LA MONNAIE : DETTES, SOUVERAINETÉ, CONFIANCE, MÉDIATION

Dans la science économique actuelle, la monnaie est un simple voile lubrifiant les échanges marchands, et il y a neutralité de la monnaie vis-à-vis des prix relatifs et de la répartition de la richesse. La monnaie est un simple numéraire arbitraire. Le caractère erroné de ce postulat apparaît dans les crises monétaires.

par Bruno Théret

(dans L’ENA hors les murs, n° 500, novembre 2020)

Dans la science économique actuelle, la monnaie est un simple voile lubrifiant les échanges marchands, et il y a neutralité de la monnaie vis-à-vis des prix relatifs et de la répartition de la richesse. La monnaie est un simple numéraire arbitraire. Le caractère erroné de ce postulat apparaît dans les crises monétaires.

Comment ne pas voir, par exemple, que la crise actuelle de l’euro se confond avec une crise politique d’appartenance à un groupement politique (l’UE) et à une crise des représentations qu’on se faisait de l’euro avant la crise ? Et l’impact social et distributif du régime de monnayage actuel de l’euro ne le fait-il pas apparaitre comme non neutre au plan économique ? Mais comment réviser la conception a-monétaire de la science économique actuellement prévalante ?

On propose pour cela, en mobilisant l’approche interdisciplinaire de la monnaie développée en France depuis bientôt 30 ans[1], de prendre en compte les connaissances sur la monnaie accumulées dans l’ensemble des sciences humaines et sociales. J’aborderai donc ici succinctement, contrainte de signes oblige, quatre dimensions de la monnaie passées sous silence par les économistes : sa relation à une pluralité de dettes, sa relation à la souveraineté, sa relation à la confiance, et sa relation au tout social. En effet, dans une approche qui ne réduit pas la monnaie à la forme qu’elle prend dans le capitalisme, celle-ci, au lieu d’être posée comme le résultat d’une rationalisation du troc, est vue comme ayant une origine sacrificielle qui renvoie à la notion de dette de vie. Cette notion de dette de vie éclaire le lien étroit qu’entretient la monnaie avec la souveraineté. Et en tant que la dette de vie relève du symbolique et est essentiellement une croyance, une représentation, la monnaie relève d’une confiance ou « foi sociale » en sa capacité à honorer les dettes. Ce faisant, elle s’avère être un opérateur de totalisation sociale, une médiation qui permet à des sociétés segmentées ou différenciées de tenir ensemble.

DETTES DE VIE

La vie est un don : elle est donnée, reçue et rendue; ce don primordial d’un « capital de vie » crée des dettes et des créances réciproques. On ne peut pas se libérer de ces dettes de vie car ce sont des dettes tutélaires à l’égard d’autorités symboliques et éthiques supérieures, autorités qu’on se représente comme pérennes et sources ultimes de toute vie. Ces dettes ne sont pas remboursables mais doivent être honorées par des paiements récurrents ; on ne peut s’en libérer définitivement que par la mort ou l’exil hors du groupe qui se reconnaît dans cette dette tutélaire. Dans cette perspective où le capital de vie global du groupe doit être maintenu à travers le temps en dépit de la mort de ses membres, la monnaie émerge en tant que substitut à la violence des sacrifices de victimes vivantes (humaines et animales) offertes en paiement aux créanciers éternels de la dette de vie.

La monnaie permet à la fois de mesurer (en son double sens de quantifier et limiter) ces dettes et de s’en affranchir momentanément (en les honorant de façon récurrente par des paiements de compensation) à l’occasion des naissances, mariages, rapts, meurtres, maladies, guerres, etc. Par exemple, s’agissant des dettes entre humains et autorités supra-humaines, les sacrifices aux dieux ou aux ancêtres, les dimes dues aux Églises, l’impôt du à l’État-nation, et les dettes mutuelles dues à la société dans les démocraties solidaristes; s’agissant des dettes entre groupes humains s’échangeant du capital de vie, les amendes pour rapts et meurtres, les dons, les dots, les transmissions et héritages.

SOUVERAINETÉ

En tant qu’expression de la dette de vie, la monnaie entretient avec la souveraineté une relation complexe. Elle renvoie principalement à la dette verticale qui lie les membres d’un groupement social à l’autorité qui y est souveraine du fait qu’elle est considérée comme le donneur initial de la vie et représente et garantit l’éternité du groupement. Les représentations des dettes de vie, de la monnaie et de la souveraineté sont ainsi corrélées ; elles changent de concert selon les sociétés et la manière dont celles-ci se représentent la souveraineté, notamment soit comme transcendance (dieux, ancêtres), soit comme immanence (contrat social, peuple). Aussi, aucune monnaie ne peut prétendre à l’universalité, toute monnaie étant conformée par le type de société dans laquelle elle sert à payer les dettes ainsi que par la structure des dettes qui doivent y être réglées. Ceci vaut y-compris pour le monde actuel où l’idée de souveraineté du peuple a pris des sens différents (comme chez Hobbes, Locke et Rousseau), ce qui a conduit à la construction historique d’États et de capitalismes différents.

Ainsi l’usage de la monnaie en tant que moyen d’accumuler une richesse transmissible par héritage, ou via une fondation, est corrélé à la tendance à penser l’individu moderne comme souverain, c’est-à-dire comme immortalisable. La forme de la monnaie gagée de manière immuable dans un poids de métal précieux car inaltérable est alors à associer à la croyance que pour renforcer un lien politique et le rendre perpétuel, la valeur de la monnaie doit être maintenue à perpétuité ; ce qui revient à voir dans la monnaie une autorité éthique en position souveraine par rapport au monde vivant. On peut dans ce cas parler de souveraineté de la monnaie proprement dite puisque l’État, pour être légitime, doit s’auto-soumettre à cette autorité représentée par la monnaie. Mais il ne s’agit là que d’une représentation de la monnaie et de la souveraineté du peuple parmi plusieurs autres, celle propre à la vision libérale qui remonte à John Locke. L’État et le capitalisme se sont construits en Europe continentale sur d’autres modèles dans lequel l’État ou la Nation ont été institués en tant qu’autorité souveraine et où la souveraineté monétaire doit être entendue non comme souveraineté de la monnaie mais comme souveraineté sur la monnaie.

CONFIANCE ET FOI SOCIALE

Les sciences sociales enseignent par ailleurs que la monnaie est une institution, une convention ultimement fondée sur une “foi sociale”, une confiance  grâce à laquelle elle est, en dépit de son caractère conventionnel, unanimement acceptée et respectée par une communauté. Ainsi peut-on dire que toutes les monnaies, même les métalliques, sont fiduciaires. Cette affirmation requiert une conception de la confiance dont la portée va au-delà de la seule notion de crédibilité privilégiée actuellement par les économistes.

On peut distinguer trois formes de cette « foi sociale » : la confiance méthodique, mimétique et routinière, économiquement rationnelle à court terme ; la confiance hiérarchique, de nature politique ; la confiance éthique, de nature symbolique. La confiance méthodique permet que la monnaie soit acceptée de façon routinière dans les paiements parce que tout un chacun s’attend à ce que tout autre l’accepte aussi à sa valeur faciale. Il y a confiance hiérarchique lorsque la monnaie n’est acceptée de façon routinière que parce que la crédibilité de ses émetteurs est garantie par un représentant légitime de la communauté de compte et de paiement (le pouvoir souverain ou un de ses agents). Et il n’y a confiance éthique que si l’acceptation de la monnaie résulte de la conformité de son régime de monnayage (émission, distribution, destruction) aux valeurs et normes éthiques sur lesquelles repose la communauté dans laquelle cette monnaie est reconnue comme légitime. En matière de confiance éthique, une question centrale est celle des effets redistributifs d’un système monétaire et de la conformité de ces effets avec les principes de justice qui fondent la société politique et le sentiment d’appartenance. Mais la confiance éthique peut aussi relever d’une conformité du monnayage à une norme traditionnelle ancestrale ou mythique, considérée comme fondatrice du groupe (cas notamment des ancrages métalliques de la monnaie).

LA MONNAIE MÉDIATION, OPÉRATEUR DE TOTALISATION SOCIALE

Les sociétés modernes sont différenciées en « provinces de vie » autonomes du fait qu’y prévaut une division des activités économiques, politiques, domestiques et symboliques. Elles sont constituées de réseaux de dettes/créances engendrées par trois types de transactions économiques : des transactions de marché, de répartition (centralisation / redistribution), de réciprocité (dons / contre-dons). Cette différenciation menace en permanence l’unité du tout social et son inscription dans la durée, et donc sa souveraineté. La monnaie, en tant que langage de compte et système de paiements, y apparaît alors comme une médiation susceptible de permettre de réunifier le social par delà sa différenciation en ordres de vie autonomes.

En effet, en tant qu’institution de compte, la monnaie opère comme langage commun des dettes et créances. Et, dès lors qu’elles sont monnayées dans la même unité de compte et se convertissent de manière routinière les unes dans les autres, les monnaies servant au paiement des dettes, par delà leur pluralité, font de la communauté de compte une communauté de paiements. Cette communauté de compte et de paiements constitue un groupement social dont la monnaie a été un opérateur de totalisation.

Plus précisément, dans l’ensemble des dettes-créances structurant les sociétés actuelles, on doit en distinguer deux types : à côté des dettes (de vie) tutélaires qu’on peut seulement honorer par des paiements récurrents, sont apparues des dettes contractuelles – de type marchand – dont le règlement est libératoire. Corrélativement le système de paiement combine de la monnaie commerciale privée de crédit bancaire adossée à des marchandises, et de la monnaie « fiscale » publique adossée à des anticipations d’impôts. Étant créées en vertu de logiques contradictoires (échange/répartition), ces monnaies sont à la fois complémentaires et concurrentes. En effet la circulation de la monnaie fiscale dans le circuit du trésor public implique que celle-ci soit acceptée dans l’économie marchande. Et il ne saurait y avoir de monnaie de crédit bancaire sans qu’existe une monnaie supérieure d’origine non contractuelle pour régler les soldes interbancaires. Sinon on ne saurait se libérer de la monnaie bancaire et les dettes contractuelles se transformeraient en dettes tutélaires, les individus étant liés à vie à l’égard du système bancaire mis ainsi en position de souveraineté. Or cette souveraineté serait illégitime puisque l’activité bancaire est une activité marchande qui n’a pas pour visée de protéger la société et la vie des individus. La monnaie bancaire serait ainsi dans l’impossibilité d’inspirer et de bénéficier d’une confiance éthique.


[1] M. Aglietta et A. Orléan (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998 ; B. Théret (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Paris, Editions de l’EHESS, 2007, 2 volumes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.