, par exemple celui de la retraite par capitalisation.

Le « risque politique » selon BlackRock[7] : la montée du soutien aux politiques qualifiées de « populistes »

4. Le garrot d’or de la dette: savoir identifier les classes sociales dans ces « réformes »

La face la moins visible du projet de retraite par capitalisation consiste à renforcer la classe particulière de financiers (bourgeoise, sinon néo-aristocratique) qui a « investi » dans l’État et se comporte comme les nouveaux « actionnaires » de l’État.

S’amorce un retour à la situation observée par Marx au XIXème siècle :

« L’endettement de l’État était (…) d’un intérêt direct pour la fraction de la bourgeoisie qui gouvernait et légiférait au moyen des Chambres. C’était précisément le déficit de l’État, qui était l’objet même de ses spéculations et le poste principal de son enrichissement. À la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or, chaque nouvel emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’État, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans les conditions les plus défavorables. Chaque nouvel emprunt était une nouvelle occasion, de dévaliser le public qui place ses capitaux en rentes sur l’État, au moyen d’opérations de Bourse, au secret desquelles gouvernement et majorité de la Chambre étaient initiés. Le fait que la fortune publique échoit aux mains de la haute finance, par quoi est-il déterminé ? Par l’endettement toujours croissant de l’État. Et l’endettement de l’État ? Par l’excès continuel de ses dépenses sur ses recettes, disproportion qui est à la fois la cause et l’effet du système des emprunts publics »[8].


[1] Yann Le Lann, « La retraite, un patrimoine ? », Genèses, 2010/3 (n° 80), p. 70-89. DOI : 10.3917/gen.080.0070. URL :

[2] Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, La découverte, Paris, 2016.  Cf. aussi J-M. Harribey, Retraites, L’heure de vérité. Systèmes de retraites par points et par comptes notionnels : l’individualisation des retraites, Attac / Fondation Copernic, Syllepse, Paris, 2010.

[3] Bruno Théret, « L’argent public et les régimes économiques de l’ordre politique », Genèses, 2010/3 (n°80).

[4] Sandy Brian Hager, Hager Sandy Brian (2016), Public Debt, Inequality and Power. The Making of A Modern Debt State, University of California Press.

[5] B. Lemoine « Dettes souveraines et classes sociales. Plaidoyer pour des enquêtes sur la stratification sociale et l’ordre politique produits par la dette de marché », Raisons pratiques. Éditions de l’EHESS, 2018

[6] Rappelons par exemple qu’en 2009, plus d’un tiers des ménages français ne couvrent pas leurs dépenses et disposent donc d’une épargne résiduelle. « Les inégalités entre ménages dans les comptes nationaux », INSEE Première, n°1265, 17/11/2009.

[7] BlackRock Gepolitical Dashboard, Décembre 2019.

[8] Karl Marx, Les luttes des classes en France, 1848-1850, 1850.


Une réflexion sur « Le « garrot d’or » de la dette et de la finance se resserre sur l’État social »

  1. Membre d’un syndicat du secteur public de l’énergie (production d’électricité), je fais observer que l’irrationalité ambiante des membres des conseils de « surveillance » de ces institutions financières qui pensent avoir le pouvoir de domination sans limite risquent de créer à terme un beau désordre qui va les faire sauter comme des bouchons de Champagne….
    La question est de préparer la suite….car si on ne se projette pas maintenant ils reviendront encore et encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.