L’hommage de Bruno Théret à Hadrien Saiag

Photo prise aux journées d'études sur la dette organisées en Cévennes par Hadrien en juillet 2019 (merci à Isabelle Guérin)

Photo prise aux journées d’études sur la dette organisées en Cévennes par Hadrien en juillet 2019 (communiquée par Isabelle Guérin)

Hadrien Saiag, chargé de recherche en anthropologie au CNRS, en poste à l’IIAC (UMR EHESS/CNRS)au sein du LAIOS depuis 2013, est décédé jeudi 30 octobre dans l’après-midi à 36 ans d’une maladie qui l’a touché en 2016, alors qu’il était sur un terrain dans les banlieues de Rosario, en Argentine. Il a été chargé de cours à Dauphine en économie et fait sa thèse en économie à l’IRISSO sous ma direction, conjointement à celle de Jean-Michel Servet, qui avait dirigé son master à l’IHEID de Genève. Il a suivi aussi les séminaires interdisciplinaires dans lesquelles s’est développé l’approche institutionnaliste de la monnaie. Il travaillait sur les monnaies sociales et les processus d’endettement dans les quartiers urbains populaires en articulant approche ethnographique et souci de développer une théorie socio-économique s’inscrivant dans une perspective polanyienne néanmoins matinée de certains apports de l’économie institutionnelle.

Rien d’étonnant à ce que dans son jury de thèse soutenue en 2011, on trouve à la fois, outre ses codirecteurs, Florence Weber, Keith Hart, André Orléan et Jérôme Blanc, et qu’après sa thèse et un post-doc à Pretoria, en Afrique du Sud, dans le programme Human Economy de Keith Hart, il intègre le CNRS dès sa première candidature non pas en économie mais en anthropologie. Sa thèse révisée pour publication est parue en 2016 sous le titre Monnaies locales et économie populaire en Argentine, chez Karthala, dans une collection dirigée par Jean-François Bayart. Il a également eu une remarquable activité de publication avec 11 articles et 9 chapitres d’ouvrages, dont l’un a obtenu le prix du meilleur article dans la Revue française de socio-économie, 8 sont en anglais et 4 en espagnol ; activité qui n’a que peu fléchi dans ces dernières années malgré sa maladie. Autant dire qu’Hadrien était un chercheur passionné, passion qui n’avait d’égal que celle qu’il avait pour les randonnées en montagne. 

Hadrien était un chercheur brillant, vif intellectuellement, toujours apprenant, sachant exprimer de manière simple des idées complexes, à la fois adulte mais gardant la fraicheur de l’adolescence, et qui savait mouiller sa chemise sur ses terrains de prédilection comme en montagne, car il aimait prendre des risques. Il va rester dans les esprits et dans les cœurs de la plupart de ceux qui l’ont connu, car le connaître était un motif de grande satisfaction et de bonheur. Son livre et ses articles sont des références pour ceux qui se réclament d’une science sociale unifiée.

Bruno Théret, CNRS, IRISSO, université Paris Dauphine, message d’annonce de la disparition d’Hadrien aux chercheurs en sciences sociales susceptibles de l’avoir connu ou d’avoir été en contact avec ses écrits.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.