La monnaie comme fait social: théorie unifiée et réalité diversifiée. Une approche néo-régulationniste

Il s’est agi, après la publication de La monnaie dévoilée par ses crises, de revenir à nouveaux frais sur la question de la souveraineté de la monnaie dans sa relation à la souveraineté politique.

par Bruno Théret

 

Version originale française de l’introduction au recueil inédit, 社会的事実 としての貨幣 (“Money as a Social Fact: Unified Theory and Diversified Reality. A Neo Regulationist Approach”) paru chez KOHYO-SHOBOU PUBLISHERS, Kyoto, 2020.

Les textes qui composent cet ouvrage ont été publiés en français entre 2008 et 2014 dans diverses revues de sciences sociales [1], à l’exception des deux textes portant sur l’Argentine – chapitres 5 et 6 -, publiés en anglais en 2019 dans le livre Monetary Plurality in Local, Regional and Global Economies, édité par Georgina Gomez [2]. Tous ces écrits constituent des prolongements du livre La monnaie dévoilée par ses crises [3], ouvrage collectif paru sous ma direction fin 2007 et qui est le produit d’un séminaire de recherche mensuel intitulé Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui tenu entre 1999 et 2004. Ce séminaire avait pour but d’approfondir l’approche interdisciplinaire des faits monétaires développée à partir de 1993 à l’initiative de Michel Aglietta, André Orléan et Jean-Marie Thiveaud, et qui avait conduit à la publication en 1998 du livre La Monnaie souveraine sous la direction de M. Aglietta et A. Orléan auquel j’ai participé [4]. L’introduction collective de ce livre, signée par des économistes se reconnaissant pour la plupart dans les approches françaises de la régulation et/ou de l’économie des conventions, mais aussi par des anthropologues, des historiens et un psychologue, peut être considéré comme l’acte de naissance du courant de pensée monétaire qui s’est développée en France depuis plus de 30 ans et qu’on appelle aujourd’hui l’institutionnalisme monétaire francophone [5].

En effet, le principal objectif du séminaire Crises fut de mettre à l’épreuve sur un ensemble de situations historiques et culturelles plus large que le corpus initial, les idées développées dans cette introduction collective ; l’idée était de se centrer sur des conjonctures historiques de crises monétaires, variées dans l’espace et le temps, dans la mesure où dans ces moments critiques, la monnaie est dénaturalisée et les structures et les dynamiques sous-jacentes aux institutions monétaires en crise apparaissent au grand jour[6]. Un autre objectif était de prendre en compte les critiques dont La monnaie souveraine avait, à sa sortie, fait l’objet dans les diverses disciplines académiques mobilisées dans le livre. Cette méthode d’approfondissement des nouvelles idées et questions apparues au cours d’un séminaire, avec prise en compte des critiques faites à l’ouvrage qui en est tiré, sera également adoptée à l’issue de la publication de La Monnaie dévoilée par ses crises.

Les articles publiés dans le présent livre en sont l’expression et doivent être resitués dans cette perspective. Ainsi alors qu’après la publication de La monnaie souveraine, la préoccupation était de tester, à travers l’étude de diverses crises monétaires, le caractère heuristique de la conception triadique de la monnaie en tant que confiance élucidée dans cet ouvrage, il s’est agi, après la publication de La monnaie dévoilée par ses crises, de revenir à nouveaux frais sur la question de la souveraineté de la monnaie dans sa relation à la souveraineté politique, moyennant des incursions dans le domaine jusque-là peu investi de la philosophie politique. C’était là une nécessité dictée par la logique d’une approche de la monnaie la rapportant aux concepts de dette de vie et de souveraineté, tout autant que par la nouvelle conjoncture créée par la crise de la globalisation financière de 2008 et celle de l’euro qui s’en est suivie. A cette fin, un nouveau séminaire de recherche intitulé La souveraineté monétaire et la souveraineté politique en idées et en pratiques : identité, concurrence, corrélation ? fut relancé qui réunit entre octobre 2008 et décembre 2011 le groupe des économistes et des historiens du séminaire précédent, mais élargi et complété principalement par des philosophes et des juristes[7]. Destinés à nourrir la problématique de ce séminaire Souveraineté, les articles réunis dans la première partie du présent livre – Vers une science sociale unifiée de la monnaie, chapitres 2 à 4, ont été écrits juste après la parution de La monnaie dévoilée par ses crises ; ils reprennent les éléments sociologiques de l’introduction à cet ouvrage concernant la nature et la structure de la monnaie (chapitre 2), mais en constituent aussi des développements additionnels relatifs aux concepts de dette de vie, avec appel à l’anthropologie (chapitre 3), et de souveraineté, avec appel à la philosophie politique (chapitre 4)

Mais une autre question, d’ordre historique, avait émergé dans le séminaire Crises : alors que pour divers systèmes monétaires, y-compris contemporains, on observait la récurrence de situations de pluralité monétaire, pourquoi ce phénomène n’était-il pratiquement pas étudié par les sciences sociales, si ce n’est par quelques anthropologues ? Aussi, parallèlement au séminaire Souveraineté, avec un groupe d’économistes ayant contribué à La monnaie dévoilée [8], nous avons essayé de répondre à cette question en construisant un programme de recherche qui a très vite opéré sa jonction avec le programme international Complementarity among monies dirigé par Akinobu Kuroda, professeur d’histoire économique à l’Institute of Asian Studies à l’université de Tokyo [9]. Les articles rassemblés dans la seconde partie de ce livre – Fédéralisme et pluralité monétaire, chapitres 5 à 7 – correspondent à ce programme de recherche pluralité/complémentarité entre monnaies : à partir d’études de cas historiques, j’y développe la notion de fédéralisme monétaire comme forme de complémentarité entre monnaies.

Quant à la troisième partie – Monnaie internationale et globalisation de la finance, chapitres 8 et 9 –, son objet est la globalisation financière vue en tant que régime monétaire international de substitution à une véritable monnaie internationale. Contrairement aux parties précédentes correspondant au développement d’un programme de recherche collectif, celle-ci est indexée à une recherche plus personnelle sur « l’économie institutionnelle » de J. R. Commons [10], un des principaux fondateurs du dit « ancien institutionnalisme américain ». Je considère en effet l’œuvre de Commons comme une archive de la pensée institutionnaliste structuraliste génétique qui est susceptible de ressourcer les institutionnalismes tant de la théorie de la régulation que de l’économie des conventions[11] et dans laquelle l’institutionnalisme monétaire francophone devrait également puiser[12]. Ainsi, le lecteur trouvera dans cette partie une analyse de la relation entre la monnaie internationale et la globalisation financière dans laquelle les concepts développés dans les chapitres précédents sont articulés à la conception commonsienne de l’éthique et de ses rapports avec l’économie et le droit[13] (chapitre 8). Il y trouvera également un bilan de la globalisation financière qui en montre le caractère à la fois non rationnel au plan économique en raison de sa piètre efficacité, et non raisonnable, au sens de Commons, au plan politique et social. Sur cette base, il apparaît à la fois rationnel et raisonnable d’en sortir en renouant à la fois avec un système monétaire international coopératif au niveau global et avec un pouvoir monétaire des Etats indépendant du capitalisme bancaire au niveau national (chapitre 9).

J’en viens maintenant à une présentation plus détaillée du contenu du livre.

Son premier chapitre L’argent public et les régimes économiques de l’ordre politique (2010) est tiré d’un entretien que j’ai eu avec les sociologues Vincent Gayon et Benjamin Lemoine, à l’époque encore en thèses de doctorat, mais qui aujourd’hui, en tant que membres comme moi de l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO) à l’université Paris Dauphine, sont au cœur du développement d’une sociologie politique de l’économie qu’ils définissent comme « une approche constructiviste, sociohistorique, réflexive et conséquente de la réalité économique »[14]. En mobilisant des enquêtes ethnographiques pour mettre en évidence le rôle de l’action publique dans la construction et les processus de transformation des institutions, cette sociologie politique de l’économie vise à rentrer à l’intérieur des boites noires que sont pour les économistes, fussent-ils institutionnalistes, les institutions et organisations économiques et politiques[15]. Articulant sociologie, science politique, ethnographie et économie, elle est ainsi partie prenante, comme l’institutionnalisme monétaire francophone, du développement d’une science sociale unifiée de l’économie et de la monnaie. Dans l’entretien, j’appelle de mes vœux le développement d’une telle approche pour analyser l’argent et plus largement les finances publiques. Mais l’entretien traite aussi plus généralement sur le mode de la conversation orale des diverses questions monétaires abordées dans le présent ouvrage ; il devrait constituer, de ce fait, pour le lecteur une introduction pédagogique à ce qui sera traité de manière plus précise, mais aussi plus absconse dans les trois parties et les huit chapitres du livre qui la suivent.

Vers une science sociale unifiée de la monnaie.

La première partie du livre rassemble sous ce titre trois textes qui s’inscrivent dans le prolongement de La monnaie souveraine pour les deux premiers, de La monnaie dévoilée par ses crises pour le troisième. Ils traitent respectivement d’aspects sociologiques, anthropologiques et philosophiques de la monnaie, en la considérant successivement comme une relation sociale spécifique et un capital culturel (chapitre 2), dans son rapport à la dette de vie (chapitre 3), et en tant que produit discursif d’une représentation symbolique de la souveraineté (chapitre 4).

Le chapitre 2 Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire (2008) est une version révisée et réduite du chapitre introductif de La monnaie dévoilée par ses crises[16]. En mobilisant une approche unitaire de science sociale, j’y présente un système de concepts sociologiques visant à saisir la nature relationnelle de la monnaie, son caractère universel et pourtant diversifié, et sa structure de fait social total, multidimensionnel. Y sont distinguées les propriétés génériques propres à toute monnaie, qu’elle soit « sauvage » ou « moderne », de ses usages non spécifiquement monétaires, variables selon les sociétés. La structure intime de la monnaie y est décrite en croisant les trois formes fonctionnelles par l’enchaînement récurrent desquels elle se reproduit, à savoir le compte, le monnayage et le paiement, avec les trois états dans lesquels elle se donne à voir en tant que fait social total – les états incorporé, objectivé et institutionnalisé. Ainsi il apparaît que c’est l’incorporation de la monnaie dans la psyché de chacun qui fait qu’elle est confiance, et que c’est parce que la monnaie a une structure fonctionnelle triadique nécessaire à sa reproduction que cette confiance prend elle-même trois formes, respectivement méthodique, hiérarchique et éthique. S’éclairent ainsi deux traits de la monnaie généralement occultés dans les théories économiques : le fait qu’une monnaie n’a de valeur que dans le contexte sociétal où elle fonctionne comme « capital culturel » (au sens de Pierre Bourdieu) ; le fait que sa nature d’opérateur de totalisation sociale dissimule, en dehors des moments de crise, la non neutralité distributive – au plan social comme territorial – de tout régime monétaire.

Le chapitre 3 Monnaie et dettes de vie (2009) est consacré au concept de dette de vie posé dans La monnaie souveraine comme étant à l’origine de la monnaie. Dans ce chapitre, j’examine les critiques faites à cette notion à la sortie de ce livre, en les considérant non pas comme rédhibitoires, mais au contraire comme susceptibles de renforcer sa portée heuristique. Il s’avère que ce faisant, l’article, originellement publié en 2009, répond aussi par anticipation à des critiques faites ultérieurement, notamment celle de David Graeber (2011) qui qualifie de pur « mythe » l’idée de voir dans la dette de vie l’origine de la monnaie. Cette qualification est pour Graeber, il est vrai, associée à la conception verticale de la dette de vie privilégiée dans La Monnaie souveraine, comme le montre le fait qu’il reprend par ailleurs à son compte le concept en se référant à l’approche horizontale de la dette de vie développée par Philipe Rospabé[17]. Or précisément dans ce chapitre, je mobilise diverses critiques, parfois en les retournant, pour en proposer une conception triadique qui renforce les fondements empiriques et historiques de la validité de l’hypothèse qui voit en elle l’origine de la monnaie. Il n’y est plus question de réduire la dette de vie à sa dimension verticale initialement privilégiée, ni à sa dimension horizontale à la Rospabé-Graeber. Les matériaux anthropologiques permettent en effet de considérer la dette de vie comme tridimensionnelle, c’est-à-dire à la fois verticale (rapport à une autorité supérieure), diagonale (relations de transferts de capital-vie entre groupes par alliance et filiation, mais aussi à l’occasion des meurtres) et horizontale (relations d’échanges dans le cadre d’une division sociale-technique des activités humaines).

Le chapitre 4 Philosophies politiques de la monnaie : une comparaison de Hobbes, Locke et Fichte (2014) a constitué, quant à lui, un des prolégomènes au séminaire Souveraineté ; il porte sur les conceptions philosophiques du rapport entre monnaie et souveraineté politique à l’époque des révolutions bourgeoises contre les monarchies de droit divin en Europe. Il. Je m’y interroge sur la place que peut occuper la monnaie dans les représentations de la souveraineté du peuple produites par les philosophes des lumières théoriciens du contrat social, en privilégiant et comparant les positionnements de Hobbes, Locke et Fichte sur cette question. Ce choix repose sur trois raisons : d’une part ce trio est représentatif des conceptions philosophiques libérales de la souveraineté du peuple fondée sur un contrat social[18] ; d’autre part ces trois philosophes ont eu une influence majeure sur la construction effective des États capitalistes occidentaux ; enfin et surtout ils sont les seuls à accorder une place explicite à la monnaie dans leur conceptualisation de l’État libéral moderne[19]. En fait ces philosophes proposent des idéaux-types philosophiques du rapport monnaie/souveraineté qui sont différents et reflètent les formes diverses que prend chez eux la symbolique de la dette de vie dans les sociétés modernes. Pour le montrer, je commence par rappeler les sens divers pris à partir du XVIème siècle en Europe par le signifiant “souveraineté” ainsi que la diversité de ses modélisations, diversité qui structure le champ de la philosophie politique moderne. Puis je décris le statut et les formes de la monnaie dans les trois modèles proposés respectivement par les trois philosophes, en montrant que la monnaie ainsi encastrée dans le politique y est de nature à chaque fois différente, unique ou duale, métallique ou pur signe conventionnel de valeur. Je conclus sur une synthèse de ce qui à la fois oppose et unit ces trois modèles ainsi que sur leur rémanence jusqu’à aujourd’hui. Il en ressort notamment deux résultats importants : d’une part chez aucun de ces philosophes on ne trouve trace de la fable du troc ; d’autre part, comme c’est le cas chez Locke, la monnaie peut être conçue comme une autorité souveraine en elle-même supérieure à l’État.

Fédéralisme et pluralité monétaire.

La deuxième partie du livre rassemble sous ce titre trois chapitres qui s’inscrivent cette fois dans le prolongement de La monnaie dévoilée par ses crises. Ces chapitres abordent la question de la pluralité monétaire en la considérant comme un état normal possible des systèmes monétaires contemporains, et non pas comme la manifestation d’une crise de fractionnement de la monnaie préjudiciable à l’unicité nécessaire de la politique monétaire. Elle n’est donc pas vue comme une caractéristique structurelle exclusive des monnaies « sauvages » et « antiques ». Pour le montrer, on cherche dans ces chapitres à sortir de l’oubli des faits et situations monétaires qui n’ont jusqu’à maintenant retenu l’attention ni des économistes qui pour la plupart ont épousé le dogme de l’unicité monétaire [20], ni des historiens économistes qui dans leur majorité sont plus préoccupés de ce qui se passe dans les capitales des États que dans les provinces.

Aussi, comparés aux chapitres précédents qui rendent compte de montées en généralité à partir de bases empiriques déjà bien établies, les trois chapitres de cette partie sont d’un niveau d’abstraction moindre dans la mesure où on cherche d’abord à y établir ou rappeler des faits occultés ou déniés. En effet, pour construire un cadre conceptuel qui, à l’encontre des idées reçues, rende compte de la tension entre unicité et pluralité monétaire et de possibles régimes de pluralité stabilisant cette tension, il est nécessaire d’accumuler préalablement un nombre suffisamment pertinent de faits historiques et anthropologiques en témoignant [21]. Rendre compte d’expérimentations monétaires défaites politiquement, jugées hors normes ou encore associées exclusivement à des situations de crises, revient alors à faire ressurgir des archives des sociétés concernées leur « savoir enseveli », selon les termes de Foucault, et compte tenu de la possible, voir probable récurrence historique de ces expérimentations, à faire appel à la méthode archéologique prônée par ce dernier pour la mettre à jour. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Un économiste institutionnaliste travaillant sur la monnaie ne peut que répondre oui à une telle question : l’histoire du papier-monnaie ne nous a-t-elle pas appris que ce n’est pas parce qu’elles disparaissent et sont oubliées que des expériences monétaires ne doivent pas être considérées comme des innovations politiques et sociales encore susceptibles de nous informer sur des futurs à la fois possibles et plus conformes à l’imaginaire démocratique. Et c’est avec cette idée en tête que Jérôme Blanc et moi-même, dans le prolongement immédiat du séminaire Souveraineté et comme point d’aboutissement du programme de recherche « pluralité/complémentarité entre monnaies » évoqué plus haut, avons organisé de septembre 2012 à avril 2016 le séminaire La monnaie entre unicité et pluralité : regards pluridisciplinaires et enjeux de théorisation [22]. Les chapitres 5 à 7 composant cette partie du livre et présentés et discutés dans ce séminaire Pluralité, sont le fruit de cette entreprise archéologique. Ils témoignent de sa pertinence et de son efficacité heuristique.

Dans ces chapitres, en outre, la pluralité monétaire considérée comme un état stable est associée à la notion de fédéralisme monétaire, ce qui nécessite encore une courte explication. En effet, quand on rapproche la question de la monnaie de celle de la souveraineté comme le propose l’institutionnalisme monétaire francophone, parler de pluralité monétaire conduit à envisager une double différenciation sociale et territoriale des monnaies.

1/Dès lors qu’on cherche à passer d’une vision économiciste, exclusivement marchande, des sociétés capitalistes-étatiques modernes à la conception sociologique d’une société différenciée composée d’une pluralité de sphères d’échanges sociaux, la pluralité monétaire peut d’abord renvoyer à l’articulation entre elles de ces sphères par une monnaie spécifique qui vient se surajouter aux monnaies internes à chacune de ces sphères ; nous avons là une première forme de pluralité monétaire [23].

2/Par ailleurs, dès lors que l’observation de la réalité politique des sociétés nous a convaincu que la notion de souveraineté ne doit pas être rapportée au seul concept de l’État unitaire omni-compétent, d’autres figures de la souveraineté – observables si on y prête attention ou concevables au plan philosophique – doivent être prises en considération et conceptualisées. Ainsi dans les fédérations modernes, formes d’organisation politique territoriale alternatives à l’État unitaire et où les pouvoirs souverains, ce qu’on peut aussi appeler les droits de souveraineté, sont répartis à diverses échelles territoriales, il apparaît « normal » et non « pathologique » que le pouvoir monétaire soit également distribué entre ces échelles. N’est-il pas en effet « normal » que les principes d’organisation d’un système monétaire s’accordent, d’une manière ou d’une autre, avec ceux de l’organisation politique de la société ? Dans cette perspective, le fédéralisme monétaire conceptualise le fait que des pouvoirs publics fédérés émettent des monnaies circulant sur leur territoire à parité avec la monnaie fédérale de cours légal utilisée comme unité de compte commune. Dans ce cas, la pluralité monétaire exprime une complémentarité liée à la localité et à l’imbrication de territoires politiques d’échelles différentes.

C’est de cette deuxième forme de pluralité qu’il est question dans les chapitres 5 à 7 [24]. Les analyses qui y sont proposées sont certes nourries au départ par des concepts tirés de travaux sur la philosophie politique du fédéralisme et l’histoire de différentes fédérations [25], mais elles portent sur des situations historiques concrètes où une pluralité monétaire liée à la localité s’exprime empiriquement soit de toute évidence, soit de manière latente. Dans les chapitres 5 et 6 qui concernent l’Argentine, je rends compte d’expériences de pluralité monétaire observables et encore d’actualité mais peu ou pas étudiées ; dans le chapitre 7 portant sur la zone euro, je rend compte à l’inverse d’une expérience d’unicité radicale de la monnaie et de sa crise dans un contexte politique de type fédératif, expérience qui dégage en creux, à la lumière des expériences argentines décrites dans les deux chapitres précédents, une place latente pour un fédéralisme monétaire susceptible de rendre viables les arrangements monétaires et politiques actuellement en crise. Dans ce cas, il est vrai, la question reste de savoir si dans le jeu des tensions entre les deux, ce sera la monnaie qui sera partie prenante d’une forme démocratique de souveraineté politique ou si, au contraire, la première conformera la seconde au risque de la détruire.

En fait, les chapitres 5 et 7 sont conçus comme miroirs l’un de l’autre. Pourquoi, en effet, conceptualiser des faits sociaux récurrents si ce n’est pour les transformer de cas particuliers en catégories plus générales utiles pour élargir notre vision du champ des possibilités d’action collective humaine et d’innovation institutionnelle ? Effectivement, à mes yeux, le concept de fédéralisme monétaire a une portée non seulement descriptive mais aussi normative qui réside dans sa capacité à concevoir une voie de sortie de la crise politique et économique actuelle de l’Union européenne qui soit en accord avec ses valeurs fondatrices. Voyons cela de plus près en détaillant un peu plus le contenu de chacun des chapitres.

Le chapitre 5 Le concept de fédéralisme monétaire et ses fondements empiriques dans l’histoire monétaire argentine (2019) développe ce concept en s’appuyant à la fois sur la théorie et sur l’histoire. La théorie y est relative au concept de fédéralisme dans la pensée philosophique et politique ainsi qu’à la structure fédérale intrinsèque de la monnaie moderne (capitaliste-étatique) qui combine unicité (de l’unité de compte du système) et pluralité (des moyens de paiement), tandis que l’histoire concerne principalement les expériences de monnaies fiscales provinciales en Argentine. Sont d’abord présentés dans le chapitre les principes généraux et plusieurs fondements historiques de l’application du fédéralisme aux systèmes monétaires. On y décrit ensuite une des manifestations historiques parmi les plus manifestes d’un tel fédéralisme monétaire, à savoir les vagues récurrentes d’émissions de monnaies provinciales complémentaires à la monnaie nationale, en Argentine entre 1890 et 2003 [26]. Enfin y sont examinées les raisons pour lesquelles ce pays présente un cas aussi remarquable de fédéralisme monétaire. En conclusion, je suggère un scénario de fédéralisme monétaire, inspiré du cas argentin, pour sortir de la crise actuelle de la zone euro, scénario qui est développé plus largement dans le chapitre 7.

Le chapitre 6 Naissance, vie et mort d’une monnaie provinciale complémentaire, Tucuman – Argentine 1985-2003 (2019) est consacré, quant à lui, à l’histoire du bocade, la monnaie complémentaire émise sans interruption par la province argentine de Tucuman entre 1985 et 2003. S’agissant d’une expérience monétaire qui s’est prolongé pendant près de 18 ans, dans une période, qui plus est, de forte volatilité de la politique monétaire au niveau fédéral, elle ne peut être réduite à un dispositif momentané de secours en cas de crise. Sa résilience à long terme et des circonstances locales particulières ont fait qu’on a pu reconstruire quantitativement et qualitativement son histoire et la resituer dans le cadre de l’évolution économique de la province et de la Nacion (l’Argentine en tant que tout). Le chapitre décrit d’abord quand, comment et pourquoi le bocade a été émis, et comment il a évolué dans le temps en fonction des conflits sociaux, territoriaux et politiques qu’il a participé à régler, ce qui peut être imputé au fait qu’il a inspiré confiance à ses usagers en mobilisant le sentiment d’appartenance provinciale et en résolvant divers problèmes locaux. Ensuite, on y propose une évaluation de l’efficacité et de la viabilité du dispositif à partir de quatre questions que je laisserai ici sans réponses pour garder le suspense : la valeur dans l’unité de compte nationale du bocade a-t-elle été maintenue à la parité ? A-t-il été inflationniste ? A-t-il favorisé la croissance au niveau provincial ? A-t-il réduit la dette publique provinciale ?

Enfin le chapitre 7 Sortir d’en bas par le haut de la crise de la zone euro : une réponse en termes de fédéralisme monétaire (2014) cherche à résoudre le dilemme dans lequel la crise actuelle de l’euro et des dettes publiques européennes place les Etats-membres de la zone euro : faut-il renforcer l’euro en tant que monnaie unique au prix de politiques d’austérité enfonçant à des degrés divers les économies des Etats-membres dans la dépression, ou faut-il en revenir aux monnaies nationales afin de sortir de ces politiques par des dévaluations si nécessaire ? J’y propose une solution tierce, inspirée par diverses expériences de fédéralisme monétaire dont celles examinées dans les deux chapitres précédents ; elle consiste, pour les pays qui en auraient besoin, à garder l’euro tout en émettant des monnaies fiscales nationales (émises par les trésors publics) complémentaires à l’euro car fixées et maintenues à la parité avec lui. Pour étayer cette proposition, le chapitre développe d’abord une analyse des tenants et aboutissants de la crise monétaire et financière de la zone euro qui montre que cette crise est avant tout une crise des règles de monnayage de l’euro en tant que monnaie unique. Puis, après avoir caractérisé comme fausses solutions les deux stratégies opposées de sortie de crise qui dominent les débats, j’y mobilise la théorie de la monnaie comme confiance pour mettre en évidence que les origines profondes de la crise de l’euro renvoient à la nature contradictoire du projet politique européen revisité dans les années 1980 par le néolibéralisme et la globalisation financière et relèvent donc d’un déficit structurel de confiance éthique. Sortir de cette crise impliquerait donc d’adapter les règles de monnayage de l’euro à l’état de l’union politique, ce pour quoi, comme on le montre finalement, les formes du fédéralisme monétaire examinées dans les deux chapitres précédents peuvent servir de référence pour orienter les innovations institutionnelles requises[27].

Monnaie internationale et globalisation de la finance

Sous ce titre la troisième partie du livre rassemble deux chapitres qui abordent la question de la monnaie internationale dans la période actuelle de mondialisation commerciale et de globalisation financière. Elle est une sorte de réponse anticipée à Robert Boyer qui, dans sa note de lecture publiée dans la Revue de la régulation en 2008 (art. cit.), regrettait que la question de la monnaie internationale ainsi que les crises monétaires propres à la globalisation financière ne soient pas abordées et analysées dans La monnaie dévoilée par ses crises à partir de la morphologie des crises monétaires qui y est proposée [28]. Il appelait à y adjoindre, dans une édition ultérieure,

« d’une part un chapitre traitant de l’analyse de la crise financière des années 2007-2008 à la lumière de sa problématique centrale, d’autre part un second  qui examinerait dans quelle mesure les innovations tant monétaires que financières appellent à une révision/extension de cette problématique » (Boyer, 2008, p. 6)

 Il considérait en outre que rien ne garantit

« que les innovations qui se sont multipliées au cours des deux dernières décennies n’appellent pas un nouvel effort conceptuel, non plus pour réconcilier présent et passé mais pour tenter d’anticiper dans quelle mesure le présent est annonciateur d’une configuration à venir des régimes monétaires. » (ibid.)

C’est à bon escient selon moi que Boyer fait ces remarques et j’adopte un point de vue proche du sien dans l’article publié à peu près au même moment que sa note et qui est repris ici en tant que chapitre 8. J’y défend en effet la nécessité d’opérer une « révision/extension » (selon l’expression de Boyer) « commonsienne » de l’approche de la régulation et de l’institutionnalisme monétaire francophone pour analyser la nature de la monnaie à l’échelle internationale dans la période de globalisation financière.

Du fait que dans l’espace international, il n’existe pas de pouvoir d’État légitime, et donc de droit contraignant adossé à la force d’un pouvoir souverain, on ne peut analyser l’ordre international sans introduire la question de l’éthique, c’est-à-dire de ce qui fonde une auto-soumission des États qui s’affrontent dans cet espace à une autorité reposant sur des valeurs partagées. Le fait que la monnaie permettant les échanges internationaux entre territoires souverains ne puisse pas elle-même être légitimement adossée à un pouvoir souverain implique, dit autrement, qu’elle relève de l’état de monnaie imaginé par Locke comme état intermédiaire entre l’état de nature et l’état civil (cf. chapitre 4). La monnaie internationale n’a pas cours légal, mais est fondée seulement sur des conventions et relève de l’éthique et non du droit.

C’est pourquoi il me paraît intéressant de revisiter John R. Commons en tant qu’il est le seul économiste qui ait mis systématiquement au cœur de l’analyse des faits économiques l’étude des corrélations entre économie, droit et éthique[29]. Ma position est alors que pour réfléchir à la place de l’éthique dans l’ordre économique international, on ne saurait, dès lors qu’on en a pris connaissance, se priver de sa contribution et des outils analytiques dont elle est porteuse[30]. Pour ce qui concerne la question monétaire à cette échelle, cela signifie qu’il faut mobiliser l’institutionnalisme économique commonsien pour « réviser » et « étendre » l’institutionnalisme monétaire francophone qui, en tant que filiale commune à la théorie de la régulation et à l’économie des conventions, est d’abord une théorie des capitalismes nationaux et de leur diversité qui ne développe pas, à proprement parler, de théorie spécifique des rapports internationaux[31]. C’est précisément ce que j’entreprends de faire dans le chapitre 8.

Le chapitre 9 constitue, quant à lui, une analyse critique de la globalisation financière qui y est associée étroitement au régime monétaire international sans monnaie mis en place à partir des années 1970 avec la création des marchés financiers à terme censés « assurer » les risques de fluctuation des taux de change et de taux d’intérêt. La critique y est menée à l’aune de critères à la fois économiques et politiques et, là encore, un concept commonsien y opère en coulisse, celui de « capitalisme raisonnable ».

Plus précisément le chapitre 8 L’argent de la mondialisation : en quoi pose-t-il des problèmes éthiques ? Un point de vue régulationniste commonsien (2008) attire d’abord l’attention sur le fait que les dimensions proprement monétaires de la globalisation financière et de ses crises à répétition ont été laissées sous silence, les économistes dont la parole structure le débat public n’ayant jamais cessé de les ignorer. En revanche on y note que dans la crise l’éthique des « gens de finance » a fait de manière récurrente l’objet de diverses interrogations néanmoins vite oubliées quand s’est opéré le « retour à la normale ». Aussi je propose dans ce chapitre de sortir de ce « silence monétaire »[32] en reliant la question monétaire à celle de l’éthique. Après avoir présenté la conception – variable selon les niveaux de socialité – de l’éthique proposée par Commons, je délimite également sa place dans l’approche institutionnaliste de la monnaie où la « confiance éthique » est posée comme la clef de voute des systèmes monétaires. Enfin j’examine les implications de ces conceptions de l’éthique et de la monnaie pour l’interprétation du processus de globalisation financière et de sa phase actuelle ouverte par la crise de 2008. Il en ressort que les dimensions monétaires et éthiques de la crise financière globale actuelle sont étroitement interdépendantes et liées aux transformations, inhérentes au capitalisme financier contemporain, du système monétaire lui-même. Ainsi la crise actuelle peut-elle être considérée comme celle d’un système monétaire international « sans monnaie », au sens où il n’y a plus de véritable monnaie internationale constituée en tant qu’autorité éthique propre, et où les marchés financiers sont sensés pouvoir prendre en charge les « fonctions » – paiements et réserve de valeur – de la monnaie, ce qui suppose le développement ininterrompu de nouveaux marchés et de nouveaux produits financiers. C’est dans un tel développement sans limites éthiques assignées que le processus de globalisation financière trouve son origine et son moteur, mais aussi les raisons structurelles de ses crises violentes.

Le Chapitre 9 Pourquoi on ne peut sortir de la crise actuelle du capitalisme et de la démocratie qu’en sortant de la globalisation financière (2014) est dans la continuité du précédent, mais a une dimension plus normative. Il développe un argumentaire critique systématique concernant le caractère irrationnel, y-compris d’un strict point de vue économique, et déraisonnable aux plans politique, social et éthique de la globalisation financière, illustré par la crise structurelle que connaissent actuellement le capitalisme financier et la démocratie libérale. Cette crise n’est autre que celle de la globalisation d’une finance dérégulée ; elle montre que celle-ci n’est pas un substitut viable à une organisation politique coopérative du système monétaire international. Il s’en déduit logiquement que pour en sortir, il faut sortir de la globalisation financière.

Pour le montrer, j’examine tout d’abord dans ce chapitre une série de raisons qui concerne les modalités pratiques du fonctionnement autoréférentiel de la sphère financière elle-même. La finance mondialisée, qui est sensée « assurer » les échanges internationaux contre les risques de fluctuation des taux d’intérêt et des taux de changes des monnaies nationales en concurrence, s’est révélée être au contraire productrice de risques additionnels, ce qui fait que la finance crée ainsi sa propre demande et s’autonomise de l’économie productive. Sa productivité dans l’accomplissement de la fonction économique qui justifie rationnellement son existence, à savoir le financement de l’économie productive et des échanges de marchandises, est de ce fait extrêmement faible, voire négative comme on peut le constater aujourd’hui.

J’aborde également une autre série de raisons de déglobaliser et définanciariser qui renvoie aux faits générateurs des transformations profondes des sociétés capitalistes dont la globalisation est en quelque sorte la clef de voute. La première est que la globalisation financière est soutenue par des régimes économiques nationaux de restriction du pouvoir d’achat des salaires de base, qui conduisent à un endettement généralisé de la grande majorité de la population et à des inégalités de revenu et de patrimoine « extraordinaires », soit donc à un nouveau mode de domination sociale qui menace l’équilibre social de nos sociétés et leur caractère démocratique. La deuxième est la “répression” du pouvoir monétaire des États, la globalisation financière étant principalement soutenue par des régimes nationaux de monopolisation de l’émission de monnaie par les banques commerciales privées. Cette “répression monétaire”, particulièrement criante dans le cas de la zone euro (cf. chapitre 7), conduit les pouvoirs publics à s’endetter de manière cumulative vis-à-vis de la finance mondialisée, engendrant ainsi un endettement public et un déficit budgétaire croissants qui poussent les États à réduire leurs dépenses de services sociaux et publics. Ainsi, les pouvoirs publics sont placés sous la tutelle d’une aristocratie financière cosmopolite et les inégalités sociales sont encore accentuées. La troisième raison est que la globalisation financière est soutenue par un régime international des idées économiques et politiques qui s’est établi aux États-Unis à partir des années 1970 et qui prétend à une validité universelle en s’appuyant sur la scientificité de la science financière et la rationalité de la nouvelle macroéconomie classique [33]. Or ces théories reposent sur des hypothèses fausses et relèvent davantage de la croyance religieuse que de la rationalité scientifique.

 Le chapitre conclut sur la nécessité de définanciariser les sociétés et de déglobaliser la finance de marché pour que le capitalisme revienne aux formes raisonnables au plan social et coopératives au plan politique qu’il avait été contraint de prendre après la guerre de Trente ans du XXème siècle qui avait vu s’enchaîner, par la médiation d’une crise économique d’ampleur extrême, deux guerres mondiales dévastatrices.

Cette conclusion vaut pour le livre dans son ensemble si on précise qu’il s’agit par-là de renouer au niveau global avec un système monétaire international coopératif axé sur une monnaie de compte véritablement internationale et, au niveau national, avec un pouvoir monétaire des États indépendant du capitalisme bancaire.


* Je remercie grandement le professeur Takayuki Nakahara d’avoir pris l’initiative de rassembler dans cet ouvrage un nombre significatif de mes articles sur la monnaie. C’est un grand honneur pour moi. Je suis également très reconnaissant à l’égard de l’ensemble des collègues qui ont œuvré à la traduction de ces articles, tâche que par expérience je sais être complexe et chronophage.

[1] Respectivement, dans l’ordre des chapitres : Genèses. Sciences sociales et histoire ; Revue économique ; L’Homme. Revue française d’anthropologie ; Œconomia – Histoire, Méthodologie, Philosophie ; Journal du Mauss ; Sociétés Politiques Comparées. Revue européenne d’analyse des sociétés politiques ; Teoria Politica.

[2] G. Gomez (ed.), Monetary Plurality in local, regional and global economies, London and New York, Routledge, 2019.

[3] B. Théret (dir.), La monnaie dévoilée par ses crises, Vol. I : Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui ; Vol. II : Crises monétaires en Russie et en Allemagne au XXème siècle, Paris, Editions de l’EHESS, 2007. Ce livre rassemble les contributions d’une vingtaine d’historiens et d’économistes. Du fait de contraintes éditoriales, les contributions de caractère anthropologique au séminaire n’ont pu y être incluses et ont été publiées par ailleurs dans l’ouvrage L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, E. Baumann, L. Bazin,P. Ould-Ahmed et alii (dir.), Paris, L’Harmattan, 2008.

[4] M. Aglietta et A. Orléan (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Editions Odile Jacob, 1998. Publié en japonais aux éditions Fujiwara Shoten, Tokyo. .

[5] Cf. P. Alary, J. Blanc, L. Desmedt et B. Théret (dir.), Théories francaises de la monnaie. Une anthologie, Paris, PUF, 2016 ; Teorias institucionalistas de la moneda : La escuela francesa. Antologia, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes Editorial, 2019 ; French Theories of money: an Anthology, New York, Palgrave, (forthcoming); Chinese translation, forthcoming. Cf. également la série d’entretiens conduite par L. Desmedt et P. Alary dans la Revue de la régulation en ligne, 26 | 2nd semestre 2019. On peut considérer que ce courant de pensée, ne serait-ce que parce qu’il s’est formé à l’initiative de M. Aglietta, un des initiateurs de la théorie de la régulation dans les années 1970, et d’A. Orléan, quant à lui un des promoteurs de l’économie des conventions dans les années 1990, est en quelque sorte une filiale commune hybride des approches institutionnalistes régulationniste et conventionnaliste en économie. Cependant il ne s’y réduit pas, d’une part, parce qu’il comprend des économistes certes hétérodoxes, mais qui ne se considèrent pas nécessairement comme régulationnistes et/ou conventionnalistes, d’autre part parce qu’il revendique une interdisciplinarité immédiate – visant une science sociale unifiée – et plus active que n’ont coutume de la pratiquer les économistes, fussent-ils institutionnalistes. Pour ma part, j’y vois aussi une résurgence des idées développées par l’ancienne économie institutionnelle telle que J. R. Commons la concevait et la pratiquait, où toute société est à la fois espace de conflit et de coopération et où l’institution est ce qui stabilise cette antinomie en produisant un ordre issu du conflit et qui permet malgré lui la coordination des actions. La monnaie en tant qu’institution est ainsi créatrice d’un ordre pacificateur des conflits qui permet la coordination dans les transactions.

[6] Pour plus de détails sur ce point, cf. B. Théret, « Crises », in C. Hay et A. Smith (dir.), Dictionnaire d’économie politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

[7] Séminaire dont rendra compte l’ouvrage en préparation :  B. Théret et M. Cuillerai (dir.), La monnaie contre l’Etat ? La souveraineté monétaire en question, (à paraître en 2021).

[8] Il s’agit de Jérôme Blanc (Sciences Po Lyon), Ludovic Desmedt (université de Bourgogne, Dijon), Laurent Le Maux (université de Bretagne, Brest), Jaime Marques-Pereira (université de Picardie, Amiens), Pepita Ould Ahmed (IRD, université Paris Diderot) et Jean-François Ponsot (université Grenoble Alpes).

[9] Cf. A. Kuroda (2008), “What is the complementarity among monies? An introductory note”, Financial History Review, 15(1), pp. 7-15.   

[10] Cf. J. R. Commons (1934-1990), Institutional Economics. Its Place in Political Economy, New Brunswick, Transactions Publishers, 2 vol.. A vrai dire, cette recherche n’a pas été pour autant solitaire mais s’est inscrite dans des cadres collectifs autres que ceux de l’institutionnalisme monétaire et de la théorie de la régulation. Cf. le n° spécial Lectures de John R. Commons, des Cahiers d’économie politique, n° 40-41, 2001 ; J.-J. Gislain et B. Théret (dir.), John R. Commons. Economie institutionnelle, Paris, Classiques Garnier (à paraître), traduction de Institutional Economics qui a mobilisé une large part de la communauté francophone des spécialistes de cet auteur. 

[11] Cf. note 5 supra et B. Théret, “ Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution ? ”, in Innovations institutionnelles et territoires, M. Tallard, B. Théret et D. Uri (dir.), Paris, L’Harmattan, 2000, pp. 25-68 ; “ Saisir les faits économiques : la méthode Commons ”, Cahiers d’économie politique, n° 40-41, 2001, pp. 79-137 ; “ Structuralismes et institutionnalismes : oppositions, substitutions ou affinités électives ? ”, Cahiers d’économie politique, n° 44, 2003, pp. 51-78 ;

[12] Cf. B. Théret (2019) « Sur les origines et le développement d’un institutionnalisme monétaire en France », (Entretien conduit par L. Desmedt et P. Alary), Revue de la régulation, 26 | 2nd semestre. 

[13] Cf. B. Théret, “ Economie, éthique et droit : la contribution de l’économie institutionnelle de John R. Commons à la compréhension de leurs (cor)rélations ”, in L’éthique médicale et la politique de santé, M. Gadreau et P. Batifoulier (dir.), Paris, Economica, 2005, pp. 63-91.

[14] Cf. V. Gayon et B. Lemoine (2018), « Constructivisme », in C. Hay et A. Smith (dir.), Dictionnaire d’économie politique, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 97-111. Voir également des mêmes : « Maintenir l’ordre économique. Politiques de désencastrement et de réencastrement de l’économie », Politix, n° 105, 2014, pp. 7-35.

[15] Cf. V. Gayon (2010), L’OCDE au travail : contribution à une sociologie historique de la “coopération économique internationale” sur le chômage et l’emploi (1970-2010) , Thèse de doctorat en sciences politiques, Université Paris Dauphine ; B. Lemoine (2011), Les valeurs de la dette : l’Etat à l’épreuve de la dette publique, Thèse de doctorat en socio-économie de l’innovation, Mines Paris-Tech ; (2016), L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, Paris, La Découverte.

[16] Par rapport à ce chapitre introductif intitulé « La monnaie au prisme de ses crises d’hier et d’aujourd’hui », cette version est notamment amputée de la morphologie des crises monétaires et centrée exclusivement sur ce que l’analyse de ces crises nous dévoile de la nature de fait social total de la monnaie et de sa structure.

[17] D. Graeber (2011), Debt. The first 5,000 Years, Brooklyn New York, Melville House, p. 52-71. Sur Rospabé, cf. p. 131 et sv. Graeber assimile en fait grossièrement les partisans de l’hypothèse de la dette de vie à des « néo-chartalistes » (pour qui la monnaie est une créature juridique de l’État). En fait, comme c’est aussi le cas pour d’autres anthropologues, Graeber conçoit la dette comme une relation entre personnes ou entre groupes nécessairement horizontale. Voir aussi la critique de R. Boyer (2008) qui doute de l’aboutissement de « l’unification de la théorie des monnaies sauvages et des monnaies modernes » (p. 5), notamment du fait que « l’hypothèse de la dette de vie pour les monnaies modernes » (ibid.)ne jouerait pas de rôle dans la théorisation de leurs crises dans La monnaie dévoilée par ses crises. Sur ces questions, outre ce chapitre 3, voir B. Théret (1998), “De la dualité des dettes et de la monnaie dans les sociétés salariales”, in La monnaie souveraine, op. cit., pp. 253-287 (en japonais, aux éditions Fujiwara Shoten, Tokyo), et J.-M. Servet, B. Théret et Z. Yildirim (2008), “ Universalité du fait monétaire et pluralité des monnaies. De la confrontation coloniale à la rencontre des sciences sociales ”, in L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, op. cit., pp. 167-207 (réédité in Théories françaises de la monnaie. Une anthologie, op. cit., pp. 185-234).

[18] Il existe d’autres conceptions de la souveraineté du peuple qui s’opposent à cette vision contractualiste et privilégient une approche historique, sociologique, pragmatiste, fédéraliste de la souveraineté du peuple. Dans cette seconde approche, le peuple est considéré non pas comme un rassemblement d’individus atomisés, mais comme un ensemble de groupes pré-organisés qui, bien qu’en lutte entre eux, partagent un système de valeurs faisant autorité et unissent leurs puissances pour faire société. Pour un exemple de relation entre monnaie et souveraineté dans ce second type d’approche de la souveraineté du peuple, voir V. Dutraive et B . Théret (2017), « Two models of monetary sovereignty: an interpretation based on J. R. Commons’ institutionalism », Journal of Economic Issues, 51(1), pp. 27-44 (en japonais, Keizai Ronso, 187(1), 2013, pp. 83-110).

[19] Sur ce point, voir B. Théret (2008), « La souveraineté : des référentiels philosophiques pluriels, des régimes historiques hybrides », in O. Giraud et Ph. Warin (dir.), Politiques publiques et démocratie, Paris, La Découverte, pp. 381-406.

[20] Cf. J. Blanc, L. Desmedt, L. Le Maux, J. Marques-Pereira, P. Ould Ahmed, B. Théret (2019), « Monetary Plurality in Economic Theory », in G. Gomez (ed.), Monetary Plurality in Local, Regional and Global Economies, London-New York, Routledge, pp. 18-47.

[21] Même si personne ne se lance dans une collecte de faits l’esprit vide de concepts permettant de les percevoir, c’est seulement par un retour permanent aux faits qu’une théorie peut être établie qui permette de les comprendre et de les expliquer pleinement. Sur ce point, cf. B. Théret (2001), « Saisir les faits économiques : la méthode Commons », art. cit.

[22] L’ouvrage La monnaie entre unicité et pluralité rendant compte des résultats de ce séminaire est également en préparation.

[23] Un bon exemple en est fourni par A. Kuroda (2007), ‘The Maria Theresa Dollar in the Early Twentieth-century Red Sea Region: A Complementary Interface between Multiple Markets’, Financial History Review, 14(1), pp. 89-110.

[24] Outre ces chapitres, le lecteur intéressé peut aussi consulter les articles suivants : B. Théret, M. Zanabria (2007), “Sur la pluralité des monnaies publiques dans les fédérations. Une approche de ses conditions de viabilité à partir de l’expérience argentine récente », Economie et Institutions, n° 10-11, pp. 9-66 ; B. Théret (2013), « Dettes et crise de confiance dans l’euro : analyse et voies possibles de sortie par le haut », Revue française de socio-économie, n° 12, pp. 91-124.

[25] B. Théret (2002), Protection sociale et Fédéralisme.  L’Europe dans le miroir de l’Amérique du Nord, PIE – Peter Lang, Bruxelles, et PUM, Montréal ; “Mondialisation, souveraineté et fédéralisme. Quelques réflexions à propos du Canada et de l’Union européenne”, Correspondances, n° 72, 2002 ; “ Le fédéralisme, moteur ou régulateur de la mondialisation ? Une comparaison Canada / Union Européenne ”, in Fédéralismes et Mondialisation. L’avenir de la démocratie et de la citoyenneté, J. Duchastel (dir.),Montréal, Athéna, 2003 ; “ Du principe fédéral à une typologie des fédérations : quelques propositions ”, in Le Fédéralisme dans tous ses états : gouvernance, identité et méthodologie, J.-F. Gaudreault-Desbiens et F. Gélinas (dir.),Bruxelles : Bruylant, et Montréal : Yvon Blais – Carswell, 2005 ; « Le fédéralisme canadien : un modèle pour l’Union européenne ? », in G. Boismenu et I. Petit (eds),  Regards croisés sur l’Europe qui se fait : une approche interdisciplinaire, Montréal – Paris, PUM – Editions de la MSH, 2008 ; « La Diversidad de los Federalismos en América Latina : Argentina, Brasil, Mexico », in I. Bizberg (Coord.), Variedades de Capitalismo en América Latina. Los casos de Mexico, Brasil, Argentina y Chile, Mexico, Colegio de Mexico, 2015.

[26] Le lecteur intéressé par une approche plus détaillée et une analyse de la variété des dispositifs selon les provinces et les périodes historiques peut se reporter à B. Théret (2020), « Le papier monnaie de petites dénominations émis par les provinces argentines entre 1890 et 2003 », Dialogues d’histoire ancienne, supplément 20, 2020, pp. 235-285. Pour une iconographie plus riche, voir également la version espagnole de cet article dans la revue Ciclos en la historia, la economía y la sociedad, Vol. XXVII, n° 54, 2020, pp. 5-64.

[27] R. Boyer (2008, op. cit., p. 6) considère à juste titre que, dans La monnaie dévoilée …, « probable signe de l’effacement contemporain de la légitimité – mais pas de la réalité – de la monnaie publique, c’est-à-dire émise en contrepartie d’un endettement de l’État au titre du budget…ou de la couverture sociale, les tensions entre monnaie des marchands et monnaie des princes sont quelque peu sous-estimées même si elles réapparaissent dans la typologie des crises. Ne faudrait-il pas réintroduire cette distinction fondamentale dans la théorie elle-même ? » La proposition de fédéralisme monétaire articulant la monnaie européenne émise par les banques commerciales privés (et leur chambre de compensation qu’est la Banque centrale européenne) et des monnaies fiscales émises par des Etats-membres va tout-à-fait dans le sens d’une prise en compte renouvelée de ces tensions. Le lecteur intéressé peut pour plus de détails se reporter aux articles plus récents suivant : T. Coutrot, B. Théret (2019), « Système fiscal de paiement complémentaire : un dispositif pour renverser l’hégémonie », Revue française de socio-économie, n° 22, pp. 161-168 ; B. Théret (2020), « Note sur le statut de la Banque centrale européenne dans un contexte où les trésors publics de certains Etats-membres de la zone euro émettraient des monnaies fiscales complémentaires », Les Possibles, n° 22. Plus largement les ouvrages en préparation déjà évoqués La monnaie contre l’Etat ? et La monnaie entre unicité et pluralité mettent au centre de la réflexion ces tensions entre monnaies privées et publiques, en envisageant d’ailleurs la pluralité des monnaies publiques tout comme celle des monnaies privées.

[28] Dans La monnaie dévoilée par ses crises, « l’éclairage des crises monétaires et financières contemporaines est finalement décevant. Certes, le propos des auteurs rassemblés dans cet ouvrage est de relier le passé et l’exotique à un présent bien connu. De ce fait, ils se préoccupent peu de détecter d’éventuelles innovations récentes qui marqueraient l’avènement de nouvelles formes de crise. » (Boyer, 2008)

[29] Cf. J. R. Commons (1934-1990), op. cit.. L’éthique est certes présente dans la théorie de la confiance dans la monnaie proposée par l’institutionnalisme monétaire, mais l’application de la notion de confiance éthique à la monnaie internationale est restée embryonnaire, et l’éthique envisagée par Commons est susceptible d’une application plus large comme je le montre dans le chapitre 8.

[30] On laisse de côté ici d’autres aspects de la construction théorique de Commons qui militent également pour sa mobilisation au sein de l’institutionnalisme monétaire et pour l’intégration de l’économie dans une science sociale unifiée, à savoir par exemple ses conceptions de l’institution monétaire, des dettes, de la propriété intangible, de la futurité, de la structuration triadique de l’ordre social, etc. En fait en greffant l’institutionnalisme économique commonsien sur l’institutionnalisme monétaire francophone, on se rapproche encore plus de l’idéal d’une science sociale unifiée de la monnaie appelée de leurs vœux par ses partisans, qu’ils soient marxistes et/ou polanyiens.

[31] Dans l’institutionnalisme monétaire francophone, la question de la monnaie internationale en tant que telle occupe une place subalterne, même si elle peut y être, empiriquement, considérée comme primordiale pour les États territoriaux qui souffre du « péché originel » de ne pas disposer de monnaie nationale de confiance. Du fait qu’on y associe monnaie et souveraineté, et même si son cadre de référence repose sur la distinction entre autorité et pouvoirs souverains, celui-ci reste, comme dans l’approche plus générale de la régulation, celui de la souveraineté territoriale et de l’État de droit. Il n’y a guère que M. Aglietta qui considère l’ordre international comme un ordre en soi, et le régime monétaire international comme une forme spécifique de sa régulation (cf. M. Aglietta (2008), « La gouvernance du système monétaire international », Regards croisés sur l’économie, n° 3, pp. 276-285). Mais la dialectique entre les ordres sociaux nationaux et l’ordre international n’a pas encore fait l’objet de développements approfondis, si ce n’est à l’échelle régionale de la zone euro qui pose des problèmes différents du fait qu’il y existe une union d’États. Pour un programme « constructiviste » en ce sens, cf. G. Kébabdjian (sd), La théorie de la régulation face à la problématique des régimes internationaux.

[32] La notion de « silence monétaire » (monetary silence) est développée par Jacob Feinig à partir de l’histoire des États-Unis. Cf. J. Feinig (2015), Money and its Publics: Public Involvement in American Monetary Policy from 1690 to 1936, PhD in sociology, Binghamton University.

[33] Cf. B. Théret (2011), “Du keynésianisme au libertarianisme. La place de la monnaie dans les transformations du régime du savoir économique autorisé depuis les années 1970 ”, Revue de la Régulation, n° 10.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.