La démocratie disciplinée par la dette

La dette est devenue un outil de gouvernement de la démocratie. Si la crise sanitaire a ouvert une brèche dans les politiques qui lui sont liées, celle-ci risque vite de se refermer. Il est donc indispensable de s’armer pour bien argumenter face à ceux qui ne rêvent que de revenir à l’austérité.

par Benjamin Lemoine

Benjamin Lemoine, La démocratie disciplinée par la dette, Paris, La Découverte, “Petits cahiers libres”, 2022, 158p.

Les institutions publiques de la dette et de la monnaie (Trésor et Banque centrale) opèrent aujourd’hui comme une usine à garantie de l’industrie financière privée. Mais émettre une dette qui puisse satisfaire l’appétit des investisseurs mondiaux n’est pas sans risque pour la démocratie et s’accompagne de contreparties sociales, économiques et politiques qui sont négociées, à l’ombre de la vie politique, sur les scènes marchandes d’attestation du crédit. Le débat public se limite à une pédagogie rudimentaire : il faut payer la facture de la pandémie et, pour rembourser la dette, consentir à des sacrifices : travailler plus, augmenter les impôts sur la consommation (et non sur la fortune), renoncer à des services publics et des droits sociaux.

Pour les pouvoirs publics, il faut « cantonner » le potentiel subversif de cette crise sans précédent. Réduite à un événement exceptionnel et exogène au capitalisme financier, la pandémie serait une parenthèse circonscrite qu’il conviendrait de refermer au plus vite sans tirer aucune leçon structurelle, avant de « retourner à la normale » d’un marché qui sert de garde-fou aux États sociaux et discipline les peuples dépensiers.

————-

Extraits de l’introduction

Il fut un temps où, lorsqu’il était question de « LaDettePubliqueC’estMal [1] », n’était servi au grand public, pour tout effort de « pédagogie économique [2] », qu’un compteur de la dette où le défilement des milliards devait écraser par la force des idées simples toute volonté d’étendre le domaine du public ou, a minima, de restaurer la dignité des services sanitaires et sociaux d’intérêt général (et des statuts de la fonction publique qui vont avec) [3]. Ceux-là mêmes que la pandémie de Covid-19 a remis au goût du jour en tant que « besoins essentiels » devant échapper aux « lois du marché » [4].

Cette leçon de choses austéritaire semble avoir du plomb dans l’aile. Depuis une dizaine d’années, les citoyens s’intéressent à la dette sous un jour nouveau, se saisissant de la thématique de la création monétaire et du pouvoir de la finance. Récemment, les Gilets jaunes portaient sur leurs dossards ces slogans subversifs : « Éteins ta télé. Enfile ton gilet, Banque nationale ! », « R.I.C., Référendum d’initiative Citoyenne, pour une Banque nationale et se libérer de la dette ! », ou encore « Mort à la dette ! Abolition de l’esclavage par les banques et la finance ! » La mécanique du dressage de l’opinion par l’idéologie de la dette est enrayée par un phénomène inédit : si les masses de dette augmentent indéniablement, la charge d’intérêt attachée à ces emprunts, quant à elle, diminue. Les interventions régulières de la Banque centrale européenne (BCE) en soutien des marchés obligataires ont pour effet secondaire d’offrir aux puissances publiques des taux d’intérêt bas, sinon négatifs – en dessous de zéro, les prêteurs rémunérant les États afin de placer leur épargne dans ses titres. Surtout, à défaut d’être officiellement administrés par cette institution publique, ils paraissent implicitement régulés. Ce décrochage entre le taux d’emprunt et le stock de la dette, qui frôle des sommets qui n’avaient jamais été atteints, est un problème pour la pédagogie qu’aiment à étayer les sentinelles de l’ordre austéritaire comme la commission des finances de l’Assemblée nationale ou la Cour des comptes. Ses représentants le concèdent à demi-mot, ou le lâchent explicitement off the record : comment faire « comprendre aux gens » et « expliquer » qu’il faut dégager des économies, « cost-killer » à tous les étages des services publics et gérer l’État « en bon père de famille », si l’État lève des fonds avec une facilité déconcertante ?

Le pouvoir de véridiction des marchés et des créanciers, leur capacité à énoncer la valeur des entités (entreprises, individus et État), sur lequel est adossé l’ordre de la dette est-il atteint en son cœur ? Les crises de 2008 et de la pandémie de Covid s’y révèlent comme autant d’occasions manquées de renversement et de bifurcations vers d’autres futurs possibles non empruntées [5]. Émise principalement sur les marchés de capitaux, la dette transforme le politique en simple variable que la finance a été en mesure de neutraliser, de mesurer et de canaliser sous la forme d’un risque comme un autre. Prendre acte de cette avancée – qui mêle des facteurs institutionnels, sociaux, techniques et politiques –, c’est souligner l’historicité du processus, le travail social et politique permanent de réactualisation qu’il nécessite, et les croyances et représentations sur lesquelles il repose. C’est donc entrevoir sa contingence et sa réversibilité. Ce livre enquête sur la résilience du mode d’existence matériel et cognitif de la dette publique en temps de pandémie.

Je propose de retourner le problème de la dette en plaçant la focale sur ceux qui la détiennent, la font circuler, l’utilisent comme un levier de placement, bref, vivent de la dette. La démocratie, telle qu’elle convient aux détenteurs d’obligations et aux marchés de la dette, se donne à voir ainsi : le monde politique renversé de la finance. Car c’est précisément au moment où l’achat de dette ne pose plus question – parce que les conditions de refinancement sont (volontairement ou non) encadrées par des institutions publiques telles que les banques centrales –, que le travail nécessaire à la mise en problème de la dette est le plus visible et nécessaire pour ceux qui veulent en maintenir l’ordre. Le régime politique des créanciers et de l’« État investi » – plutôt qu’investisseur – étant mis en cause par les faits, il faut entreprendre de le rétablir.

Dans le feu de l’urgence sanitaire, les structures du pouvoir travaillaient déjà à problématiser la crise comme un choc exogène, un virus venu infecter nos sociétés de l’extérieur, plutôt qu’endogène et questionnant le « cancer » [6] du capitalisme financiarisé et de la mise en faillite des services publics [7]. La pandémie ne serait qu’un événement exceptionnel, une parenthèse circonscrite qu’il conviendrait de refermer sans tirer aucune leçon pour « retourner à la normale » de marché qui sert de garde-fou aux États sociaux et discipline les peuples « dépensiers ». Dès avril 2020, quasi simultanément aux plans d’aide publique, la petite musique de l’austérité s’est fait entendre. Les experts du Fonds monétaire international avertissaient : « En période de pandémie, pour sauver des vies, les gouvernements doivent agir “whatever it takes” [quoi qu’il en coûte] », mais ils doivent surtout « s’assurer de conserver les factures [8] ». Les soutiens publics inconditionnels, l’« argent magique », le relâchement de la contrainte budgétaire sont provisoires. Il faudra rembourser et consentir à des sacrifices : travailler plus, augmenter les impôts – de préférence ceux sur la consommation plutôt que ceux sur la fortune –, renoncer à des services publics ainsi qu’à nombre de dépenses sociales.

L’enchevêtrement entre finance privée et finance publique avant, pendant ou après la pandémie constitue un champ de lutte. Certes, l’État reste assigné à la sécurisation du capitalisme financier – abreuvé de monnaie publique, via les facilités de crédit offertes par les banques centrales ou en utilisant la dette publique comme garantie et levier pour la spéculation – et au démantèlement discret et incrémental de ses services publics et de son État social. Pourtant, les contradictions apportées par les crises successives ont ébréché ce storytelling et mis en place des dispositifs qui sont paradoxalement capables d’en subvertir les fondations idéelles et matérielles. Mais tout se passe comme si l’alternative déjà-là du nouvel échafaudage européen était délibérément ignoré. Le rôle essentiel de la puissance publique pour soutenir une finance globale et une économie au bord de l’effondrement ne serait qu’une parenthèse qu’il est urgent de refermer. Les organisations du capitalisme financier cherchent, avec l’appui de fractions du champ du pouvoir (dont les Trésors et les banques centrales), à maintenir quoi qu’il en coûte la fiction d’une finance privée dont la richesse serait auto-générée (par une épargne préalable), ne devant rien à la collectivité, seule efficiente et légitime dans l’allocation du crédit et l’évaluation des politiques légitimes [9].

[1] Dans son exercice littéraire, Sandra Lucbert décrypte le « conte pour enfants » omniprésent sur la dette dans l’espace public et restitue les mots-slogans de la langue hégémonique comme « LaDettePubliqueC’estMal » ou « LesMarchés ». Sandra Lucbert, Le Ministère des contes publics, Verdier, Paris, 2021.

[2] Vincent Gayon et Benjamin Lemoine, « Pédagogie économique ». Genèses, 4, 2013, p. 2-7.

[3] Frédéric Lordon, « La force des idées simples. Misère épistémique des comportements économiques », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 13, 52, 2000, p. 183-209.

[4] « Ce que révèle cette pandémie c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », osait Emmanuel Macron lors de son allocution du 12 mars 2020, à la veille du premier confinement, faisant référence à la « santé gratuite, sans conditions de revenu, de parcours ou de profession, notre État Providence ».

[5] La crise de 2008 a constitué une opportunité politique, délibérément évacuée, de mettre en scène l’échec de la finance privée et de faire germer sur ses cendres une alternative publique durable.

[6] Bruno Théret, « La bourse et la vie : crise du capitalisme et crise sanitaire », Analyse Opinion Critique, 12 février 2021.

[7] Pierre-André Juven et Benjamin Lemoine, « Politiques de la faillite. La loi de survie des services publics », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, 2018, p. 4-19.

[8] « Keeping the receipts: transparency, accountability, and legitimacy in emergency responses », Fonds Monétaire International, Special Series on Fiscal Policies to Respond to COVID-19, 13 octobre 2020.

[9] Robert C. Hockett, « Finance without financiers », Politics & Society, 47, 4, 2019, p. 491-527.

TABLE DES MATIERES

Introduction
1. La bondholding class : anciennes et nouvelles figures
L’État gendarme de la dette
Les scènes de la shadow démocratie : les coulisses du commerce de la dette
2. La « normale » comme champ de luttes
Les banques centrales : un x à définir
Aucune confiance déposée dans la BCE
Au nom de la prospérité des marchés
Pas de « révolution de palais »
Produire l’ignorance d’une alternative « déjà là »
3. Le monde politique renversé de la finance
Road show must go on
L’imperturbable agenda structurel
Tous des petits gestionnaires d’actifs financiers ? Les retraites et le « social » réinventés
Ceci n’est pas une parenthèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.