Sociologie des politiques économiques internationales

SECTION THÉMATIQUE

Cette section thématique au XVe Congrès de l’Association française de science politique propose un chantier de réflexion pour une sociologie des politiques économiques internationales.

En proposant des cadres d’analyse très généraux de « l’ordre économique international », la majeure partie des travaux d’économie politique internationale (EPI) n’enquêtent que de manière assez aérienne sur les politiques économiques internationales et se révèlent souvent assez frustrants du point de vue d’une sociologie de l’action et des problèmes publics. Si cette dernière accorde depuis quelques années une place croissante aux politiques économiques, la dimension internationale est encore rarement au cœur de la réflexion. Sur la base d’enquêtes de première main, il apparaît alors opportun, dans le cadre de cette section thématique, tout à la fois de faire porter davantage l’attention sur la dimension internationale des politiques économiques, sans toutefois la déconnecter ou l’autonomiser a priori des phénomènes « nationaux » ou « locaux », et de réanimer un dialogue avec les travaux classiques ou plus contemporains d’EPI.

Par « politiques économiques internationales », le sens commun (étatique) entend en priorité celles qui ont trait aux secteurs de la finance et des devises, de l’industrie et du commerce international et qui ont constitués les terres d’élection de l’EPI : la monnaie, les armes, les savoirs techniques et scientifiques (brevets notamment) mais aussi les matières premières comme le pétrole sont saisis comme les fondements inégalement distribués de la puissance des États. Dans la continuité d’une réflexion entamée à l’AFSP en 2013 sur les politiques économiques, peuvent être ajoutées à cette liste tous les processus internationaux d’ « économicisation » (chiffrage, ranking, scoring, benchmarking, mise en marché, etc.) dans les secteurs aussi variés que l’environnement, la santé, la culture, le social, etc.. Pour tous les objets abordés, l’analyse et la discussion porteront sur l’élaboration et la conduite de ces politiques économiques internationales.

Il s’agira d’abord de comprendre quelles institutions et quels acteurs participent concrètement à ces processus, pour ce qui est de leur « conception », de leur « mise en œuvre », de leur « expérimentation » ou de leur « évaluation » mais aussi, en amont ou en aval, de leur « formulation » doctrinale sous forme d’idées, de savoirs ou d’expertises. La section thématique appelle donc des travaux s’intéressant à l’élaboration des politiques économiques au sein des organisations internationales (OI) telles que le FMI, la Banque mondiale, l’OMC, l’OCDE, la Commission européenne, la CNUCED, l’OIT, la FAO, etc. En analysant l’histoire et la sociologie du personnel et des doctrines des secrétariats et de leur comité de travail intégrant les délégations nationales ainsi que leurs évolutions, ils pourront par exemple interroger leur pouvoir de définition et de légitimation des politiques économiques internationales. De même, à travers l’étude de la production de leur réglementation et/ou de leur expertise, les travaux réunis pourront souligner le rôle des savoirs pratiques (diplomatiques, institutionnels) de leur personnel par exemple dans la mise en forme symbolique de l’action envisagée comme dans la capacité à construire des alliances avec d’autres secteurs sociaux ou à résister face à d’autres – qu’il s’agisse de groupes d’intérêts, de réseaux d’experts, de mouvements sociaux ou de certains groupes professionnels. Les formes de division du travail, de concurrence ou de légitimations croisées qui caractérisent ces organisations internationales, pourront ainsi s’étudier en actes et dans leurs effets concrets.

Si les OI sont des enceintes qui s’imposent à l’étude sociologiques des politiques économiques internationales, d’autres arènes, qui peuvent d’ailleurs leur être en partie liées, méritent attention, par exemple les négociations bi- ou multilatérales se passant d’un secrétariat dédié, dans la mise sur pied d’un traité, d’un accord commercial, ou d’un contrat (TAFTA, vente d’une centrale nucléaire, entre autres). Il pourrait aussi s’agir de politiques économiques internationales définies au niveau d’administrations étatiques, ou bien infra-étatiques, comme par exemple dans le cas de logiques de coopération ou d’aide au développement transfrontalières impliquant par exemple des collectivités territoriales ou des firmes. L’élaboration de ces politiques pourrait également être étudiée au sein d’ONG internationales ou de mouvements internationaux qui contestent certaines politiques hégémoniques (mouvements altermondialisations, pour la justice globale, contre la pauvreté, etc.), ou encore au sein des entreprises (agences de consulting et de notation, cabinets d’avocat internationaux, banques internationales).

Jeudi 4 juillet 2019

Axe 1 / Sociologie des organisations économiques internationales

Président : Pierre Alayrac
Discutants : Isaline Bergamaschi, Vincent Gayon et Romain Lecler

Constantin Brissaud (Université de Strasbourg), Rigueur statistique et excellence morale : les comptes de santé OCDE, entre enrôlement des États et concurrences métrologiques internationales

Félix Boilève (Mines ParisTech), La fabrique de l’international dans les politiques économiques de la Banque mondiale

Sidy Cissokho (University of Edinburgh), Les écrits ordinaires de la Banque mondiale. Réflexions sur la fabrique d’une politique économique au ras du sol

Axe 2 / L’élaboration des politiques économiques internationales

Président : Felix Boilève
Discutants : Isaline Bergamaschi, Vincent Gayon et Romain Lecler

Pierre Pénet (Université de Genève), La fabrique de l’austérité : réseaux d’acteurs et ignorance stratégique

Aykız Doğan (Université Paris-1 Panthéon Sorbonne), A comparison of the Soviet and American expertise in the formation of the new Turkish State’s economic policies

Raisa Mulatinho Simoes (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Élaboration multi-échelle des politiques de propriété intellectuelle pour l’usage économique des ressources génétiques et connaissances traditionnelles

Pierre Alayrac (EHESS), La résistible économicisation de l’administration communautaire européenne (de 1952 à nos jours)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.