Le maintien de l’ordre de la dette, quoiqu’il en coûte…

Avec la pandémie, la dette a en trois mois augmenté de près de 13 points de PIB pour atteindre les 120% rapportés au produit intérieur brut, soit le double du seuil européen initialement autorisé dans le traité de Maastricht. Mais un îlot de croyances et de certitudes persiste: le logiciel disciplinaire arrimé à la dette publique.

par Benjamin Lemoine

Avec la pandémie, tout s’effondre. Les politiques de confinement font plonger la croissance et exploser la dette publique à une vitesse record. En trois mois, la dette a augmenté de près de 13 points de PIB pour atteindre les 120% rapportés au produit intérieur brut, soit le double du seuil européen initialement autorisé dans le traité de Maastricht. Cette accélération est sans précédent dans les annales de statisticiens français. Il faut en revenir aux guerres pour retrouver de tels horizons comptables. Au milieu de cet effondrement, un ilot de croyances et de certitudes persiste: le logiciel disciplinaire arrimé à la dette publique.

         Les éléments de langage demeurent inchangés et déjà la petite musique de l’austérité à venir perce. Le relâchement de la contrainte serait provisoire, il faudra rembourser et consentir à des sacrifices : travailler plus, augmenter les impôts, de préférence ceux sur la consommation plutôt que ceux sur la fortune – renoncer à des services publics – dont la culture devenue « non nécessaire » selon le gouvernement – ainsi qu’à nombre de dépenses sociales. Le projet de « cantonnement » comptable de la dette redevable au COVID, inscrite dans un compte séparé, qui permettrait de ramener le chiffrage de la dette « hors Covid » autour du plafond psychologique des 100% de PIB, consiste précisément à s’agripper coûte que coûte au « monde d’avant ». Les autorités veulent croire que la pandémie est une parenthèse, et que la dette, une fois le retour à la normale advenu, pourra décroître conformément au modèle austéritaire classique.

            Mais à quoi tient cette volonté de maintenir l’ordre de la dette alors que le sol de l’économie de marché se dérobe sous les pieds des libéraux ? Les gouvernants maintiennent à tout prix, « whatever it takes », leurs croyances dans la légitimité exclusive des marchés financiers et des banques privées à réguler la monnaie et à allouer les crédits à l’économie. En temps de guerre comme en temps de paix, le marché reste l’horizon indépassable de la « normalité ».  

Jacques Rueff, sors de ce corps !

            L’imaginaire austéritaire n’est pourtant pas une simple rhétorique. Il s’enracine dans des techniques d’organisation du crédit qui lient l’État à une certaine pensée financière et monétaire. À partir de la fin des années 1960 en France, se réinstallent au cœur de l’appareil d’État des tabous et des interdits en même temps qu’un sens de ce qu’il convient absolument de faire. La force publique devait s’effacer du domaine du crédit et de la monnaie et « s’auto-neutraliser » afin de laisser s’épanouir la vérité des prix de marché.

            Cette pensée d’État était chère à l’économiste Jacques Rueff pour qui les déficits publics constituent la « gangrène du corps social » et qui voyait dans l’ingérence politique dans la monnaie un « pêché », conduisant à « l’inflation satanique ». Pourtant, quand il a fallu reconstruire une économie et une société dévastées par la seconde guerre mondiale, cette pensée libérale a été disqualifiée et réduite à un prêche dans le désert. Surtout, l’abstentionnisme de l’État vis-à-vis de l’économie et des marchés financiers ainsi que le « malthusianisme » budgétaire étaient considérés comme les maux ayant conduit le monde à la faillite en 1929 et la France à la défaite militaire.

La « nouvelle normale » disparue: quand la finance était une servante

            Les dispositifs dirigistes de l’économie de guerre, de provisoire devinrent permanents et constituèrent « la nouvelle normale ». De nouveaux schémas de pensée tenaient ensemble la monnaie, le budget, la distribution des crédits à l’économie et le contrôle strict de la finance. Cela n’avait rien de strictement français. Les États-Unis promouvaient un libéralisme « encastré » et justifiaient les politiques de restriction financière afin de défendre l’autonomie politique des États-providence naissants. Le secrétaire du Trésor étatsunien de l’époque, Henry Morgenthau, déclarait lors de la conférence des accords Bretton Woods en 1944 que l’objectif était de « sortir du temple de la finance internationale les prêteurs usuraires ». Cet interventionnisme faisait des milieux financiers les serviteurs plutôt que les maitres des décisions économiques. À nouveau la formule de Morgenthau est limpide, ce « New Deal de l’économie internationale » doit « déplacer le centre de gravité financier du monde depuis Londres et Wall Street vers le Trésor américain ». Il s’agissait de redonner la main au politique et aux nations dans la poursuite des affaires financières. En faisant des contrôles de capitaux un outil légitime, Bretton Woods était un traité de « désarmement monétaire » international, encourageant la coopération internationale et neutralisant les forces de la spéculation.  

Ces structures nouvelles n’ont pas surgi pas spontanément des ruines de la guerre. Elles traduisaient un rapport de force social: les banquiers privés et centraux, qui avaient dominé la politique financière avant les années 1930, ont été remplacés par une nouvelle classe d’économistes et de gestionnaires publics dont la base sociale se trouvait parmi les dirigeants syndicaux et les industriels. En France, les élites libérales des années 1920‐1930 sont marginalisées, le patronat discrédité par la collaboration, le parti communiste français obtient des scores politique supérieurs à celui de Macron en 2017 et l’URSS pèse dans les curseurs idéologiques mondiaux.

            Les technocraties, loin d’être des machines froides gravitant en apesanteur du monde social, impriment ces changements. Le circuit du Trésor en France et ses hérauts, comme François Bloch-Lainé, incarnent l’ingénierie qui place l’État au-dessus des lois du marché et en tutelle des banques. L’État est un investisseur et non une puissance investie par les marchés de capitaux. Les financements se déroulent hors marché, à robinets ouverts, sans recourir aux séances de vente aux enchères de bons du Trésor (qui ont lieu aujourd’hui à l’Agence France Trésor). Ce dirigisme financier permettait de « marquer » l’argent du sceau du public, et de le mettre au service des besoins de l’État et de l’économie, définis politiquement. Afin de restaurer la « grandeur » nationale, ces « bâtisseurs » de l’appareil d’État contrôlent la finance, mettent le marché financier sous tutelle, installent une réglementation bancaire serrée, construisent un système du crédit public, administrent les prix, nationalisent les grands établissements bancaires. Ils organisent l’économie de façon centralisée en dialogue avec la société civile (via la planification) et flèchent les crédits, dans une économie détruite, vers la réalisation d’objectifs de plein-emploi et de croissance du niveau de vie. L’État se fait banquier de l’économie et entrave le secteur bancaire privé par des règlements, en forçant les établissements à souscrire aux titres du Trésor. Le gouvernement utilise ce levier pour se financer, garder un œil sur l’usage des crédits et dès lors ajuster ces souscriptions obligatoires en fonction des impulsions qu’il souhaite donner à différents secteurs de cet univers segmenté du crédit. En 1952, plus de 50% des ressources nécessaires au financement du déficit sont collectées par ces conduits administrés. En 1955, ces circuits permettent au Trésor de se désendetter vis-à-vis de la Banque de France. La souveraineté financière publique tend à « abolir la souveraineté des titulaires de droits» comme le dit Rueff qui est alors marginalisé.

Lutter contre l’argent « magique » de l’État

            Pour autant la clameur des banquiers ne cessera de se faire entendre, y compris dans les couloirs de la technocratie des Finances qui n’est pas à l’aise avec la permanence de cet ascendant financier. Ce qui dérange c’est l’idée que l’argent ne coûte rien à l’État, que le Trésor est un collecteur de flux plutôt qu’un « emprunteur comme un autre ». Et c’est au moment où les déficits sont contenus (l’État est en excédent budgétaire sur la période qui court entre 1958 et 1966) que l’on va expérimenter puis rendre systématique, à court terme d’abord, le recours au marché dans le financement de l’État. Si la IVème république systématise le circuit du Trésor, la Vème république veut renouer avec la puissance du franc. Cette fois quand Rueff critique la façon dont « l’idéologie inflationniste de Keynes », qu’il appelle le « grand magicien de Cambridge », aurait « infesté » la société, il retrouve une aura auprès du général De Gaulle – ce dernier confessant d’ailleurs n’avoir jamais endossé la formule qui lui a été attribué : « l’intendance suivra ». Le ministre des Finances de l’époque, Michel Debré, veut prouver « la volonté de l’État de ne pas détourner, puisque les circonstances permettent ce progrès, les réserves bancaires au trop grand profit des finances publiques ». Peu à peu, les territoires entre finances privées – qui ne sont plus réprimées par les règlements publics et la contrainte d’alimenter la trésorerie de l’État « en continu »–, et finances publiques se recomposent.

            L’État est enjoint à se financer « sainement » et doit s’incliner devant l’opinion de l’épargnant en se plaçant en position de demandeur de crédit. Privé de ses aisances et enfin conscient, par la grâce des taux définis par le marché, de ses coûts « réels » de financement, l’État veillera à l’équilibre de ses comptes. C’est donc à la fin des années 1960, au moment où l’inflation est contenue en moyenne autour de 4%,  que le pays est encore loin de l’inflation à deux chiffres des années 1970, que le circuit du Trésor est démantelé. Le rapport à l’intérêt général, au sein de l’institution des Finances, se déplace : le grand comme le petit épargnant, les classes financières globales sont autant de catégories comprises comme ayant des intérêts communs et qu’il faut chérir. La gauche socialiste des années 1980 épousera ce rêve de la démocratisation du crédit: l’inflation doit être abattue, l’épargnant rémunéré, les avantages étatiques sapés, et le secteur du crédit être rendu à la compétition. Ainsi est créé le grand marché « unifié » de l’argent et de la liquidité. La répression monétaire de la puissance publique est conforme aux prescriptions de la doctrine ultralibérale élaborée au même moment aux États-Unis par les économistes « nouveaux classiques » et les financiers. Avec la répression de l’inflation, amorcée par Paul Volcker aux États-Unis à la fin des années 1970, de nombreux pays ont transféré la responsabilité de la politique monétaire à une technocratie légalement indépendante des pouvoirs exécutifs et législatifs de l’État, mais associée à une aristocratie financière privée. Le monde désormais souhaitable est un « monde sans monnaie », c’est-à-dire sans une monnaie à caractère politique, où celle-ci est réduite à un instrument neutre, un actif financier comme les autres, une marchandise sur laquelle éventuellement il est loisible de spéculer.

La realpolitik de la monnaie et de la finance

            Le Conseil d’analyse économique (CAE) a récemment chiffré à 70 % l’épargne supplémentaire générée par le confinement lié à la pandémie de COVID-19. Ce surplus provient des 20 % des ménages les plus aisés, tandis que les 20 % de ménages les plus modestes ont eu tendance à s’endetter. Si le projet social et politique de faire de l’épargnant une figure universelle a vraisemblablement échoué, ces valeurs idéologico-politiques continuent de structurer les bureaucraties. Tout porte à croire que le conflit entre débiteurs, bénéficiaires de prestations sociales et de services publics, et créanciers privés, bénéficiaires des baisses d’impôt, exigera des arbitrages politiques : l’austérité ou « l’euthanasie du rentier » comme le disait Keynes. Pérenniser les services publics, la santé, l’éducation, la recherche publique, la culture, l’assurance chômage et permettre la révolution écologique appellent un investissement public massif. Celui-ci ne pourra advenir que si la classe politique et la technostructure rompent avec la financiarisation. Car malgré les taux d’intérêt négatifs, liés aux politiques non conventionnelles poursuivies par la Banque centrale européenne (BCE), la culture financière privée y perdure. Les différents projets de taxe sur les transactions financières, y compris après la débâcle de 2008, ont été éconduits par cette institution au nom de l’efficacité de sa politique monétaire. Taxer et entraver les marchés financiers reviendrait à mettre en péril ses propres outils de régulation, profondément intriqués aux intérêts à la finance de marché. De même, les rachats de dette souveraine sur le marché secondaire par la BCE laissent intacte la capacité des marchés financiers à énoncer, le moment venu, la « vraie » valeur des choses et des États. Si d’aventure un programme politique voulait subordonner l’épargnant à l’urgence climatique et sociale, le « mur de l’argent » pourrait s’élever face à lui mais aussi s’ériger au cœur même des institutions publiques – comme ce fût le cas de la Grèce de Syriza.

            Dé-financiariser revient à émanciper la BCE de son simple rôle de filet de sécurité des marchés de capitaux et, dans le cas du Trésor, à être plus qu’un émetteur de titres sans risques et liquides, destinées à servir aux investisseurs globaux de contrepartie à des opérations juteuses. L’équilibre quantitatif apparent – des taux d’intérêts faibles – recouvre un horizon funeste où les décisions qualitatives relatives à l’investissement et sa destination sont laissées à des puissances financières privées de l’argent qui s’en désintéressent. Ces rapports de forces sociaux et politiques sur l’épargne, sa juste répartition, comme le rôle dévolu au public dans le contrôle du crédit, ne s’annuleront pas d’un trait comptable. Au moment où le chômage et la pauvreté explosent, et alors que l’économie de « guerre au COVID-19 » appelle à une reconstruction conforme aux nouveaux impératifs écologiques et sociaux, il convient de les affronter démocratiquement.

paru dans Marianne, Hors-série n°1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.