La France doit ressusciter le Plan

Le degré d’impréparation avec lequel notre pays est entré dans la crise sanitaire du Covid-19 est révélateur d’une faillite politique entamée il y a une quarantaine d’années, lorsque l’Etat français a décidé qu’il ne jouerait plus le premier rôle sur le plan économique.

par François-Xavier Dudouet

Le degré d’impréparation avec lequel notre pays est entré dans la crise sanitaire du Covid-19 est révélateur d’une faillite politique entamée il y a une quarantaine d’années, lorsque l’État français a décidé qu’il ne jouerait plus le premier rôle sur le plan économique. Les pénuries en tout genre que nous rencontrons dans cette crise majeure – en masques, en gels hydro-alcooliques, en lits de réanimation, en personnel soignant, en médicaments – n’est pas à attribuer à tel ou tel gouvernement, même si les enquêtes post-crises s’emploieront à établir certains moments clefs, mais à une idéologie qui avait fait du marché le deus ex-machina de l’ordre social, c’est-à-dire la manière optimale de pourvoir à l’ensemble des besoins des populations, y compris en cas de crise majeure.

Cette idéologie, à laquelle les dirigeants français ont largement souscrite depuis 40 ans, confinait la puissance publique à un rôle de régulateur lointain, s’effaçant devant la suprématie des arrangements interindividuels. L’autorité de l’État était jugée suspecte et ses compétences économiques considérées au mieux comme nulles mais plus souvent comme néfastes. Il était inutile de protéger des secteurs industriels, la compétition internationale pourvoirait aux mêmes produits à des coûts bien moindres. Ainsi que l’avait théorisé William Graham Sumner, dans The Forgotten Man (1918), l’État n’était pas en mesure de faire le bonheur des gens et ses interventions, au nom de l’intérêt général, ne pouvaient être que contre-productives. Milton Friedman dans son célèbre article « The Social Responsability of Business is to Increase its Profits » (1970) ne disait pas autre chose. Rien ne devait entraver la possibilité du profit érigé en aune tant de la justice sociale que du bien être commun.

Fondamentalement, la société devait être laissée le plus possible à elle-même et l’assouvissement de ses besoins remis à l’équilibre spontané des échanges marchands répartis sur l’ensemble de la planète. Dans cette vision, que l’on qualifie souvent de néo-libérale mais qui est, avant tout, la vision américaine du libéralisme, les États-nations sont destinés à se fondre dans une vaste société transnationale régulée par les lois du marchés. Les États européens, dont le nationalisme avait été jugé responsable des deux guerres mondiales, ont été, sous l’impulsion initiale des États-Unis, les porte-drapeaux de cette nouvelle intégration transnationale, dans laquelle l’interdépendance économique accrue devait rendre impossible la survenue de nouveaux conflits armés. L’ordre marchand, « pacifique par nature », devait se substituer à l’ordre étatiste « belliqueux dans son essence ».

Pourtant, la première secousse importante venue nous rappelle que c’est au niveau des États-nations que se gèrent la protection et le soin des populations. La pandémie du covid-19 a mis en abîme l’échec des formes existantes de coopérations transnationales. L’OMS peine à mettre en place une politique commune d’endiguement de la pandémie alors même que c’est l’une de ses missions premières. Aucune coordination ne s’est faite jour en Europe, où chaque pays suit son propre calendrier de confinement sans aucune mise en commun des ressources financières et médicales, si ce n’est, et il faut le saluer, l’évacuation sanitaire de malades dans les hôpitaux frontaliers. Quand l’Allemagne est en mesure de tester 500.000 personnes par semaine, la France n’en teste que 63.000 (en date du 25 mars). Il n’y a pas de répartition européenne des moyens en fonction des besoins mais bien des politiques nationales compensées par quelques gestes de charité. La solidarité est pour l’heure balbutiante, révélant le caractère purement mercantile de l’Union et par là toute son aporie politique. La gestion de la crise sanitaire se fait, donc, au niveau des États-nations et l’on distingue alors ceux qui étaient préparés et ceux qui ne l’étaient pas, ceux qui avaient un État fort, doté d’une administration puissante, des stocks conséquents et ceux qui croyaient posséder un État fort alors qu’ils sont en passe de devenir un pays sous développé. La France fait clairement parti de la seconde catégorie. Autrefois, admirée à travers le monde pour son modèle étatiste, c’est désormais pour l’impéritie de son État qu’elle risque d’être citée comme modèle.

Il faut dès à présent tirer une première leçon de cette crise. Contrairement à ce qui a pu être avancé, les États-nations sont appelés à continuer à jouer un rôle majeur dans la vie et la protection des populations, non seulement en période de crise mais, plus fondamentalement, en période de non crise. Ce que nous révèle la crise du covid-19 est qu’il existe des besoins primaires qui ne peuvent être laissés ni au libre jeu du marché ni à la coopération internationale mais qui doivent être sécurisés au plan national. Cela implique une production locale minimale de certains biens et services, devant être sauvegardés à tout prix. La création de secteurs protégés implique en retour la mise en place d’une régulation étatique forte afin de s’assurer de l’approvisionnement nécessaire, d’un niveau de stock suffisant, de débouchés et donc d’un niveau de prix qui garantisse à la fois la rentabilité de la production et l’accès à l’ensemble des consommateurs.

Ce système n’est pas une chimère. Il était en place en France jusqu’en 1993 : c’est le Plan. La planification a fonctionné en France entre 1946 et 1993. Elle a permis au pays de se reconstruire après la seconde guerre mondiale et elle est étroitement associée aux Trente Glorieuses. Loin d’édifier un système économique sclérosé, le Plan a permis le développement des infrastructures routières, du bâtiment, des télécommunications, de nombreux services publics mais aussi d’un environnement favorable à l’initiative entrepreneuriale. Adossé à un mode de financement original qui n’avait pas besoin de capitaux extérieurs, l’État a pu financer l’ensemble de l’économie sans recourir à la dette. C’est sous son égide que naquit quelques-uns des fleurons du capitalisme français actuels : Accor, Bouygues, Sodexo, Carrefour, Club-Méditerranée, Cap Gemini, Bic. D’autres sont devenus des groupes internationaux durant les années 1960-1970 : L’Oréal, Danone, Essilor, Publicis, Pernod-Ricard. Les dernières success stories à la française datent des années 1980, tels Altran, Gemplus, Business Object, LVMH,  mais à l’exception de la dernière, largement aidée par l’État à son démarrage, les firmes citées ont été rachetées où sont en passe de l’être, alors mêmes qu’elles étaient leaders en leur domaine. Depuis 1993, on cherche les pépites françaises devenues des leaders mondiaux.

La planification ne s’oppose pas à la libre entreprise mais favorise au contraire son développement en garantissant investissements et consommation. Le fait que nous soyons aujourd’hui dépendant de la Chine pour nos besoins de première nécessité non de nos partenaires européens ni même de notre allié américain, montre toute l’étendue du désastre de la mondialisation débridée et des mirages de la « loi » des avantages comparatifs. Nous avons été beaucoup trop loin dans le désengagement de l’État de l’économie. La situation d’extrême dénuement dans laquelle cette crise nous surprend doit être entendue comme un signal d’alarme pour un retour de la puissance publique au cœur de l’économie. Il ne suffit pas de déclarer une liste des opérateurs d’intérêt vital, encore faut-il leur garantir les conditions minimales de leur viabilité dans un état proche de l’autarcie. Nous le faisons pour le Rafale, pourquoi ne pas le faire pour la santé ? 

Mais la planification du XXIe siècle aura aussi d’autres objectifs. Ce sera l’occasion d’engager résolument notre pays vers la transition écologique en développant de nouvelles énergies, de nouveaux modes de transports, de nouveaux équipements, une économie moderne et responsable que les grandes entreprises livrées à elles-mêmes ne parviennent pas à faire émerger. Si la France veut se retrouver en situation d’affronter de nouvelles crises, qu’elles soient sanitaire, écologique ou autre, elle doit restaurer son État, à commencer par ses services publics, mais aussi rétablir les outils d’intervention de ce dernier dans la vie économique du pays, non pas en subventionnant les entreprises à perte comme elle le fait actuellement avec le CICE ou le CIR, mais en orientant des pans entiers de l’économie vers les besoins du pays, c’est-à-dire en rétablissant le Plan. Ce n’est qu’en renouant avec une politique volontariste et étatiste que la France demeurera un pays souverain et sera à même d’affronter les crises du XXIe siècle.

 

Voir aussi: France. Les choix industriels amplifient la catastrophe sociale. Contribution au débat pour le «plus jamais ça», Publié par Alencontre le 1 – avril – 2020,par Claude Serfati


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.