Le « pouvoir » des actionnaires de médias : Enjeux épistémologiques et méthodologiques

Alors qu’elle est au centre du débat sur l’indépendance des médias, la question des relations entre l’actionnariat et les politiques éditoriales est longtemps restée une boîte noire dans la sociologie française, contrairement aux États-Unis. Cet appel à communications pour le Congrès de l’Association française de science politique à Lille en 2022 souhaite réunir des contributions qui soumettent la question de l’influence des propriétaires sur les contenus à l’examen scientifique critique.

par François-Xavier Dudouet et Julie Sedel

The “power” of media shareholders: epistemological and methodological issues

Responsables scientifiques :

Julie Sedel, Université de Strasbourg, SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe). Courriel : jsedel@orange.fr

François-Xavier Dudouet, CNRS, IRISSO (Institut recherche interdisciplinaire en sciences sociales). Courriel : dudouet@dauphine.psl.eu

À l’approche de la campagne présidentielle française, les mouvements de concentration dans les médias audiovisuels (acquisition de 30% du groupe M6 par le groupe Bouygues, prise de contrôle du groupe Lagardère par le groupe Bolloré) suscitent l’inquiétude des commentateurs. D’un côté, le groupe Bolloré soutiendrait une ligne politique très à droite, de l’autre, la fusion de TF1 et de M6 serait davantage en faveur d’une ligne macroniste (Le Monde, 19/05/2021). La presse écrite en ligne « indépendante » (Mediapart, Les Jours), une fraction des quotidiens (Libération, Le Monde), affirmerait, avec les stations de radio de service public (France Inter, France Culture), un ancrage « à gauche ». Alors qu’elle est au centre du débat sur l’indépendance des médias, la question des relations entre l’actionnariat et les politiques éditoriales est longtemps restée une boîte noire dans la sociologie française, contrairement aux États-Unis (Bogart, 1955, Chomsky, 1985, Benson, 2016, 2018, Benson, Hessérus, Neff, Sedel, forthcoming). Le rachat de journaux par de grands groupes industriels qui s’est accélérée dans la deuxième moitié des années 2000, la montée en puissance d’Internet et l’apparition de nouveaux acteurs (les GAFAM, Netflix, etc.) et de modèles économiques, ont marqué un regain d’intérêt pour les soubassements matériels de l’activité journalistique (Cagé, 2010 ; Cagé et al., 2017, Lyubareva, Rochelandet, 2016). Mais l’attention des chercheurs s’est davantage focalisée sur les modèles économiques que sur l’actionnariat sauf exceptions (Cagé et Huet, 2021 ; Cagé et Godechot, 2017). Ce dernier a surtout été étudié au prisme de la « concentration » (Werner Meier, 2005 ; OFM, 2005, Toussaint-Desmoulins 2015, Reynaud, 1999 [pour le secteur de l’édition]), laissant à l’écart les médias détenus par des organisations religieuses, militantes, des associations et ou des fondations (Benson, 2016, 2019). Aujourd’hui, si la question de la propriété des médias et à travers elle, le thème de l’influence de leurs propriétaires, sur l’information, figure au centre du débat public, l’administration de la preuve laisse encore de nombreuses zones d’ombres à explorer. Le premier obstacle réside dans l’opacité du secteur. Contrairement à ce qui était préconisé par les réformateurs du système de la Presse, en 1944, les journaux n’ont pas l’obligation de rendre publique la liste nominative de leurs actionnaires et encore moins celle des membres de leurs conseils d’administration ou de surveillance qui constituent pourtant des instances stratégiques (Ohlsson, 2012, 2013 ; Pradié, 1995 ; Benson, 2019). Cette opacité semble être une caractéristique du capitalisme de presse français au regard du capitalisme financier. François-Xavier Dudouet, Hervé Joly et Antoine Vion, à partir de l’actionnariat et des conseils d’administrations des grandes firmes du CAC 40, ont pu retracer la trajectoire de plus de 800 membres de conseils de surveillance et d’administrations et ainsi, mettre en évidence les structures sociales du champ du pouvoir économique en France (Dudouet, Grémont, Joly, Vion, 2014).

Une deuxième question soulevée par l’étude des relations entre actionnaires et politiques éditoriales, c’est-à-dire les grandes orientations du journal (en termes de ligne politique, de format) et la gestion au jour le jour de l’agenda et du cadrage, consiste à étudier si « celui qui paye l’orchestre décide de la musique ». Comme tout champ de production de biens symboliques, l’information est un univers de croyance. Une intervention trop ostensible des pouvoirs économiques ou politiques sur la ligne éditoriale risquerait à tout moment de saper le capital symbolique de l’institution, son crédit, sa réputation, capital toujours fragile. C’est ce qui explique, au moins partiellement, que les cas d’intervention directe des propriétaires sur les actualités, fassent autant scandales, une fois rendues publiques, leur exposition jetant le discrédit sur l’ensemble de l’institution (Sedel, 2021). Aussi les actionnaires, s’ils veulent peser sur le traitement d’un segment de l’actualité (concernant leurs affaires par exemple ou une cause particulière qui leur est chère[1]), sont-ils amenés à utiliser des moyens plus subtils. Parmi ces moyens figurent l’allocation de ressources et la neutralisation des contre-pouvoirs, le recrutement des directeurs de la publication, des managers et des directeurs éditoriaux (Bogart, 1955 ; Chomsky, 1985, Sedel, 2021, Benson, Hessérus, Neff, Sedel, [forthcoming]).

Une troisième question consiste à revenir sur la façade dépolitisée que la presse a longtemps présentée, en particulier, dans le secteur audiovisuel. L’on s’intéressera notamment aux éléments qui permettent de qualifier de politique tels ou tels médias, émissions, supports, aux espaces éditoriaux stratégiques où cette ligne se donne à voir, au rôle que les actionnaires jouent sur la définition de cette ligne. Ces questionnements nous permettront d’étudier plus largement le rapport au politique des actionnaires (Offerlé, 2021) à travers leur socialisation, leurs relations aux autres segments de l’élite (Sedel, 2019) et, plus précisément, leurs entourages politiques (Eymeri-Douzans, Bioys, Mouton, 2015). On se demandera dans quelle mesure certains actionnaires de médias peuvent se révéler comme des actionnaires dormants, recherchant moins à agir sur l’opinion publique en général qu’à jouer des coups vis-à-vis des autres groupes dominants. Ainsi, les présences de Patrick Drahi au capital de Libération, de Bernard Arnault au capital des Échos ou du trio Pigasse-Niel-Kretinsky au capital du Monde mériteraient d’être interrogées du point de vue des gains symbolique et médiatique qu’apporte, comme par effet de transfert, le simple fait d’être actionnaires de ces médias de premier plan.

Cette section a pour objectif de soumettre la question de l’influence des propriétaires sur les contenus à l’examen scientifique critique en réintégrant dans l’analyse le rapport au politique des actionnaires et des médias. Elle invite les chercheurs à faire varier les contextes et les configurations.

In the run-up to the French presidential campaign, the concentration movements in the audiovisual media (acquisition of 30% of the M6 group by the Bouygues group, takeover of the Lagardère group by the Bolloré group) are causing concern among commentators. On the one hand, the Bolloré group would support a very right-wing political line, on the other, the merger of TF1 and M6 would be more in favor of a Macronist line (Le Monde, 19/05/2021). The “independent” online press (Mediapart, Les Jours), a fraction of the dailies (Libération, Le Monde), would affirm, with the public service radio stations (France Inter, France Culture), a “left-wing” anchoring. While it is at the center of the debate on media independence, the question of the relationship between shareholding and editorial policies has long remained a black box in French sociology, unlike in the United States (Bogart, 1955, Chomsky, 1985, Benson, 2016, 2018, Benson, Hessérus, Neff, Sedel, forthcoming). The takeover of newspapers by large industrial groups that accelerated in the second half of the 2000s, the rise of the Internet and the appearance of new players (GAFAMs, Netflix, etc.) and business models, marked a renewed interest in the material underpinnings of journalistic activity (Cagé, 2010; Cagé et al., 2017, Lyubareva, Rochelandet, 2016). But researchers’ attention has been focused more on economic models than on ownership, with some exceptions (Cagé and Huet, 2021; Cagé and Godechot, 2017). The latter has mostly been studied through the prism of “concentration” (Werner Meier, 2005; OFM, 2005, Toussaint-Desmoulins 2015, Reynaud, 1999 [for the publishing sector]), leaving out media owned by religious organizations, activists, associations and or foundations (Benson, 2016, 2019). Today, while the issue of media ownership and through it, the theme of the influence of media owners, on information, is at the center of public debate, the administration of evidence still leaves many grey areas to explore. The first obstacle lies in the opacity of the sector. Contrary to what was advocated by the reformers of the press system in 1944, newspapers are not obliged to make public the names of their shareholders, let alone the members of their boards of directors or supervisory boards, which are nevertheless strategic bodies (Ohlsson, 2012, 2013; Pradié, 1995; Benson, 2019). This opacity seems to be a characteristic of French press capitalism compared to financial capitalism. François-Xavier Dudouet, Hervé Joly and Antoine Vion, based on the shareholdings and boards of directors of the major CAC 40 firms, were able to trace the trajectory of more than 800 members of supervisory boards and boards of directors and thus, highlight the social structures of the field of economic power in France (Dudouet, Grémont, Joly, Vion, 2014).

A second question raised by the study of the relations between shareholders and editorial policies, i.e. the major orientations of the newspaper (in terms of political line, format) and the day-to-day management of the agenda and framing, consists in studying whether “he who pays the orchestra decides the music”. Like any field of production of symbolic goods, information is a universe of belief. Too much ostensible intervention by the economic or political powers on the editorial line could at any moment undermine the symbolic capital of the institution, its credit, its reputation, a capital that is always fragile. This explains, at least partially, why cases of direct intervention by the owners in the news make such a scandal, once they are made public, their exposure discrediting the whole institution (Sedel, 2021). Thus, if shareholders want to influence the treatment of a segment of the news (concerning their business, for example, or a particular cause that is dear to them), they are led to use more subtle means. These include the allocation of resources and the neutralization of checks and balances, the recruitment of editors, managers and publishers (Bogart, 1955; Chomsky, 1985, Sedel, 2021, Benson, Hesserus, Neff, Sedel, [forthcoming]).

A third question consists of looking back at the depoliticized facade that the press has long presented, particularly in the audiovisual sector. In particular, we will be interested in the elements that make it possible to qualify such or such media, programs, and supports as political, in the strategic editorial spaces where this line is visible, and in the role that shareholders play in defining this line. These questions will allow us to study more broadly the relationship of shareholders to politics (Offerlé, 2021) through their socialization, their relations to other segments of the elite (Sedel, 2019) and, more precisely, their political entourages (Eymeri-Douzans, Bioys, Mouton, 2015). We will ask ourselves to what extent certain media shareholders can reveal themselves as dormant shareholders, seeking less to act on public opinion in general than to play tricks vis-à-vis other dominant groups. Thus, the presence of Patrick Drahi in the capital of Libération, of Bernard Arnault in the capital of Les Echos or of the Pigasse-Niel-Kretinsky trio in the capital of Le Monde deserve to be questioned from the point of view of the symbolic and media gains brought about, as if by a transfer effect, by the simple fact of being shareholders in these leading media.

This section aims at submitting the question of the owners’ influence on the contents to a critical scientific examination by reintegrating in the analysis the relation to politics of the shareholders and the media. It invites researchers to vary the contexts and configurations.

Les propositions (500 signes max) doivent être envoyées à chacun des responsables de la ST 35 avant le 2 novembre 2021. Les textes des communications devront être transmis aux responsables le 15 juin 2022 au plus tard.

Paper proposals (500 characters max) must be sent by e-mail to each of the panel’s converners before November 2nd, 2021. Papers must be submitted to the panel’s converners by June 15, 2022.

Références/References

Benson R., Hessérus M., Neff T, Sedel J., Why ownership matters, Oxford Press, à paraître.

Benson R., « How Media Ownership Matters in the US: Beyond the Concentration Debate », Sociétés contemporaines, 2019, vol. 1, n° 113, p. 71-83.

Benson R. « Institutional Forms of Media Ownership and their Modes of Power », in Eide Martin, Ove Larsen L., Sjøvaag H. eds., The Journalistic Institution Reexamined: Digital Challenges and Professional Reorientations (Intellect/University of Chicago), 2016, p. 27-48.

Bogart L., « The Management of Mass Media: An Agenda for Research », The Public Opinion Quarterly, 1973, Vol. 37, n° 4, p. 580-589.

Chomsky D., « The mechanisms of management control at the New York Times », Medias, Culture and Society, 1999, vol. 21, p. 579-599.

Dudouet F.-X., Grémont É., Joly H., Vion A., « Retour sur le champ du pouvoir économique en France. L’espace social des dirigeants du CAC 40 », Revue Française de Socio-Économie, 2014, vol.1, n° 13, p. 23-48.

Lyubareva I., Rochelandet F., « Modèles économiques, usages et pluralisme de l’information en ligne. Nouveaux enjeux du pluralisme à l’ère des plateformes », Réseaux, 2017, vol. 5, n°205, p. 9-19.

Cagé J., Huet B., L’information est un bien public. Refonder la propriété des médias, Paris, Seuil, 2021.

Cagé J., Sauver les médias, capitalisme, financement participatif et démocratie, Paris, Seuil, 2015, « La République des idées »

Cagé J., Godechot O., Who owns the media? The media independence project, Sciences Po LIEPP, Report, 2017.

Eymeri-Douzans J.-M., Bioz X., Mouton S., Le règne des entourages. Cabinets et conseillers de l’exécutif, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

Offerlé M. Ce qu’un patron peut faire. Une sociologie politique des patronats, Paris, Gallimard, 2021, « NRF Essais ».

Ohlsson J., « Boardroom empires? A study of ownership in the Swedish Press », Nordicom Review 34, 2013, Special issue, p. 11-24.

Pradié C., « Capitalisme et financiarisation des industries culturelles », Réseaux, 2005, vol. 3, n°131, p. 83-109.

Pradié C., La presse, le capitalisme et le lecteur. Contribution à l’histoire économique d’une industrie culturelle, Thèse de doctorat de l’Université Grenoble III Stendhal, 1995.

Sedel J., Dirigeants de médias. Sociologie d’un groupe patronal, Rennes, PUR, « Res Publica », 2021.

Sedel J., « Les dirigeant-e-s de médias : sociologie d’un ‘espace carrefour’ », Sociétés contemporaines 2019, vol. 1, n° 113, p. 13-44.


[1] Ces deux modes de pouvoir exercés par les propriétaires – instrumentalisme économique et politique, sont analysés en profondeur dans les médias nord-américains, suédois et français par Benson, Hessérus, Neff, Sedel (forthcoming).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.