«Cantonner la dette» ou l’aveuglement budgétaire

L’exécutif envisage d’isoler la dette de l’État générée par la crise du coronavirus, comme si la pandémie n’était qu’une parenthèse. Une pratique qui exclut toute remise en cause du système financier.

par Benjamin Lemoine

Tribune. Partout dans le monde, le recours à une augmentation de la dette publique s’est révélé incontournable. Les finances publiques se sont dégradées à une vitesse record. Mais, au milieu de cet effondrement, un îlot de croyances et de certitudes persiste : le logiciel disciplinaire arrimé à la dette publique.

Contre-feu allumé face aux propositions radicalement dissonantes, telles que l’annulation de la dette-Covid détenue par la Banque centrale européenne (BCE), les pouvoirs réfléchissent à son cantonnement dans un véhicule spécial. Isoler dans un compte séparé la dette Covid qui, contrairement au reste de la dette, serait conjoncturelle et subie, est une tentative de préserver le réalisme d’une politique du chiffre. La dette «hors Covid» avoisinerait à nouveau le seuil psychologique des 100 % maintenant l’illusion que tout est sous contrôle. L’appellation du dispositif en résume l’esprit : face à l’ampleur de la vague qui vient, tout doit être entrepris pour endiguer les débordements et les revendications hétérodoxes qui surgissent et s’organisent.

Le cantonnement de la dette est une métaphore de l’attitude d’aveuglement du pouvoir face à la crise. Pour les autorités, la pandémie n’est qu’une parenthèse, un choc exogène dont il ne faut tirer aucune conséquence plus large. Réduite à un «cygne noir», un phénomène indépendant des effets de la globalisation financière sur nos sociétés et notre rapport à la nature, cette perception nie le caractère endogène et structurel des troubles révélés par la pandémie. Il ne faudrait pas remettre en question les causes profondes de la crise : la marchandisation abusive de la nature qui fait pression sur les écosystèmes et favorise les zoonoses ou encore la faillite organisée sur près de vingt-cinq ans des systèmes de santé publique en les soumettant à une austérité drastique et à la privatisation.

Évitant coûte que coûte, «whatever it takes», une révolution des habitudes de pensée qui les effraie, tout se passe comme si ces signaux étaient retraités selon les prédispositions cognitives des appareils de pouvoir. On repasse aux remèdes bien connus. Dès avril, les experts du Fonds monétaire international (FMI) avaient déjà averti que, «si en période de pandémie, pour sauver des vies, les gouvernements doivent agir “whatever it takes”», ils doivent aussi «s’assurer de conserver les factures». En France, le président de la commission de sages chargée de réfléchir à l’avenir des finances publiques déclarait que «la France a beaucoup versé de fonds publics, mais il va falloir revenir aux réalités». La «bamboche» budgétaire – soutiens publics inconditionnels et «argent magique» – est finie. Le relâchement de la contrainte était provisoire. Il faudra rembourser et consentir à des sacrifices : travailler plus, augmenter ou étendre certains impôts, de préférence ceux qui sont proportionnels plutôt que progressifs ou portant sur l’héritage, le patrimoine et la fortune et enfin renoncer aux services publics, aux dépenses sociales ou à la culture, devenue «non essentielle» avec ce gouvernement.

Cantonner, c’est afficher que la dette, après la crise sanitaire, pourra décroître conformément au modèle austéritaire classique. Ce séparatisme des dettes annonce aussi le traitement qui sera réservé à la dette «hors Covid» : le rabot budgétaire à petit feu. Car charcuter de la dette n’a rien de nouveau. Ce fut le cas lors de la crise financière de 2008, où la dette «brute» fut différenciée de la dette «nette», puisque l’État, en même temps qu’il s’était endetté pour sauver le système financier, avait augmenté son «actif» en prêtant de l’argent aux banques pour renflouer leur bilan dégradé. Ces manœuvres avaient conduit les instances européennes à se focaliser sur la mesure du déficit structurel, nettoyé des effets de la conjoncture, comme un instrument adéquat et désormais incontestable de contrôle des finances publiques. Découper la dette alimente aussi un ronron médiatique ambiant faisant le départ entre «bonne», servant l’investissement, et «mauvaise» dette, nécessitant quant à elle une restructuration silencieuse via un plan d’économies budgétaires. Pour rappel, les salaires des fonctionnaires (dans l’éducation, la santé, les transports) sont enregistrés comme des dépenses de fonctionnement et non d’investissement.

Surtout, la logique politique du cantonnement n’est autre que la figure renversée de la proposition d’annuler la dette Covid. Destiné à l’amortir, cantonner vise à étaler dans le temps le remboursement de la dette, en dédiant à une caisse une ressource spécifique. Comme pour la dette sociale et le «trou de la Sécu», il s’agit de rendre cette somme visible à des fins «pédagogiques», pour neutraliser les exigences de dépenses supplémentaires. Dédier une ressource fiscale, sans lancer de débat sur le caractère juste ou injuste de certains prélèvements, évacue tout audit social des conséquences de la pandémie. Pas question de prendre en compte les inégalités entre gagnants et perdants de la crise sanitaire. Le cantonnement est une stratégie de crédibilité anachronique, où l’essentiel est de prouver à la communauté financière que le gouvernement se lie les mains sur la dette Covid et s’engage à la rembourser à terme quitte à s’interdire par la suite des dépenses nouvelles. Le dispositif s’adresse aux citoyens : toute sortie de la dépendance aux circuits de financement disciplinaires et ses fondamentaux, via des institutions démocratiques d’allocation du crédit, est exclue. Les dettes seront honorées selon la méthode classique de l’austérité injuste : des économies sur les dépenses publiques essentielles et des ressources obtenues par une taxation frappant la consommation des plus pauvres et épargnant les plus riches.

Alors que les taux d’intérêts sont actuellement indolores, que la dette est roulée indéfiniment, l’émission de nouvelles dettes refinançant les anciennes, sortir une partie de la dette de son mode d’émission ordinaire peu coûteux, s’apparente à du masochisme institutionnel, une punition que la société devrait s’infliger à elle-même en se soumettant volontairement à la discipline budgétaire. Loin de se réduire à de la cosmétique, le cantonnement rejoue l’ordre politique. Il s’agit de maintenir une société organisée autour d’une priorité : la «conservation des factures» et la conservation de l’ordre financier.

Cet article est paru dans Libération (site web), le 15 décembre 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.