Sociétés contemporaines et les revues en lutte

Ce numéro s’inscrit dans le mouvement Revues en lutte. Il traite de la loi retraites et de la casse sociale, du saccage de l’université et de la recherche, et de la gestion de la crise du Covid-19, à l’intersection du social, du politique et du scientifique.

Cette lutte couvait bien avant le 5 décembre et la présentation au Parlement du projet de loi sur la réforme des retraites qui, par un mécanisme grossier de calcul des montants de retraite à venir, privait les fonctionnaires de la dernière compensation attachée à leur statut : un calcul favorable des pensions, qui corrigeait (en partie) une faible rémunération tout au long de la vie active. Par voie de conséquence, dans un contexte de tensions et de précarité croissantes dans l’université et la recherche, nos métiers discrédités devenaient aussi d’un coup moins attractifs, orientant vers d’autres branches les jeunes qui pouvaient le rejoindre. Pendant le mouvement social sur les retraites, caractérisé comme bien d’autres par la brutalité de la réponse des pouvoirs publics, un avant-projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche (propositions pour une loi de programmation pluriannuelle de la recherche) poursuivait l’œuvre bifide de bureaucratisation et d’assèchement budgétaire de nos univers professionnels. Le confinement décidé en conséquence d’une pandémie mal identifiée, mal comprise voire niée, nous est alors apparu comme la cinglante et tragique conclusion d’une décennie de recherche scientifique fondée sur la recherche de l’innovation court-termiste, crétinisante au nom de la compétition « inégalitaire et darwinienne » et basée sur le financement au coup par coup.

Avec bien d’autres revues (à ce jour 156 revues scientifiques), nous avons suspendu le cours régulier de nos activités et décidé la publication de ce numéro « en lutte ». Celui-ci reproduit « l’édito commun des revues en lutte », rédigé et partagé peu avant le confinement et propose des textes qui, pour les uns, ont scandé le mouvement en étant publiés sous forme de tribunes ou d’analyses des politiques en cours, pour les autres, sont des inédits rédigés à l’attention de l’ensemble des mouvements en lutte. Trois thèmes nous sont apparus prioritaires : la réforme des retraites et la casse sociale, le saccage de l’université et de la recherche, la gestion de la crise du Covid-19, à l’intersection du social, du politique et du scientifique.

Tous les textes sont signés Camille Noûs. « Camille Noûs » est un collectif scientifique créé pour réaffirmer le caractère collaboratif et ouvert de la production et de la diffusion des savoirs, sous le contrôle de la communauté académique. Camille Noûs est un individu collectif qui symbolise l’attachement profond de la revue aux valeurs éthiques de l’autonomie de la recherche, de la collégialité, de l’universalité, du travail exigeant et de la probité comme de l’indispensable débat scientifique contradictoire.

Page 5 à 6

Page 7 à 14

La réforme des retraites

Page 15 à 29

Page 31 à 46

Page 47 à 65

Page 67 à 70

Page 71 à 99

Page 101 à 104

Contre le saccage de l’université et de la recherche

Page 105 à 112

Page 113 à 118

Page 119 à 121

Page 123 à 128

Page 129 à 148

Page 151 à 157

Page 159 à 163

Covid-19, confinement, science et pouvoir

Page 165 à 169

Page 171 à 182

Page 183 à 186

Page 187 à 201

Page 203 à 212

Page 213 à 216


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.