Hommages à Hadrien Saiag

Hadrien discutant avec Solène Morvant-Roux avec laquelle il travaillait à Genève, photo prise par Eveline Baumann lors du colloque sur « L’institutionnalisme monétaire », Lyon, 2016, (communiquée par Jean-Michel Servet).

Hadrien discutant avec Solène Morvant-Roux avec laquelle il travaillait à Genève, photo prise par Éveline Baumann lors du colloque sur « L’institutionnalisme monétaire », Lyon, 2016 (communiquée par Jean-Michel Servet).

« Hadrien s’est battu courageusement jusqu’au bout contre la maladie comme pour défendre une certaine idée de la science et de la société. (…) (Après son séjour) à l’hôpital à Paris en juin, (…) à la mi-août à Genève où il était revenu, il était encore plein d’espoir (…) et y avait repris ses grimpettes sur le Salève. (…) [C]ontinuer à se battre intellectuellement (…) pour la mise en pratique de certains projets sera la meilleure façon de le faire vivre parmi nous. »

Jean-Michel Servet, économiste, IUED, Genève.

« Avec Marc Abélès, nous exprimons notre profonde tristesse et partageons la peine de celles et ceux (…) qui ont bien connu Hadrien. Marc présidait la Commission d’anthropologie qui l’a recruté au CNRS ; il avait été particulièrement impressionné par la qualité et le rayonnement de ses recherches. Hadrien et moi, avec Horacio, Bruno et d’autres, avons beaucoup discuté de dette, de monnaie et de notre passion commune pour Buenos Aires. » 

Marie Cuillerai, philosophe, université Paris Diderot, et Marc Abélès, anthropologue, EHESS.

« Je ne trouve pas les mots, la perte est immense, incommensurable. Ne reste plus qu’à continuer à le faire vivre dans nos souvenirs, nos discussions, nos écrits… Et bien sûr lui rendre hommage, puisqu’il a intensément nourri nos réflexions des dernières années. (…) quelle injustice ! »

Isabelle Guérin, socio-économiste, IRD, CESSMA, université Paris Diderot.

« Immense tristesse d’apprendre le décès d’Hadrien Saiag, jeune et brillant chercheur en #anthropologie du #CNRS. Il était spécialisé dans l’étude de la pluralité du fait monétaire, tout particulièrement dans le cas de l’Argentine. À l’heure où la monnaie est au centre du débat public, ses travaux, dans le droit fil de l’institutionnalisme monétaire, offrent un éclairage important : Hadrien a montré comment la monnaie peut se comprendre comme la cristallisation d’un projet social et politique. »

Benjamin Lemoine, sociologue, CNRS, IRISSO, université Paris Dauphine, message d’annonce sur twitter.

La perte est immense (…)  Hadrien était un collègue exceptionnel à plusieurs titres : toujours souriant, avec ses yeux pétillants, sa présence était importante. Il était aussi curieux qu’accueillant. Un collègue exceptionnel par son talent de chercheur, une capacité rare à articuler économie et anthropologie, à écouter les gens – à être avec, tout en sachant prendre des distances lorsqu’il s’agissait, une fois de retour de ses terrains, d’analyser. Et quel bonheur de l’entendre parler en espagnol, en argentin plutôt – moi qui suis argentine, et quelle admiration lorsqu’il prenait la parole en anglais, déroulant ses argumentations claires et complexes. Hadrien était un collègue exceptionnel puisqu’il aidait, il intégrait, il tendait des ponts, il fédérait. »

Emilia Schijman, sociologue, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, ENS, Paris

« Je suis bouleversée par le décès d’Hadrien. Je l’avais beaucoup apprécié quand il était doctorant au labo et j’avais souvent discuté d’Amérique latine avec lui. »

Catherine Bidou, sociologue, ancienne directrice de l’IRISSO, université Paris Dauphine.

« Une tristesse infinie. Nous perdons un grand ami et un grand collègue, sentiment de grande injustice avec quelqu’un de si jeune, si dynamique. »

Federico Neiburg, anthropologue, Museu Nacional – Universidade Federal do Rio de Janeiro.

« J’apprends à l’instant cette terrible nouvelle, je ne savais pas que la maladie d’Hadrien avait repris si violemment, l’ayant perdu de vue ces dernières années. J’ai eu une relation très sympathique avec Hadrien, à la fois en Argentine où il m’a fait visiter Buenos Aires et en France, même si je n’avais pas toute la disponibilité pour honorer ses projets scientifiques. (…) J’ai énormément apprécié la personne d’Hadrien dont je crois pouvoir dire que notre amitié brève a été très belle. »

Gilles Laferté, sociologue, INRAE, CESAER, Dijon.

« C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que je viens de lire (…) le long mail (…) annonçant le décès d’Hadrien. Oui c’est quelqu’un qui était solaire, brillant et avec qui on avait plaisir de travailler et d’échanger. Mes condoléances à ses parents pour ce vide qu’il laisse auprès d’eux. Mais aussi pour leur dire que tous les écrits d’Hadrien vont continuer à vivre à travers d’autres chercheurs et aussi auprès des étudiants que nous formons et suivons. »

Sophie Laligant, anthropologue, CNRS, université de Tours.

“J’ai rencontré Hadrien pour la première fois lors d’une visite à l’un des Club de Trueque en Argentine. Il ne faisait que commencer et je lui ai conseillé de sortir de Buenos Aires. J’ai conseillé “Capitan Bermudez”, mais je l’avais prévenu que cet endroit était difficile pour les chercheurs. Il était si enthousiaste qu’il a quand même vérifié où se trouvait le Capitan Bermudez, et s’y est imposé avec élégance. Il s’est fait une place avec son sourire, sa patience et son profond respect des gens. Il est vite devenu un régulier au Rosario. Il était reconnu: “le jeune avec un drôle d’accent”. J’ai toujours trouvé sa façon de parler espagnol, avec un mélange d’accents français et argentin, amusante et charmante. Il utilise même nos expressions d’argot très porteño, “guita” pour l’argent par exemple.  Il a mené un long combat contre une maladie injuste. Nous aurions tous espéré que son combat aboutisse à une guérison. Malheureusement cela n’a pas été le cas. Sa disparition est une grande perte pour nous tous. Il manquera à la communauté universitaire et aussi à ceux qui lui ont laissé une place dans leur cœur. Mes sincères condoléances à la famille. ” 

Dr. Georgina M Gómez, Associate professor in Institutions and Local Development, Convenor, Governance and Development Policy President of the Research Association on Monetary Innovation and Complementary Currencies. 

« Je ne savais pas du tout qu’Hadrien avait rechuté et j’ai reçu cette nouvelle comme un choc. Je ne le connaissais pas très bien mais il avait participé à une belle REASOPO et nous avait donné un beau texte pour Sociétés Politiques Comparées, et je garde de lui, en dehors même de la qualité et de l’originalité de son travail, un souvenir de profondeur et de gentillesse attentionnée. Il n’y a pas de mots vraiment qui puissent réconforter, ses parents et ses amis (…) mais je voulais juste (…) dire mon amitié. »

Béatrice Hibou, économiste et sociologue, CNRS – CERI, Sciences-Po Paris.

« Je savais Hadrien ré-hospitalisé et très éprouvé, l’annonce de son décès (…) est (…) un grand choc. Je ne l’avais pas revu depuis longtemps (…), mais j’avais été en contact avec lui en juillet où il disait vouloir aller en montagne, avec beaucoup d’espoir comme toujours. C’est une immense tristesse … ».

Isabelle Hillenkamp, socio-économiste, IRD, CESSMA, université Paris Diderot.

« Je suis abasourdi par cette nouvelle qui me peine infiniment. Je ne l’avais pas vu depuis longtemps et ne savais pas qu’il avait rechuté. Quelle terrible nouvelle. J’imagine aussi à quel point elle doit vous affecter, vous ses si proches amis et collègues. Mes pensées à vous qui avez été si proches d’Hadrien. »

Boris Samuel, économiste et sociologue, IRD, CESSMA, université Pais Diderot.

« Hadrien trabajó con nosotros durante varios años como investigador asociado en la Universidad Nacional de Luján estudiando las monedas sociales argentinas y el crédito en los sectores populares, en los trabajos de campo que hacía en la ciudad de Rosario. Hemos compartido con él reuniones de investigación, mate de por medio, tanto en la Universidad como en casa, donde lo recibimos con mucho afecto varias veces. Ha participado en publicaciones y eventos desde la Universidad y en conjunto con su equipo de investigación en Francia. Para nosotros es una pérdida irreparable tanto por su capacidad investigativa incansable, como por su hombría de bien. Un excelente compañero, al que en los últimos años le habíamos perdido el rastro, pero que pensábamos repuesto ya que había retomado sus actividades en Francia. No esperaba esta noticia que me llena de tristeza. Vaya nuestro más sentido homenaje a este investigador apasionado y comprometido al que recordaremos siempre con el mayor de los afectos. »

traduction: “Hadrien a travaillé avec nous pendant plusieurs années en tant que chercheur associé à l’Université nationale de Luján. Il a étudié les monnaies sociales argentines et le crédit dans les secteurs populaires, dans le cadre de son travail de terrain dans la ville de Rosario. Nous avons partagé avec lui des réunions de recherche, et du maté entre deux, tant à l’Université qu’à la maison, où il a été chaleureusement reçu à plusieurs reprises. Il a participé à des publications et à des événements de l’université et avec son équipe de recherche en France. Pour nous, c’est une perte irréparable, tant pour sa capacité de recherche inlassable que pour son humanité. C’était un excellent collègue, dont nous avions perdu la trace ces dernières années, mais nous pensions qu’il s’était rétabli depuis qu’il avait repris ses activités en France. Je ne m’attendais pas à cette nouvelle, qui me remplit de tristesse. Nous rendons un hommage appuyé à ce chercheur passionné et engagé dont nous nous souviendrons toujours avec la plus grande affection.”

Ricardo Orzi, économiste, Universidad Nacional de Luján.

Hadrien dans les Cévennes avec Deborah, Theodora et Ryan (photo communiquée par Solène Morvant-Roux)

« Nous partageons la peine de tous ceux qui l’ont bien connu. »

Dominique Méda, sociologue, directrice de l’Irisso, université Paris Dauphine.

Thierry Kirat, économiste, IRISSO, université Paris Dauphine, directeur de l’école doctorale.

« Quelle affreuse nouvelle, c’est une grande perte. J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses ami.e.s

Miguel Angel Zanabria, économiste, Universidad Nacional de Quilmes.

« Je n’ai pas connu Hadrien personnellement, mais j’ai profité des échanges d’idées avec lui, de ses remarques aiguës. Très vite, il s’est fait une place ici, en Argentine, à partir de son travail à Rosario porté par sa préoccupation par les plus démunis. Il va nous manquer. »

Ilan Bizberg, sociologue, Colegio de Mexico.

 « Je n’ai pas eu la chance de faire connaissance d’Hadrien, et j’en suis désolé. (…) (On  m’a) souvent parlé de son intelligence et sa sympathie. J’aurai dû le rencontrer à Genève il y a une semaine, mais la vie a été trop cruelle pour le quitter à un âge si jeune. J’embrasse ses amis et sa famille, j’en suis profondément attristé. »

Carlos Alba Vega, sociologue, Colegio de Mexico.

« Je ne connaissais pas Hadrien Saiag, mais ton message, Bruno, nous le fait connaître un peu et (…) (c’)est bouleversant. On aurait eu envie de le connaître en lisant ce (…) qu’ont écrit les personnes qui l’ont côtoyé. Toutes mes condoléances à sa famille. »

Jean-Yves Boulin, sociologue, IRISSO, Université Paris Dauphine, vice Président de Tempo Territorial.

Je me joins à Jean-Yves pour exprimer le même sentiment et soutenir toutes celles et ceux qui, aujourd’hui pleurent son départ.  Toutes mes condoléances aux proches.”

Ariane Tichit, économiste, université de Clermont-Ferrand.

Je n’ai pas eu le plaisir de rencontrer personnellement Hadrien, mais je le connais pour la bonne réputation et l’estime que beaucoup de gens avaient pour lui. Je m’identifie aussi beaucoup à lui en raison des problèmes sur lesquels nous travaillons professionnellement. Je suis vraiment désolé de ne pas avoir eu l’occasion de parler avec lui ou d’entreprendre un projet ensemble. Aujourd’hui j’ai l’opportunité de me rapprocher de lui à travers ses textes.

« Je ne connaissais pas Hadrien mais (…) le très bel hommage (…) (que vous lui rendez) nous permet de le découvrir. On mesure l’ampleur de cette perte, et on devine l’immensité de la peine de ses proches. De tout cœur (…) avec tous ceux qui le pleurent aujourd’hui. »

Pauline Barraud de Lagerie, sociologue, IRISSO, université Paris Dauphine.

« Il n’était pas besoin de connaître Hadrien Saïag pour apprécier, en le lisant, ses qualités intellectuelles, sa curiosité, et son degré d’empathie avec les terrains qu’il fréquentait. Partir si jeune est d’une cruauté absolue ; c’est insupportable, et je comprends mille fois la peine de sa famille et de ses proches. »

Christophe Lastécouère, historien, université de Bordeaux.

« No lo traté mucho pero todos los compañeros que (…) vinieron de Francia interesados en Argentina son personas de gran valor. Transmito mis sentimientos a la familia y compañeros. »

traduction: “Je n’ai pas eu beaucoup affaire à lui mais tous les collègues qui (…) sont venus de France en s’intéressant à l’Argentine sont des personnes de grande valeur. Je transmets mes sentiments à la famille et aux collègues.

Amable Lopez Martinez, économiste, Buenos Aires.

« Cette nouvelle est terrible et la perte immense. Je n’ai pas beaucoup connu Hadrien, mais je l’ai beaucoup lu. J’ai choisi de travailler sur l’Argentine grâce à lui en grande partie. Je l’avais rencontré au tout début de ma thèse, on avait pris un café, je me souviens encore des conseils qu’il m’avait donné, bien sentis et très bienveillants. (…) Toutes mes pensées pour sa famille et ses ami.e.s. »

Raphaël Porcherot, économiste, École Normale Supérieure Paris-Saclay.

« Je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer Hadrien Saïag (…). Mais (…) la disparition d’un plus jeune chercheur dont on se sent proche par les idées est une chose extrêmement triste, un malheur désolant. »

Jean Andreau, historien, CRH, EHESS, avec ses condoléances.

« C’est affreux, (…) je l’ai croisé deux, trois fois, et je l’ai lu. Mes pensées à sa famille. »

Wojtek Kalinowski, sociologue, Institut Veblen pour la réforme économique.

That is terribly sad news. Strangely I was just thinking about him and wondering how he was. (…), I will remember his insights and subtle ways of thinking and hope that more people will somehow be able to access these. Sincere condolences (…) to his family.

Deborah James, anthropologue, London School of Economics.

« This is tragic news and so unexpected. What a terrible loss. He was such a generous and clever colleague, and a very warm person to spend time around. I think about his work and things he said quite often.  I’m sending my sympathy for (…) his family.

Ryan Davey, sociologue, Cardiff University.

I have kept in touch with Hadrien in Paris. He was quite reticent, but I do know that he fought several bouts with his cancer, since it came up regularly whenever I suggested a meeting. I was on his doctoral jury with André Orléan, Jérôme Blanc, Florence Weber, Bruno Théret et Jean-Michel Servet. We were a sort of stage army defending our young apostate colleagues for PhDs, appointments and promotions. This one stood out for only one reason. In the jury I tried to explain the difference between ethnography as mere qualitative observations and anthropology. Afterwards, Hadrien wrote to me asking if I cared to amplify these remarks since he didn’t quite understand them. This kind of persistence is rather rare and it warmed me to him. I appointed him soon afterwards to a postdoc in the Pretoria Human Economy programme. I supervised his South African research, but he didn’t get far with it, since he left early for a CNRS position in Paris. (…) I published two articles on his Rosario research in published collections, at least one of which was excellent. (…) Despite struggling with his illness, he achieved a great deal.

Keith Hart, anthropologue, Human Economy Programme, University of Pretoria.

“I had no idea. I cannot say I was friend with him, but I met him a few times at conferences and he was always not only insightful, but genuinely fun and collaborative. I (…) had great respect for his work and was always eagerly awaiting more of it.  How awful. ”

Gustav Peebles, anthropologue, New School of Social Research, New York.

«  Il sera toujours présent par son œuvre et il a beaucoup écrit pour son âge et tout le monde l’appréciait énormément »

Susana Narotzky, anthropologue, Université de Barcelone.

« Quelle tristesse. Hadrien avait été d’un grand soutien lors de mes études. Ses interventions en séminaires étaient toujours inspirantes et accompagnées de cette lumière que l’on trouve dans l’œil d’un homme passionné. »

Nicolas Hercelin, doctorant en économie et géographie financière, Luxembourg

« Terrible news about our beloved colleague Hadrien Saïag. A sad sad day. »

Fabio Mattioli, anthropologue, School of Social and Political Sciences, University of Melbourne.

« Quelle tristesse! Hadrien m’avait fait la faveur de venir parler des monnaies locales complémentaires à l’Université Populaire de Sainte Geneviève-des-Bois, ce trou perdu où j’habite. Il l’a fait avec la simplicité et les convictions qui le caractérisent. Il n’avait rien à gagner à cette affaire, même pas quelques sous versés en monnaie locale puisque nous n’en avons pas! C’était pure générosité de sa part. Je partage la peine de ses proches. »

Jean-Pierre Warnier, anthropologue, Centre d’Etudes Africaines, EHESS, Paris.

Very sad news. I will remember Hadrien most fondly. »

Bill Maurer, anthropologue, School of Social Sciences, University of California at Irvine.

« Je suis vraiment désolé et très triste de lire cette nouvelle. Si [vous pouvez] transmettre mes sincères condoléances à sa famille, je [vous] en serais reconnaissant… »

Max-Amaury Bertoli, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève.

« Quelle triste nouvelle, je suis désolé de l’apprendre. Toutes mes condoléances à toi et à sa famille, toutes mes pensées vont pour lui. »

Sélim Clerc, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève.

I am so very sorry to hear of this terribly sad news. My heart goes out to you and to Hadrian’s family during this difficult time.” 

Malcolm Rees, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève.

 “Quelle tristesse. Je pense beaucoup à lui (…) Hadrien nous manquera.

Michel Oris, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève.

I am trying to find words since i read this email on Saturday…I just can’t believe life is so cruel. I am deeply sad and sorry, this is devastating… Apart from all, this was one of the most good-hearted people, we won’t forget. Keep us in track, and i am sending you lots of hugs and courage to keep up with such a loss.

 Theodora Vetta, Departamento de antropología, Universidad de Barcelona.

« J’ai eu la chance de croiser Hadrien dans sa préparation de doctorat, puis de faire partie du jury de sa thèse, qui était remarquable. Nous partagions la sorte de confraternité qu’ont ceux qui ont eu le même directeur de thèse (Jean-Michel Servet en l’occurrence). Hadrien était non seulement intellectuellement très vif et très engagé dans son métier de chercheur, mais aussi un camarade de discussion agréable avec lequel il faisait bon rire et sourire. Il nous manque. Dans ce moment très difficile, je vous transmets mes plus sincères condoléances et m’associe à votre douleur. »

Jérôme Blanc, économiste, Sciences-Po Lyon.

— 

« J’ai connu Hadrien à l’occasion d’une conférence, il était passionnant à écouter et très sympathique, je me suis toujours dit que je devais lui proposer un café à l’occasion. Je suis vraiment désolé d’apprendre cela.. »

Julien Hallak, économiste, Institut Veblen pour les réformes économiques.

« Extrêmement émue par votre email, je voudrais juste envoyer mes condoléances à sa famille, ses proches et à vous tous qui l’avez bien connu et tant apprécié. (…) je n’ai pas eu la chance de le connaître (…), mais sa mémoire et ses travaux vivront par nos lectures. »

Claire Beaugrand, sociologue, CNRS – IRISSO, université Paris Dauphine.

« C’est avec une immense tristesse que nous vous annonçons que notre cher collègue et ami Hadrien Saïag nous a quittés ce jeudi 30 septembre à 16h, à la suite d’une longue maladie. Cette terrible nouvelle nous est insupportable, compte tenu de l’affection et de l’admiration que nous éprouvions pour l’ami et le chercheur, mais aussi à cause de l’injustice et de la révolte que nous ressentons face à un départ si précoce. Sa vie a été riche et intense, remplie d’humanité, d’altruisme, de passion et d’un engagement total dans son travail, jusqu’aux tous derniers moments. 

Nous adressons nos condoléances les plus sincères à sa famille et à ses proches, avec une pensée pour tou.te.s ses collègues du CNRS, de l’EHESS, de l’IRD, des Universités françaises, de l’Université de Genève, d’Argentine et d’ailleurs, ainsi que pour ses nombreux.ses ami.e.s, comme le groupe historique des usagers de la bibliothèque de la FMSH, à qui Hadrien a toujours su témoigner une amitié sincère et généreuse.

Né en 1985, Hadrien a soutenu sa thèse de doctorat en sciences économiques en 2011 à l’Université Paris Dauphine sur la pluralité du fait monétaire en Argentine, et plus particulièrement sur le trueque. Après un post-doctorat à l’Université de Pretoria dans le cadre du programme de la Human Economy, il a été admis au CNRS en 2013 en tant que chargé de recherche (section 38 – Anthropologie). Il a ainsi pu développer son profil d’anthropologue économique en rejoignant l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) au sein de l’EHESS, où il s’était tout dernièrement investi avec enthousiasme, malgré la maladie, dans une dynamique de reconfiguration institutionnelle et scientifique.

Sa contribution exceptionnelle aux débats novateurs sur le fait monétaire comme produit par les rapports sociaux a été reconnue et récompensée notamment par le prix du jeune auteur de la Revue française de socio-économie. Il a publié l’ouvrage Monnaies locales et économie populaire en Argentine (2015, Karthala) et de nombreux articles dans Revue française de socio-économie, Économie et sociétés, Sociétés politiques comparées et Economy and Society.

Ces dernières années, alors qu’il luttait contre les soubresauts d’une maladie tenace et cruelle, il a développé sa recherche autour de l’articulation entre l’évolution de la protection sociale argentine et le boom du crédit à la consommation destiné aux personnes sans revenus fixes, notamment dans le cadre d’un séjour de visiting à l’Université de Genève. Il était d’ailleurs en train d’élaborer et de mettre en place le projet d’étudier les formes de financiarisation de l’endettement en Suisse et dans la France voisine. En Europe et pendant tout le temps de sa maladie, le terrain argentin a néanmoins toujours été présent dans son esprit et dans ses envies. L’un de ses plus chers désirs, nous a-t-il confié, était de retourner en Argentine pour élaborer une histoire économique de l’endettement dans les milieux populaires, en expérimentant des écritures à la lisière entre langage scientifique et littérature à partir de trajectoires biographiques. Son œuvre reste inachevée, mais continuera à irriguer les débats scientifiques et perdurera par la mémoire de ses collègues.

Nous perdons un ami et un compagnon cher, une âme à l’humanité et au cœur immenses, un esprit vif et curieux, un collègue passionné et passionnant. Certain.e.s d’entre nous perdent bien plus qu’un collègue de bureau ou de laboratoire, un ami qui a toujours contribué et œuvré pour faire de nos institutions, de nos lieux communs et de nos pratiques de recherche des espaces humains et amicaux, surtout pour les précaires et les jeunes étudiant.e.s, et pour faire du travail du.de la chercheur.se un acte au service d’un monde meilleur. Il s’en va injustement trop tôt, après des années d’épreuves physiques et morales pendant lesquelles il n’a pas arrêté de penser à aller de l’avant et à se projeter à nouveau de tout son être dans son travail, envisageant la relance de ses terrains et de ses projets d’écriture.

Il restera présent en nous, dans le cœur et la pensée, dans nos espaces de travail, tout comme au sommet de ses montagnes chéries et sur ses terrains argentins au-delà de l’océan.

L’ensemble de l’IIAC et de ses collègues s’associent à la douleur et au chagrin de sa famille et de ses proches. »

Riccardo Ciavolella, anthropologue,  au nom de l’équipe de direction et des collègues et ami.e.s d’Hadrien à l’IIAC.

me pone muy triste la noticia. Lo conocí a Hadrien en 2016 en la conferencia de Lyon y nos vimos varias veces cuando estuvo en Argentina. Fueron intercambios enriquecedores. Una partida muy pronta y difícil de entender. Te mando un fuerte abrazo.”

traduction:  “Je suis très attristé par la nouvelle. J’ai rencontré Hadrien en 2016 à la conférence de Lyon et nous nous sommes rencontrés plusieurs fois lorsqu’il était en Argentine. Ce furent des échanges enrichissants. Un départ très précoce et difficile à comprendre. Je [vous] envoie un gros câlin.

Julieta Maeso, sociologue, université nationale de Buenos Aires.

Quelque triste et révoltante nouvelle. Je connaissais un peu Hadrien dans le cadre du Iiac et un peu du conseil de rédaction de Monde commun, et j’appréciais son ouverture, sa sympathie et sa disposition. Depuis toutes ces années, il devait aussi combattre cette terrible maladie.”

Michel Agier, Directeur de recherche à l’IRD  et Directeur d’Études à l’EHESS.

Lorsque j’ai rencontré Hadrien en 2019, j’ai immédiatement été frappé par son intelligence, sa passion, sa générosité et sa sensibilité. Ses recherches pionnières sur la finance dans les marges sociales de l’Argentine ont marqué et marqueront nos esprits. Son départ soudain est une nouvelle triste et bouleversante. Mais il nous accompagnera à jamais avec ses précieux travaux. Gracias Hadrien ! “

Nicolas Lainez, chargé de recherche, CESSMA / IRD. 

Oui, Hadrien était un chercheur particulièrement brillant et sympathique. Quelle perte pour la science ! Je l’ai connu aussi bien dans des séminaires que sur les rochers de Fontainebleau. Je [vous] prie de transmettre mes condoléances à ses parents.

Catherine Baroin, maîtresse de conférences, Univeristé de Rouen.

« Je tenais à (…) présenter (…) à la famille d’Hadrien mes condoléances. C’est une immense perte et un gâchis sans nom, rendu d’autant plus cruel qu’Hadrien était encore très jeune. Je n’ai jamais eu l’occasion de le rencontrer en vrai, mais ces travaux sur le trueque influencent largement ma thèse, son manuscrit de thèse se trouve dans ma bibliothèque et j’avais en cela, comme une impression de le connaître indirectement. »

Nicolas Laurence, Doctorant, Laboratoire Triangle, Université Lumière Lyon 2.

“ I am so very sorry to hear this terrible news. Je ne connaissais pas Hadrien.  (…) j’envoie (néanmoins) mes condoléances, (car) je pense à ses parents. » Janet Roitman, anthropologue, The New School of Social Research, New York.

” En arrivant en master à l’EHESS, j’ai participé aux séminaires sur la « financiarisation par le bas » (avec Isabelle Guérin, Solène Morvant-Roux, Emilia Schijman et Bruno Théret entres autres), j’ai été marqué par les interventions brillantes d’Hadrien, ses capacités conceptuelles à replacer le crédit à la consommation dans une perspective historique, celle du cordon industriel de Rosario en Argentine. Tout en étant passionnant, Hadrien m’a impressionné par son humilité, discutant autant avec les étudiants comme moi qu’avec des chercheurs plus confirmés. Je me rappelle aussi que ses interventions ne se terminaient pas par l’énoncé de théories, mais par une multitude de questions foisonnantes.

Cela m’a beaucoup inspiré alors que j’entamais ma thèse au Brésil. J’ai demandé à Hadrien s’il accepterait de participer au comité de suivi de thèse, chose qu’il a accepté aussitôt en me poussant à me défaire de présupposés théoriques pour plonger « à fond » dans l’ethnographie. Ce conseil m’a profondément aidé, tout comme certaines de ses intuitions m’ont amenées à explorer des thèmes que je n’aurais pas du tout imaginé. Par exemple les dettes liées aux trafics de drogue et le rôle des mères pour les régler.

Au delà de la recherche, l’énergie débordante d’Hadrien, son enthousiasme et sa curiosité à la rencontre des autres (et de la montagne) sont des sources d’inspiration inépuisables !  “

Timothée Narring, Doctorant au Cessma/Université de Paris.

« (…) je ne connaissais pas Hadrien Saiag. Je vais le lire, modeste hommage à cet intellectuel. »

 Robert Boyer, économiste, Institut des Amériques, Paris.

A day in the mountain is all you need to find Hardien, that’s where is spirit lives and where it always will be. A good friend, extremely gentle and thoughtful, Hadrien always enjoyed a good discussion of his work, specifically, at least in the few years I knew him, the idea of time and the way it is experienced. Disparate understandings of time was a concept we discussed at length. There is something about the way working people think about and experience time that is different than financial time, and Hadrien was trying to understand, to express and to explore this difference. The way working people find work intermittently, in an elastic system, or the way they measure their ability to quit or take time off, often relates to their ability to pay off their debts. And Hadrien was sure that this was in discord with the financialized system of time where unforgiving interest rates and the securitized debt world in general, are periodic. This is where Hadrien left off, and of course he was on to something. As a well-trained and curious anthropologist, Hadrien brought an unquenchable love for the other, for his fellow humans and for the greater environment under his gaze.

Joshua Greene, Unige et CIESAS Guadalajara 


Hadrien avec Joshua Greene dans leur bureau de l’ UNIGE (photo communiquée par Solène Morvant-Roux)

I met Hadrien in 2015, when we had the chance to work together for a project on the Cuban informal economy. I found in him a bright mind, with whom it was always interesting exchanging views and experiences, he was also a kind and sunny person and we stayed in touch through the years. One of the things I always admired about him was his ability to stay true to himself, which in academia is not easy at all.

Adiós Hadrien, te voy a extrañar.

Concetta Russo, Postdoctoral Fellow, Department of Sociology and Social Research, University of Milan-Bicocca

Je suis profondément bouleversée et attristée de cette terrible et ô si injuste nouvelle. Les mots me manquent. Les émotions se succèdent en cascade.

Je revois le sourire presqu’enfantin d’Hadrien, ses yeux emplis d’une curiosité du monde, je me souviens de son énergie dynamique à entreprendre et comprendre, et je ressens son départ prématuré encore plus cruel et infiniment injuste.

Toute mon amitié à vous toutes et tous, et surtout les plus proches d’Hadrien, et sa famille.

Prof. Véronique Benei, Directrice de Recherche, Centre Norbert Elias, Antenne Université d’Avignon

Je suis vraiment abasourdie et choquée d’apprendre cette triste nouvelle. J’étais à la commission 38 lorsqu’il a été recruté et j’avais été époustouflée par son intelligence et sa vivacité. Mes plus sincères condoléances à sa famille et ses collègues.”

Kadya Emmanuelle TALL, IRD, Institut des Mondes Africains.

« C’est absolument révoltant de partir si jeune ! Je ne connaissais pas personnellement Hadrien. J’ai lu un texte de lui sur le fédéralisme monétaire. Je n’ai aucun mal à imaginer la douleur de ses amis et de sa famille devant une telle injustice. »

Michèle Leclerc-Olive, sociologue et philosophe, IRIS, EHESS.

“En 2011, je croisais les travaux d’Hadrien Saiag, avant de faire sa connaissance. Hadrien avait candidaté au prix du meilleur article de la RFSE en partenariat avec les Doctoriales Economie & Sociologie. Il a obtenu ce prix de la Revue française de socio-économie après de courtes discussions (de mémoire), autour d’un article remarquable intitulé « Les pratiques financières des milieux populaires de Rosario (Argentine) à l’aune du démantèlement du rapport salarial fordiste ».
Hadrien a ensuite été un partenaire du Master EMP, parcours APIESS que je dirige à l’Université de Lille. Il venait régulièrement y présenter ses travaux d’anthropo-économie de la monnaie, grâce à ses complicités avec Pierre Alary.

Hadrien était aussi un compagnon de l’association française d’économie politique. L’engagement de jeunes chercheurs dans la lutte pour le pluralisme nous est réconfortant. Je fais le vœu que d’autres après lui de sa génération poursuivent nos combats.”

Florence Jany-Catrice, Professeure d’Economie à l’Université de Lille, Présidente de l’Association Française d’Economie Politique.

Ce qui frappe chez Hadrien dès la première rencontre c’est de manière indissociable son intelligence et son sourire. Dans un milieu universitaire souvent envahi par les luttes de places et marqué par le conformisme qui en résulte, c’est un bonheur de rencontrer un collègue comme lui. On retrouve les valeurs qui font le sens d’une véritable communauté de recherche mise en pratique. Je garde donc le souvenir de discussions ouvertes sur l’autre, curieuses, exigeantes. Merci Hadrien.

Jean-Louis Laville, Professeur au CNAM.

“c’est une très triste nouvelle. Nous avons partagé avec Hadrien des terrains, des inquiétudes théoriques et de nombreux projets. 

Un fuerte abrazo para sus familiares y amigos más cercanos.”

Alexandre Roig, Université San Martin (Argentine).

« C’est une bien triste nouvelle. Il était trop jeune pour mourir. J’espère qu’il n’a pas souffert. Par le plus grand des hasards, ma belle-sœur s’est occupée de lui pour ses soucis pulmonaires cet été. Elle a ainsi eu l’occasion de le rencontrer et me l’a décrit comme quelqu’un de passionné par la recherche et la montagne et très courageux et optimiste par rapport à sa maladie. Il a évoqué avec nostalgie les échanges que nous avions tous les deux sur l’Argentine. C’est vraiment triste. Je pense à ses parents et sa famille qui doivent être inconsolables. Rien de pire que de perdre un enfant.  Cette année j’ai perdu trois membres de ma famille dont deux de manière inattendue et brutale. Cette année est vraiment triste mais il faut se relever. Il faut garder les êtres chers dans nos cœurs et se souvenir des moments joyeux et forts partagés ensemble. Je me dis que tant que les personnes y sont, ils continuent de vivre en nous. »

Pepita Ould-Ahmed, économiste, IRD, CESSMA, université Paris Diderot.

“Je me souviendrai toujours d’Hadrien pour son immense générosité. J’ai eu le privilège d’avoir de longs, parfois même interminables échanges sur l’Argentine, les pratiques dans le secteur informel, la politique, les institutions. Sa position toujours franche et ouverte a apporté de nouvelles idées à mon travail de terrain, et en même temps m’a permis de voir la situation dans mon pays avec une perspective très différente. Ses travaux sont indéniablement une contribution précieuse pour ceux qui étudient l’Argentine et la monnaie. Mais au-delà de son apport scientifique, je retiens, pour ma part, le compagnon de bibliothèque, qui a toujours fédéré dans son environnement une bande d’étudiants (aujourd’hui chercheurs) aux personnalités diverses et de tous horizons. Sans oublier quelques matchs de football mémorables à la Cité Universitaire qui ont égayé l’été 2011-2”. »

Magdalena Isaurralde, Doctorante EHESS, Chercheuse senior au sein du Social Policy Research Institute et consultante en politiques sociales pour l’UNICEF.

J’ai rencontré Hadrien en 2016, au milieu d’un congrès à l’Université de Berkeley : il semblait différent des autres car il portait de grosses chaussures d’escalade, un pantalon de sport, et regardait le ciel. C’était rassurant de voir qu’on pouvait être un chercheur sérieux et joyeux, humain et attentif aux autres. Je me souviens que nous avions discuté du sens moral de la monnaie, puis des alpinistes du parc naturel de Yosemite, à l’Est de San Francisco — à force de parler nous sommes arrivés en retard à la conférence. Une année plus tard j’ai lu son livre, si intéressant, sur les monnaies locales et l’économie populaire en Argentine. Je l’ai ensuite revu quelques fois, jusqu’à cet atelier sur la dette, perché dans les Cévennes, il y a deux ans. En pensant à lui, j’imaginerai toujours des montagnes, des peuples qui forgent de nouvelles monnaies et un sourire radieux. Avec une grande tristesse, et un fort sentiment d’injustice

Quentin Ravelli, CNRS, Centre Maurice Halbwachs, ENS.

“Cette nouvelle est terriblement triste! une personne tellement généreuse  et d’une intelligence très fine! une énorme perte….. Il était venu en Argentine, on avait co-encadré une étudiante de l’EHESS… Il avait montré une curiosité et ouverture d’esprit remarquable…Très sensible humainement. Una inmensa tristeza!”

Valeria Hernandez, anthropologue, IRD-Cessma, université Paris Diderot.

Je suis reconnaissante d’avoir connu Hadrien, jeune homme curieux et passionné, volubile et brillant, et d’avoir eu avec lui de longs échanges enrichissants. ” 

Blandine Destremau, sociologue, CNRS, LISE, Paris.

« Hadrien querido, merci de m’avoir fait redécouvrir mon propre pays à travers tes yeux et ceux des rosarinos et des intégrants de Poriajhú. Merci de m’avoir appris à m’émerveiller avec la simplicité exubérante de la montagne. Merci pour nos cafés, nos bières, nos jours d’escalade à Fontainebleau. Merci pour ton sourire si doux et pour nos conversations politiques si passionnantes. Malgré le sentiment d’injustice de te savoir parti si tôt, je suis sereine de te savoir en paix, je t’imagine te promener librement entre las cumbres, d’ici et de l’autre côté de l’océan. Hasta la victoria siempre che ! » 

Gala Aguero, doctorante en anthrophologie à l’EHESS en cotutelle avec l’Université de Buenos Aires-CONICET

Hadrien Saiag. D’abord la candeur. Mais tout de suite après la révolte. La droiture. De saines colères rares mais puissantes. Un désir de comprendre, de savoir. Un désir de dire le vrai et de le porter malgré les vicissitudes d’un monde inadéquat à ces désirs de noblesse démocratique. Des projets autour des institutions civiles économiques, des conversations sur Saint just et les Argentins d’une économie politique populaire. Un désir de transformer nos institutions de recherche, de les rendre plus habitables, plus arc-boutées à leurs responsabilités, plus humaines et plus engagées. L’histoire du mutualisme, la patience de la fourmi avec des données statistiques, cà en vaut la peine disait-il. De longues conversations. Je suis désolée d’interrompre une partie de tarot en Touraine , je suis sur la route et je le rassure, oui l’année 2021 Hadrien je m’y engage, tu pourras rester à Genève et d’enchaîner sur la rénovation du labo. Une espérance démesurée et communicative. Moi aussi j’ai cru que la mort reculerait face à tant d’efforts et de bravoure. J’aurais aimé qu’ on ait eu le temps de voir tes projets de romans, de livres et d’articles là sous nos yeux et d’en discuter et de pinailler et de rigoler et de faire venir un autre genre de monde. Un genre coloré et valeureux… Avec amitié Hadrien.

Sophie Wahnich, directrice de recherche CNRS, historienne, ancienne directrice de l’Iiac

Chers collègues,

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de notre jeune et brillant collègue Hadrien Saiag, anthropologue et économiste, spécialiste notamment des monnaies locales. C’est une grande perte pour sa famille mais aussi pour ses collègues, l’école de la régulation et l’institutionnalisme monétaire de langue française.

Nous adressons tout notre soutien à la famille et aux proches d’Hadrien Saiag, et invitons celles et ceux qui le souhaitent à se joindre à eux pour une cérémonie, le vendredi 8 octobre à 14 h 30, en l’église Saint-Romain de Sèvres.

Le Comité de rédaction de la Revue de la régulation




Une réflexion sur « Hommages à Hadrien Saiag »

  1. Hadrien, je le connaissais si peu, et je le regrette maintenant. Je le voyais passionné par son travail, pétillant lorsque nous partagions un repas, présent aux autres, penchant gentiment sa tête pour encore mieux écouter…. Tu laisse un grand vide, Hadrien ! Je suis bouleversée et partage la peine avec sa famille et ses amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.