L’État des économistes

Dans ce numéro 133 de la revue Politix paraît la première partie d’un dossier consacré au rôle des savoirs économiques dans la construction de l’État depuis le début du XXe siècle.

La science économique face à la puissance publique (XXe-XXIe siècles)

ÉDITORIAL DU NUMÉRO

Si, dès l’époque moderne, et comme l’a souligné Michel Foucault, l’économie politique s’est constituée en lien avec l’exercice du pouvoir politique, les rapports entre savoirs économiques et puissance publique ont été reconfigurés depuis la Première Guerre mondiale par la double institutionnalisation de la science économique comme discipline académique d’une part, et de la politique économique comme secteur d’action publique d’autre part. En outre, à un niveau plus interne, la science économique a pris l’État lui-même comme objet d’étude, étendant son domaine d’investigation au-delà des objets traditionnels que pouvaient constituer l’analyse des comportements de consommation et de production et le fonctionnement des différentes formes de marchés. Quitte à contester à d’autres disciplines comme le droit, la philosophie ou la science politique, l’étude des constitutions, des finances publiques, de la bureaucratie, ou la définition de l’intérêt général. L’affirmation de l’État comme acteur économique est allée de pair avec la production de définitions concurrentes de celui-ci : fonction de bien-être social pour l’« économie du bien-être », correcteur des « défaillances du marché » pour l’« économie publique », marché politique pour les représentants du public choice, clé de voûte d’une économie planifiée pour d’autres, etc.

L’objet de ce dossier n’est pas d’apprécier la validité de ces savoirs économiques sur l’État mais d’étudier ce qu’ils doivent à l’État et à ses transformations et ce qu’ils lui font en retour. Dans le sillage des remarques formulées par Pierre Bourdieu sur l’histoire de la pensée politique dans Sur l’État, la puissance publique n’est pas ici envisagée séparément des discours que les économistes peuvent tenir à son sujet, mais les deux sont au contraire considérés comme indissociables. Les articles réunis envisagent ainsi la contribution de la science économique à la construction de l’État à différents niveaux : celui des œillères et catégories d’intervention que les savoirs économiques offrent aux « décideurs » et hauts fonctionnaires ; celui des instruments d’action publique qu’ils contribuent à théoriser ou à calibrer ; celui des définitions qu’ils promeuvent de son rôle économique.

Le premier volet de ce dossier se focalise plus particulièrement sur la manière dont la science économique participe des (re)configurations du rôle économique de l’État. Quoique ces deux dimensions soient indémêlables, c’est davantage sur l’expertise économique que sera centré le second volume, à paraître prochainement dans Politix.

Dans ce numéro, la contribution de Thomas Angeletti reconstitue ainsi la production de l’économie nationale comme objet de représentation pour l’État et comme catégorie de l’action publique en France durant la première moitié du XXe siècle. L’article de Nicolas Brisset et Raphaël Fèvre analyse la trajectoire durant les années 1930 et 1940 de l’économiste François Perroux. Olessia Kirtchik s’intéresse au rôle des économistes dans la transition vers l’économie de marché de la Russie à partir de la perestroïka, en mettant l’accent sur les facteurs internes de ce processus et la dynamique de crise qui le sous-tend, contre une lecture qui ferait du néo-libéralisme un produit d’importation. Constantin Brissaud souligne le rôle des économistes des organisations internationales dans le travail de redéfinition du périmètre d’intervention de l’État, en s’intéressant à l’essor de l’économie de la santé à l’OCDE et au rôle de cette organisation dans les réformes des systèmes de santé de ses différents pays membres.

Enfin, il nous a semblé nécessaire de compléter ce numéro consacré aux redéfinitions du rôle économique de l’État en évoquant les ruptures, au moins apparentes, que la crise du Covid a engendrées. Deux économistes, Nadine Levratto et Michaël Zemmour ont à ce titre été sollicités, dans le cadre d’entretiens, pour nous offrir une première tentative de mise en perspective des transformations en cours de la politique économique.

Dossier : L’État des économistes. La science économique face à la puissance publique (XXe-XXIe siècles) Volume 1

Page 7 à 27

Page 29 à 54

Cette introduction au dossier propose un retour sur l’histoire entremêlée de l’État et de la science économique au XXe siècle. Elle interroge la manière dont l’affirmation de l’État comme acteur économique s’est articulée avec l’institutionnalisation de l’économie comme discipline académique et avec l’extension des objets de celle-ci à l’étude de la puissance publique elle-même. La contribution des savoirs économiques à la construction de l’État est envisagée dans le cadre du dossier à l’échelle des instruments d’action publique qu’elle a contribué à forger aussi bien que des représentations plus générales (souvent concurrentes) qui en sont issues et qui contribuent à légitimer les transformations de son périmètre d’intervention. La présentation des contributions – centrées sur la France, mais aussi la Russie (post)soviétique et les organisations internationales – permet de questionner à nouveaux frais les redéfinitions du rôle (économique) de l’État jusqu’au « tournant néo-libéral », ainsi que les transformations de l’expertise économique et des médiations entre champ politico-administratif et champ scientifique qui les sous-tendent.

Page 55 à 78

Cet article vise à interroger la manière dont le régime de Vichy fut l’occasion, pour certains économistes, de réviser leur vision de l’État en général, de son rôle économique en particulier. Cette révision passa notamment par une réflexion relative à leur propre positionnement vis-à-vis de l’exécutif, en tâchant d’asseoir la mission d’expertise de l’économiste. Pour ce faire, nous nous concentrerons principalement sur un petit groupe d’économistes réunis autour de François Perroux (1903-1987), qui fut non seulement une figure intellectuelle notable du régime, mais également un entrepreneur scientifique de premier plan à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains. C’est au sein de ce haut lieu de la « science » du régime que se mit en place un « Centre d’échange de théorie économique » destiné à faire franchir un pas à la discipline, une expérience certes brève mais qui perdurera sous une forme renouvelée après la Libération. Se concentrer sur la trajectoire de Perroux invite donc à lever l’hypothèse d’une « parenthèse Vichy » concernant la discipline économique en France.

Page 79 à 110

Aujourd’hui naturalisée, l’économie française est une entité relativement nouvelle, qui se forme pas à pas dans la première moitié du XXe siècle. Cet article retrace l’histoire de son émergence. Il montre le rôle de la discipline économique et des économistes pour la mettre au jour et, ce faisant, lui donner un surplus d’existence. De nombreux travaux menés dans l’entre-deux-guerres tentent ainsi d’accumuler des preuves sur la consistance de cette entité et d’en documenter la nature. Ce n’est que dans les années qui suivent la Libération que l’économie française est véritablement constituée, reconnue publiquement et associée à une nouvelle inquiétude, celle de trouver les moyens nécessaires pour l’orienter et la maîtriser. L’article montre enfin combien la formation de l’économie française sert une redéfinition de l’État, qui trouve en elle un nouveau terrain d’intervention, une nouvelle catégorie d’action publique, destinée à devenir centrale dans la seconde partie du siècle.

Page 111 à 148

Les sources intellectuelles et sociales de la transition vers le « marché » et le capitalisme lors de la transformation postsoviétique en Russie sont souvent présentées comme extérieures à l’État et à sa classe dirigeante (nomenklatura). En particulier, les « jeunes économistes » – membres du « gouvernement des réformes », ils furent chargés de la mise en œuvre de mesures de libéralisation économique extrêmement impopulaires – auraient pour l’essentiel, faute d’expérience personnelle, suivi les prescriptions des conseillers occidentaux. Cette contribution vise à remettre en cause cette thèse de l’extériorité des réformateurs postsoviétiques et de leurs idées en suivant de près leurs trajectoires professionnelles et leurs engagements politiques dans les années 1980 et 1990. L’analyse révèle que les membres de ce groupe faisaient partie des réseaux de pouvoir et d’expertise au sein de l’appareil d’État bien avant la fin de l’Union soviétique, et que cette expérience leur a fourni un « capital réformiste » spécifique jouant un rôle décisif dans leur accès au pouvoir au moment charnière de l’automne 1991, peu avant la dissolution de l’URSS. Ainsi, cette analyse éclaire les logiques de sélection et de reproduction des élites intellectuelles et politiques en Union soviétique et en Russie enclenchées par la crise profonde du système soviétique.

Page 149 à 167

Comment les statistiques produites par une organisation internationale économique deviennent-elles un « point de passage obligé » d’un domaine « social » comme la santé ? L’article cherche la réponse à cette question dans l’analyse statistique des profils des agents ayant signé les rapports de l’OCDE consacrés à la santé entre 1990 et 2018. Empruntant à la sociologie des intellectuels, il montre que l’Organisation s’est, dans un premier temps, attaché la légitimité d’économistes généralistes reconnus dont le prestige rejaillit sur l’institution et les conventions d’équivalence qui y ont été produites. Une fois l’Organisation légitimée, à partir des années 2000, les rapports sont signés par des experts en économie de la santé méconnus, employés à plein temps par l’organisation internationale, et dont le travail se réduit à l’agrégation et au commentaire des statistiques transmises par les pays. Combinée à l’analyse d’archives, à des entretiens et à l’observation de réunions à l’OCDE, l’analyse statistique offre ainsi une explication sociologique du succès d’une nomenclature statistique devenue un « point de passage obligé » pour les réformes des systèmes de santé des pays industrialisés.

  • Gouverner l’économie au temps de la pandémie. Entretiens avec Nadine Levratto et Michaël Zemmour, réalisé par Agnès Labrousse, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Emmanuel Monneau, Antoine Vion
  • Dans le prolongement du premier volet du dossier « L’État des économistes », Politix a souhaité se pencher sur les transformations de la politique économique qu’a occasionnées la crise du Covid et les manières dont elles ont affecté la définition du rôle économique de l’État. Pour cette première tentative de mise en perspective, les économistes Nadine Levratto et Michaël Zemmour ont été sollicités sous forme d’entretien. Spécialiste de l’économie industrielle, Nadine Levratto analyse notamment les mesures d’aide aux entreprises mises en place durant la crise sanitaire, en les réinscrivant dans l’histoire plus longue de la politique industrielle française poursuivie depuis les années 1960. Michaël Zemmour questionne, quant à lui, à partir de ses recherches sur les politiques socio-fiscales, les dispositifs de protection de l’emploi adoptés pendant la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.