Disparition d’Hadrien Saiag

Les amis et collègues d’Hadrien Saiag expriment leur immense tristesse à l’annonce de son décès et leur profond soutien à sa famille et à ses proches. Jeune et brillant chercheur en anthropologie économique du CNRS, ayant réalisé son doctorat à l’Université Paris Dauphine (IRISSO), il était spécialisé dans l’étude de la pluralité du fait monétaire, tout particulièrement dans le cas de l’Argentine.

À l’heure où la monnaie est au centre du débat public, ses travaux, dans le droit fil de l’institutionnalisme monétaire, offrent un éclairage important : Hadrien a montré comment la monnaie s’inscrit dans un ordre social et politique, en même temps qu’elle l’institue. Il a développé une approche néo-Polanyienne originale, attentive à réintégrer le concept de dette à l’analyse institutionnelle et anthropologique de la monnaie.

Son directeur de thèse et l’un des plus grands spécialistes du fait monétaire, Bruno Théret, lui rend hommage en évoquant “un véritable représentant de la science sociale unifiée“. L’anthoprologue britannique Keith Hart souligne combien “il a accompli de grandes choses tout en luttant contre la maladie“, de même, son collègue états-unien Gustav Peebles se souvient qu’ “il a toujours été non seulement perspicace, mais également très amusant et collaboratif“.

Il parvenait à articuler des études de cas ethnographiques à des changements de régime économique macroscopiques. Notamment dans cet article qui avait reçu le prix des doctoriales de la Revue française de socio-économie en 2011 portant sur “Les pratiques financières des milieux populaires de Rosario en Argentine à l’aune du démantèlement du rapport salarial fordiste”, ou dans celui-ci, qui fonde une réflexion sur le fédéralisme monétaire à partir de l’histoire des monnaies complémentaires en Argentine, spécialement le trueque.

ll est l’auteur de Monnaies locales et économie populaire en Argentine (Paris : Karthala, 2016, version remaniée de sa thèse) et de nombreux articles au croisement de plusieurs champs du savoir publiés dans les meilleures revues Economie et sociétés, Sociétés politiques comparées, Economy and Society, Desarrollo Económico, Cuadernos de Antropología Social, Focaal ou encore The British Journal of Sociology.

Il n’a eu de cesse de travailler à ses recherches jusqu’au bout “après tant d’années d’espoirs et de luttes, de hauts et bas” comme souhaite le partager sa famille.

Une partie de ses travaux sont disponibles sur les portails suivants:

Page personnelle sur le site du IIAC

Page HAL

Page Academia

Page CAIRN

l’émission Culture monde à France Culture

Nul doute que ses travaux féconderont de nombreuses recherches, que son exigence et sa créativité, mais aussi son courage dans l’adversité et sa joie de vivre, resteront un modèle inspirant.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.