La fabrique de la neutralité: pour une sociologie politique des lieux neutres

Le rôle des lieux neutres dans la production d’expertise et de “lieux communs” d’action publique est souligné par de nombreux travaux en science politique, sans être encore systématiquement interrogé. À la croisée de la sociologie des institutions, de la sociologie des champs et de la sociologie de l’action publique, cet appel à communications pour le Congrès de l’Association française de science politique de Lille en 2022 propose d’ouvrir un espace de discussion sur ces institutions définies, depuis le travail séminal de Pierre Bourdieu et Luc Boltanski (1976), comme des lieux où les diverses fractions des élites surmontent leurs antagonismes.

par Constantin Brissaud, Jean-Michel Chahsiche et Thomas Lépinay

Le rôle des lieux neutres dans la production d’expertise et de “lieux communs” d’action publique est souligné par de nombreux travaux en science politique, sans être encore systématiquement interrogé. À la croisée de la sociologie des institutions, de la sociologie des champs et de la sociologie de l’action publique, cette section thématique propose ainsi d’ouvrir un espace de discussion sur ces institutions définies, depuis le travail séminal de Pierre Bourdieu et Luc Boltanski(1976), comme des lieux où les diverses fractions des élites surmontent leurs antagonismes : institutions nationales (comme les Commissions du Plan ou le Conseil d’analyse économique) et internationales (comme l’OCDE) produisant de l’expertise, commissions d’expert⋅e⋅s ou de sages préparant des rapports dont la diversité des participant⋅e⋅s doit assurer la neutralité, forums, salons, think tanks, grandes écoles, ou encore certains travaux universitaires (en économie par exemple) ou journaux (Le Monde), revues (Esprit, Le Débat) et maisons d’éditions à vocation généraliste ou pluraliste…Nombre de monographies ont été déjà consacrées à des cas précis, et plusieurs montées en généralité ont été proposées pour caractériser à la fois les pratiques spécifiques à ces espaces et les divers effets qu’ils peuvent produire sur l’action publique(Brissaud, 2019 par exemple; Gayon, 2017; Hauchecorne, 2010). Le point de départ n’est de ce fait aucunement d’affirmer qu’il n’y a jamais eu de recherches sur ces institutions, mais plutôt qu’il y a là une catégorie qui mérite davantage d’investigations.

L’objectif de la section thématique est ainsi de systématiser les avancées sur les points déjà travaillés par la recherche, mais également d’ouvrir de nouvelles pistes d’analyse. Deux perspectives structureront les discussions. D’un côté, il s’agira de remettre en énigme le caractère neutre de ces espaces, en interrogeant, plus spécifiquement, les mécanismes de neutralisation : comment un lieu devient-il neutre et sous quelles conditions le reste-t-il ? D’un autre côté, il s’agira de penser les effets de la neutralisation : qu’advient-il des biens symboliques produits dans les lieux neutres ?

1. La fabrique de la neutralité au concret

Ce premier axe vise à interroger les acteurs des lieux neutres et les investissements divers dont ces espaces font l’objet, de la part de leurs membres et de leurs publics. Il invite ce faisant à analyser les mécanismes sociaux et institutionnels qui confèrent au lieu sa neutralité. L’analyse pourra porter sur les propriétés sociales des acteurs des lieux neutres. Comment sont composés les lieux neutres ? Leurs participants sont-ils (et elles) multi-positionné⋅e⋅s ? Quelles propriétés disposent à la neutralité ? Peut-on parler de “carrières en neutralité,” à propos d’individus qui accumuleraient les positions dans les lieux neutres ? Quelle relation unit les acteurs et actrices aux positions réputées partisanes ?

L’axe invite également à une sociologie des pratiques dans les lieux neutres. L’analyse de la production des rapports a par exemple montré comment le travail de neutralisation des recommandations était porté par un “sens pratique de l’acceptable” chez les rédacteurs, en dépit de la diversité de leurs trajectoires(Gayon, 2017). On pourra également mettre l’accent sur les effets de socialisation, les modes de prises de décision ou les procédures, leur mise en scène et en forme(Hilgartner, 2000), les phénomènes d’éviction des acteurs ou prises de position jugés les plus contestables(Angeletti, 2011), ou encore sur les divisions du travail au sein des lieux neutres, conférant à certains acteurs ou actrices une position de “gardien⋅ne de la neutralité.”

Enfin, il pourra s’agir d’étudier les phénomènes d’accréditation des lieux neutres ou de leurs productions par les acteurs politiques, les journalistes, ou certains groupes d’intérêt, que ce soit par leur participation directe ou dans la réception des travaux. De manière plus générale, quelle relation les lieux neutres adoptent-ils à l’égard de leur environnement, et notamment des débats qui ont lieu dans les arènes partisanes : mise à distance ou au contraire intégration ?

Il est enfin proposé aux participants d’interroger les tentatives ratées de neutralisation, les scandales ou les moments où le crédit du lieu neutre s’étiole, afin d’interroger ce qui fait la neutralité dans la durée. Des perspectives historiques ou comparatives seront de ce fait particulièrement bienvenues.

2. Conserver, amender, transformer : ce que la neutralité fait à l’action publique

Ce second axe de réflexion s’interroge sur les effets des lieux neutres sur la conduite de l’action publique.

Deux pistes de questionnement sont envisagées : tout d’abord en réinscrivant les lieux neutres dans l’espace des institutions et des champs dont ils dépendent, les communications pourraient interroger les effets d’inertie, de dépendance au sentier et finalement, le biais conservateur présumé inhérent à la fabrique de la neutralité. Elles pourraient également envisager les effets d’homologie qui contribuent à la production de lieux communs sectoriels (par exemple sur la santé, (Pierru & Serré, 2001)). À l’inverse, des communications pourraient relever les tentatives d’autonomisation, ou les transformations internes aux lieux neutres susceptibles d’affecter la fabrique de la neutralité et ainsi identifier les conditions sous lesquelles les lieux neutres peuvent participer au renouvellement des cadres de l’action publique. Plus généralement, cet axe vise ainsi à interroger les effets et les limites de validité des lieux communs produits dans les lieux neutres.

The making of neutrality: towards a political sociology of neutral places

The role of neutral places in the production of expertise and “common assumptions” of public action is underlined by many works in political science, without being systematically questioned yet. At the crossroads of the sociology of institutions, the sociology of fields and the sociology of public action, this thematic section proposes to open a space for discussion on these institutions defined, since the seminal work of Pierre Bourdieu and Luc Boltanski(1976), as places where the various fractions of elites overcome their antagonisms: national (such as the Planning Commissions or the Council for Economic Analysis) and international (such as the OECD) institutions producing expertise, commissions of experts preparing reports whose diversity of participants must ensure neutrality, forums, salons, think tanks, Grandes écoles, or even certain academic works (in economics, for example) or newspapers (Le Monde), journals (Esprit, Le Débat) and publishing houses with a generalist or pluralist vocation. Many monographs have already been devoted to specific cases, and several generalizations have been proposed to characterize both the specific practices of these spaces and the various effects they can produce on public action (Brissaud, 2019 for example; Gayon, 2017; Hauchecorne, 2010). The starting point is not to assert that there has never been any research on these institutions, but rather that there is a category that deserves further investigation.

The objective of the thematic section is thus to systematize the advances on the points already worked on by the research, but also to open new avenues of analysis. Two perspectives will structure the discussions. On the one hand, it will be a matter of questioning the neutral character of these spaces, by shedding light, more specifically, on the mechanisms of neutralization: how does a place become neutral and under what conditions does it remain so? On the other hand, it will be a question of thinking about the effects of neutralization: what happens to the symbolic goods produced in neutral places?

1. The manufacture of neutrality in concrete terms

This first axis aims at questioning the actors of neutral places and the various investments of which these spaces are the object, on behalf of their members and their public. In doing so, it invites us to analyze the social and institutional mechanisms that confer neutrality on the place. The analysis could focus on the social properties of the actors of neutral places. How are neutral places composed? Are their participants multi-positioned? What properties does neutrality have? Can we talk about “careers in neutrality,” about individuals who would accumulate positions in neutral places? What relationship unites actors with positions deemed partisan?

The axis also invites to a sociology of the practices in the neutral places. The analysis of the production of reports has shown, for example, how the work of neutralizing recommendations was driven by a “practical sense of the acceptable” among the writers, despite the diversity of their trajectories (Gayon, 2017). We could also focus on the effects of socialization, the modes of decision-making or procedures, their staging and form (Hilgartner, 2000), the phenomena of eviction of the actors or positions judged to be the most contestable (Angeletti, 2011), or even on the divisions of labor within neutral places, conferring on certain actors a position of “guardian⋅ne of neutrality.”

Finally, it may be a matter of studying the phenomena of accreditation of neutral places or their productions by political actors, journalists, or certain interest groups, whether through their direct participation or in the reception of the work. More generally, what relationship do neutral spaces adopt with respect to their environment, and in particular with respect to the debates that take place in partisan arenas: distancing or, on the contrary, integration?

Finally, it is proposed that participants question failed attempts at neutralization, scandals or moments when the credit of the neutral place wanes, in order to question what makes neutrality in the long run. Historical or comparative perspectives will therefore be particularly welcome.

2. Preserving, amending, transforming: what neutrality does to public action

This second axis of reflection questions the effects of neutral places on the conduct of public action.

Two lines of questioning are envisaged: first, by inscribing neutral places in the space of the institutions and fields on which they depend, the papers could question the effects of inertia, path dependency and, finally, the presumed conservative bias inherent in the manufacture of neutrality. They could also consider the homology effects that contribute to the production of sectoral commonplaces (e.g. on health, (Pierru & Serré, 2001)). Conversely, papers could point out the attempts at autonomization, or the internal transformations of neutral places likely to affect the production of neutrality and thus identify the conditions under which neutral places can participate in the renewal of public action frameworks. More generally, this axis aims at questioning the effects and the limits of validity of the common places produced in neutral spaces.


Références / References

• Angeletti, T. (2011). Dire l’économie. Les journées de l’économie comme instance de confirmation. Sociologie, Vol. 2(2), 113–127.
• Bourdieu, P., & Boltanski, L. (1976). La production de l’idéologie dominante. Actes de la recherche en sciences sociales, 2(2), 3–73.
• Brissaud, C. (2019). La production internationale d’un sens commun réformateur : Concurrences expertes et argument statistique de la crise des dépenses de santé à l’OCDE (1972-2018). Université de Strasbourg.
• Brissaud, C., & Juven, P.-A. (2020). Les ruses de la raison budgétaire: L’expertise de l’OCDE sur le prix du médicament. Actes de la recherche en sciences sociales, N(4), 34–49.
• Gayon, V. (2010). L’OCDE au travail. Contribution à une sociologie historique de la « coopération économique internationale » sur le chômage et l’emploi (1970-2010) [Thèse de doctorat, Université Paris Dauphine].
• Gayon, V. (2017). « Lieux neutres en lutte. Consolidation inter-champs et organisation multisectorielle internationale ». Cultures & Conflits, 108, 15–43.
• Hauchecorne, M. (2010). Rawls et Sen en terrain neutre ? Genèses, 78, 67–86.
• Hilgartner, S. (2000). Science on stage: Expert advice as public drama. Stanford University Press.
• Lépinay, T. (2020). Le pouvoir des rapports : La Cour des comptes, du jugement des comptes à l’évaluation des politiques publiques (années 1950 années 2010) : Contribution à une histoire des grands corps de l’État [These de doctorat, Paris 1].
• Lépinay, T. (2019). Écrire à l’image de son institution. Les rapports de la Cour des comptes et du Conseil économique, social et environnemental. Revue internationale de politique comparée, Vol. 26(4), 33–53.
• Memmi, D. (1989). Savants et maîtres à penser. La fabrication d’une morale de la procréation artificielle. Actes de la recherche en sciences sociales, 76(1), 82–103.
• Neumann, I. B. (2007). “A Speech That the Entire Ministry May Stand for,” or: Why Diplomats Never Produce Anything New. International Political Sociology, 1(2), 183–200.
• Pierru, F., & Serré, M. (2001). Les organisations internationales et la production d’un sens commun réformateur de la politique de protection maladie. Lien Social Et Politiques, 45, 105–128.

Les propositions de communications doivent être envoyées aux trois adresses suivantes avant le 2 novembre :

cbrissaud@gmail.com ; thomas.lepinay@gmail.com ; jm.chahsiche@hotmail.fr

Nous nous réjouissons d’échanger avec les congressistes,

Constantin Brissaud, Jean-Michel Chahsiche et Thomas Lépinay


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.