Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme

Benjamin Lemoine

Référence(s) : Frédéric Lordon (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de Sciences Po, Paris, 2008, 339 p.

L’ouvrage collectif dirigé par Frédéric Lordon représente une innovation importante pour les études qui prennent pour objet les liens entre l’économie et le politique. Les huit contributions proposent de revisiter empiriquement les composantes hétérogènes des agencements du capitalisme dans lesquels s’enchâssent savoirs économiques, dispositifs monétaires, juridiques, fiscaux et modes de gouvernement. L’intérêt méthodologique est d’insister sur l’historicité de ces assemblages en réhabilitant la politique qui les traverse de part en part. Dans ses deux contributions et son avant-propos, le directeur de l’ouvrage explicite les rapports au politique des diverses sciences économiques et en dresse un inventaire. Cela le conduit à proposer une redéfinition du politique qu’il adosse à celle de Baruch Spinoza et comprend comme les états de conflictualité qui parcourent nos sociétés : le politique étant à la fois cette « agonistique » incessante et généralisée des rapports sociaux et l’art de la gestion de ces « divergences ».

Frédéric Lordon commence par écorner le politique tel qu’il est considéré dans la New Political Economy (NPE) et la New Institutional Economics (NIE). Ces « nouveaux » courants de l’économie classique s’attaquent désormais aux terrains de recherches des sciences économiques « hétérodoxes » (marxisme, régulation, conventions, etc.) qui, chargés de politique, d’histoire et de symbolique, avaient « le défaut » de s’apparenter aux sciences humaines et donc de ne pas répondre à l’impératif de purification épistémologique de l’économie classique d’alors. Avançant, comme l’écrit l’auteur, tel un « bulldozer » sur ces objets historiques, ils en donnent une appréhension biaisée par une myopie positiviste et une ignorance des travaux qui ne sont pas inscrits sous la bannière de la théorie du choix rationnel. Ces analyses livrent, sans aucune forme de contrôle, une sociologie politique spontanée – évoquant par exemple la tendance au vote à gauche des femmes – et réduisent le fait politique à la façon dont des coalitions électorales, comprises comme des variables indépendantes, perturbent la structure du marché autorégulé. En cela, la nouvelle économie classique reconduit paradoxalement les pires dualismes du mauvais marxisme, son éternel ennemi, en séparant la structure du marché autorégulé de la superstructure des instabilités politiques. Structuration à deux niveaux dans laquelle la politique n’est autre chose que cette couche « parasitaire jetée sur l’infrastructure économique fondamentalement saine du marché walrassien muni de toutes ses propriétés d’autorégulation ». On retrouve une forme dérivée de grand partage entre science et politique : d’un côté, le rationnel de la science économique et du marché ; de l’autre, la zone pathologiquement instable des pulsions électorales, des groupes d’intérêts et de la « foule manifestante » dédiée au politique. Pour répondre à la menace que constitue la colonisation des objets empiriques par la NPE et la NIE, l’auteur propose de dresser le bilan de deux héritages dans les rapports au politique.

Au moment de décrire les institutions et leurs conjonctures critiques – séquences de fondation, de crise et de refondation – la première version de la théorie de la régulation n’a eu de cesse de « rencontrer » le politique comme « concept intermédiaire », sous la forme de la contention du conflit, du pouvoir « Instituteur » de l’État, de la négociation de « compromis institutionnalisés » ou de l’installation durable d’asymétries sociales. Dans le même sillage, la seconde théorie de la régulation a étudié le politique pour lui-même, en lui restituant sa topologie spécifique et son autonomie relative. Il s’agissait, dans une « sociopolitique d’ensemble », d’observer « la co-évolution » et « l’interpénétration » des « ordres économiques et politiques » et de prêter attention à « ce qui tient ou se décompose », « ce qui fait régime ou entre en crise ». La proposition de l’auteur consiste à réunir ces deux héritages par leur plus petit commun dénominateur : une ontologie politique conflictuelle de l’être social. Le primat du conflit, des luttes, des « puissances conatives », en référence à l’égide spinoziste sous laquelle se place Frédéric Lordon, voilà ce que les théories de la régulation auraient « dans le crâne » et qui pourrait les doter d’une théorie de l’action consistante.

Bien que faiblement imprégnés du vocabulaire spinoziste, les textes empiriques des contributeurs de l’ouvrage ont en commun de regarder comment ces flux politiques, ces « puissances conatives » – les conflits sociaux, les luttes politiques, les contestations ou les forces de maintien de l’ordre, les controverses économiques, scientifiques, techniques – se fixent, temporairement ou durablement, dans des assemblages de type capitaliste. À titre d’exemple, Ramine Motamed-Nejad décrit le fonctionnement « en régime » normal d’un ordre social, économique et politique capitaliste : celui de la politique monétaire iranienne. Le montage y est toujours précaire et, depuis 1979, nécessite un travail permanent de réactualisation des pouvoirs. André Orléan, en dégageant la monnaie de son interprétation « instrumentale », montre que son « élection » doit être appréhendée comme le résultat d’un processus conflictuel : son adoption par le plus grand nombre doit être considérée comme « primordiale et non secondaire », parce que l’adoption sociale d’une telle valeur de référence rend possibles et « efficaces » les échanges marchands d’un régime d’accumulation de la valeur de type capitaliste. En refusant d’en faire une régression, c’est-à-dire un refus irrationnel de la monnaie et en évitant l’explication classique en termes de quantité monétaire – pénurie ou surémission – Pépita Ould-Ahmed réhabilite, dans sa contribution, la charge politique du « troc » en Russie. « Problématiser le troc en soi », c’est prendre au sérieux le fait que ces pratiques soient porteuses d’une contestation de l’institution du rouble comme seul moyen de paiement. Alexandre Roig reconstitue, dans sa contribution, la scène où s’est, en partie, jouée l’instauration de la convertibilité en dollars de la monnaie en Argentine en 1991 : une négociation entre trois personnages, hommes d’États et économistes, un dimanche soir à la campagne. Il montre comment ces porte-paroles auto-institués de mondes divers reproduisent, au sein de leur étroit cénacle, le monde social et ses attentes supposées pour établir un ordre monétaire « éternel ». Enfin, la contribution de Sabine Montagne montre comment le dispositif juridique du trust – la délégation par le salarié à un fondé de pouvoir de la gestion de son épargne financière – prolonge la domination du salarié jusque dans ses placements financiers. Tout en rigidifiant dans le droit la dépossession du salarié, le trust s’articule, de façon paradoxale, avec une philosophie économique et politique libérale qui promeut l’autonomisation du salarié.

Au final, la collection de textes a le mérite d’ouvrir des perspectives interdisciplinaires fortes. Au-delà du projet d’appréhension du politique comme état de conflictualité, ce sont bien les objets d’études eux-mêmes qui façonnent au politique ses figures, ses prises et ses modes d’existence pluriels. On regrettera cependant l’absence d’échanges entre une telle ontologie du capitalisme et les travaux récents de sociologie politique sur les phénomènes de politisation ou de dépolitisation des problèmes publics – problèmes publics qui sont aussi, en partie, des problèmes économiques.

Référence électronique

Benjamin Lemoine, « Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, F. Lordon (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 – n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15057


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.