Dette publique / dette privée

JOURNEE D’ETUDES

Chaque crise financière de grande ampleur met à nu les liens entre les dettes publiques et les dettes privées. La crise des subprimes qui a muté en alerte sur les dettes souveraines après le sauvetage étatique de la finance privé, n’a pas échappé à la règle. Pourtant, les recherches sur le sujet analysent rarement d’un même mouvement l’argent des ménages et celui des Etats.

Une division du travail empirique tend à séparer les natures de dette : quand les dettes privées sont regardées du point de vue des pratiques, à l’aide d’outils d’ethnographie économique, « par le bas » (Guérin, Morvant-Roux et Villarreal, 2013 ; Weber, 2013), les dettes publiques sont observées avec les lunettes macroscopiques de l’économie politique (Krippner, 2011), de la philosophie politique (Lazzarato, 2011) ou saisies « par le haut », en investiguant les sommets de l’État (Lemoine, 2016). Ce partage des terrains tend à recouper des divisions disciplinaires mais aussi des divergences de problématiques : les dettes publiques renverraient à des grandes orientations de politiques publiques et de redistribution des richesses alors que l’argent des ménages serait questionné à travers les pratiques et l’ethos, individuel ou collectif, y compris lorsque des chercheurs plutôt situés du côté de l’économie politique s’intéressent aux dettes individuelles (Fligstein et Goldstein, 2015).

            De son côté, la sociologie de la finance a en partie entériné une différence entre la haute finance, celle des professionnels de l’argent, et la finance des ménages : même lorsque des efforts sont faits pour les évoquer ensemble, c’est le plus souvent dans des collections de textes, par juxtaposition, mais le lien entre les deux espaces est très rarement décrit. Toutefois, dans sa volonté de se « repolitiser » (de Goede, 2005) après les critiques qui lui avaient été adressées en ce sens, la sociologie de la finance s’est attelée à l’étude des mécanismes financiers sur les modes de vie, les inégalités, cela notamment à travers les questions de dettes.

            Les travaux qui retracent l’ensemble de la chaîne, depuis les décisions politiques, en passant par les marchés pour arriver aux dettes des ménages, le font en suivant des dispositifs socio-techniques: score de crédit (Poon, 2009), fonds de pension (Montagne, 2006) ; comptes en banque (Husz, 2015 ; Lazarus, 2012 ; Vargha, 2010). Une autre question qui a souvent été posée est celle des constructions du sujet (des subjectivations) que crée l’usage de ces produits financiers. Des travaux britanniques, d’inspiration foucaldienne, considèrent que la financiarisation de la vie quotidienne impose aux ménages d’utiliser les produits financiers et les transforme en entrepreneurs d’eux-mêmes et en « financial subjects » (French et Kneale, 2012 ; Langley, 2008 ; Leyshon et Thrift, 2007). Il leur faut utiliser les mêmes façons de compter, les mêmes catégories comptables et formes de pensée que les États et les entreprises. D’autres travaux ont souligné la façon dont les États, du fait de l’exclusivité de la finance de marché dans les modes de financement des Trésor et de la place accrue prise par la question de la dette dans la décision politique et nos démocraties (Lemoine, 2018) sont traités comme des variables dépendantes, des « sujets » de droit commun (Ould Ahmed et Lordon, 2003), qui doivent se plier aux logiques financières, comme n’importe quelle autre entité (Livne et Yonay, 2015 ; Lemoine 2016).

Mais plus rares sont les travaux qui tiennent ensemble, de « haut en bas », l’analyse des modes de subjectivation et une étude des canaux (institutionnels, bancaires, officieux) par lesquels transitent les flux de créances et de dette entre haute finance, finance marginale, dette privée et dette publique.

Cette journée d’étude a pour ambition de se donner les moyens de réfléchir ensemble à la dette publique et à la dette privé, c’est-à-dire aux canaux de circulation des « contrats » d’emprunt, à leur juridicité, aux modes de subjectivation façonnés à différents niveaux organisationnels (États, entreprises, associations) comme aux résistances qui se soulèvent, ou aux débordements qui se manifestent, face à cette ambition jamais complètement aboutie. Explorer conjointement les différents espaces des politiques de la dette permettra de mettre au jour des causalités inédites : Comment telle décision de politique macro-économique change-t-elle le paysage financier des ménages ? Comment à l’inverse telle décision destinée aux ménages affecte-t-elle les finances publiques ?

Nous souhaitons mieux comprendre comment s’articulent l’argent des ménages, les orientations des décideurs de politiques économiques, et la mise en marché des dettes publiques tant dans la stabilisation des « choix » de régulation de ces espaces que dans la circulation concrète des flux financiers au sein de ces espaces. Par exemple, comment les politiques de place financière (de la place de Paris, de New York, de Londres, de Francfort), d’attraction des investisseurs, et de constitution de la liquidité financière à tous les étages du monde économique et social – États, banques, entreprises et individus – ont été conçues et mises en œuvre simultanément pendant les années 1980 ? Comment étudier à nouveaux frais les institutions situées à la jonction entre dettes / créances privées et dettes / créances publiques : par exemple, en France, la caisse des dépôts et consignations, la Banque de France, les institutions bancaires, mais aussi l’ensemble des investisseurs institutionnels (compagnies d’assurance, caisses de retraites, etc.) et plus largement fonds commun de placement, épargne salariale ? En développant le crédit (sa performance, son accès, en diminuant son coût et en le démocratisant) et des politiques économiques de l’offre plutôt que de la demande et des salaires, les pouvoirs publics ont projeté la financiarisation de la société toute entière (Lemoine, Ravelli 2018).

Journée d’étude

Le 14 juin 2019

Organisée par le Centre de Sociologie des Organisations (CSO), Sciences Po paris et l’IRISSO – Université Paris Dauphine (PSL)

10h00 – 11h30 : Première table-ronde :
Institutions privées de l’épargne et pratiques financières publiques

Sabine Montagne (CNRS-IRISSO) ; Zsuzsanna Vargha (ESCP Europe Business School) ; Bruno Tinel (Université Paris 1)

11h45- 13h15 : Seconde table-ronde :
Crédit public et privé : les effets de la financiarisation

Edoardo Ferlazzo (CEMS – EHESS) ; Éric Monnet (EHESS, Banque de France) ; Bruno Théret (CNRS, IRISSO – Université paris Dauphine)

Organisateurs :

Jeanne Lazarus (CSO-Sciences Po Paris)
Benjamin Lemoine (IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.