Mise en ordre de l’économie

Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier: « Mise en ordre de l’économie », Politix, vol. 27, 105 (1), 2014.

Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes et les incertitudes pesant sur l’avenir des économies et des systèmes de protection sociale des pays de l’OCDE constituent des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé. Ces phénomènes ont pu mener à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre et au délitement. Pourtant, les institutions qui produisent et soutiennent ces politiques se caractérisent par une inertie et une capacité de résilience étonnantes, tant dans leurs personnels que dans les doctrines et instruments d’action déployés. Les sciences sociales du politique sont particulièrement bien armées pour analyser ce paradoxe apparent [1].

Ce dossier questionne de front la notion d’« ordre économique », souvent réduite à la figure du « marché » dans une bonne partie de la littérature économique. À partir de situations reculées ou plus contemporaines, les contributions décrivent les façons dont l’économie se trouve mise en ordre, c’est-à-dire façonnée comme un secteur autonome, délimitée comme un univers de pratiques et de rationalité spécifiques, mais aussi maintenue en tant qu’ordre imposant ou non son axiomatique, ses enjeux et son langage à d’autres ordres sociaux. La sociologie des politiques économiques ici défendue prend pour objet le travail permanent de construction, de naturalisation et finalement de maintien de l’ordre économique déployé par une multitude d’acteurs et d’instruments techniques.

Ce numéro s’ouvre sur une contribution de Vincent Gayon et Benjamin Lemoine qui entend tirer les fils d’une relecture de Karl Polanyi et notamment des dynamiques de désencastrement et de réencastrement de l’économie qu’il avait mis au jour. Un des enjeux de l’article est de montrer que l’on peut suivre des recompositions actuelles de l’économie en suivant ces dynamiques : l’après-guerre marquée par un réencastrement de l’économie libérale dans les dispositifs de l’État social et des politiques d’expansion et les années 1970 et 1980 marquées par l’essor d’un mouvement de désencastrement comptable et financier de l’économie qui produit progressivement un ordre réputé devoir s’imposer à tous.

La contribution de Jérémie Barthas à ce dossier situe l’étude de la mise en ordre de l’économie à l’échelle d’une des cités-État qui ont été le berceau pour Sombart ou Braudel du capitalisme. Dans la Florence du Quattrocento, l’aristocratie financière dominant la cité et liée à l’ancien régime des Médicis se voit mise en cause par le nouveau régime politique qui s’impose avec la République du Grand Conseil (1494-1512) et par les tentatives de Machiavel pour mettre fin au système du mercenariat. L’article montre comment une action politique, encore aujourd’hui largement méconnue, cherche à soustraire la politique des mains de la minorité du grand commerce et de la banque ou, si l’on préfère, à réencastrer l’ordre économique dans ce nouvel ordre politique démocratique.

La mise en ordre de l’économie passe aussi par l’invention de dispositifs de quantification et de catégorisation. Yann Le Lann, dans sa contribution, suit l’évolution de la comptabilité de la protection sociale. Il montre comment la nature même du « social », sa légitimité et la philosophie de ses prestations, est redéfinie à travers les révisions successives des méthodes de comptes. L’article suit la mise en ordre du social depuis la Libération, qui intègre les salaires et les allocations de sécurité sociale dans la grande catégorie des revenus sociaux, jusqu’à la représentation comptable des années 1990 qui définit les prestations sociales comme une charge, fonctionnant en dehors de l’économie.

On le voit ici, une des questions que partagent les contributeurs du numéro est celle des dynamiques et des temporalités de ce qu’on appelle parfois un « tournant néolibéral ». À côté de secteurs publics convertis à certains préceptes keynésiens, d’autres se reconstruisent selon des principes et des méthodes bien différents. Guillaume Yon suit ainsi une petite équipe d’ingénieurs d’États à EDF (majoritairement polytechniciens), en charge de la mise en place d’un dispositif de tarification après la nationalisation de 1946. Les « formules » mathématiques déployées par ces serviteurs d’État, convertis au marginalisme économique arriment les politiques industrielles à de nouvelles manières de calculer l’intérêt général.

Les modes de calcul et de quantification forment ainsi, à condition de les suivre de près, des entrées particulièrement riches pour suivre les processus de mise en ordre de l’économie. L’histoire de l’indice des prix étudiée par Béatrice Touchelay montre comment une grandeur « macro » – l’inflation – est successivement prise dans plusieurs réseaux de contraintes qui organisent sa mesure et son calcul : l’indice est ainsi ballotté dans les luttes entre administrations d’État, mais aussi dans des querelles entre statisticiens, hommes politiques, centrales syndicales, ou plus tard des associations de consommateurs et des représentants de la grande distribution.

Dans un registre similaire, Mickaël Ciccotelli suit au travers de deux débats législatifs, les redéfinitions de l’épargne retraite, entre produit financier et dispositif social, entre substitution et complément à la retraite par répartition. Sur des scènes différentes – les professionnels de la finance d’un côté, le débat sur la soutenabilité des régimes de retraites par répartition de l’autre –, c’est à chaque fois la retraite socialisée qui voit sa légitimité érodée et grignotée.

Dans une contribution touchant à la période contemporaine, Sabine Rozier s’intéresse à la collision de principes a priori antagonistes propres à l’ordre économique et à l’ordre scolaire. Elle montre comment l’introduction à l’école du dispositif de la « mini-entreprise », qui a pour but de promouvoir « l’esprit d’entreprise » auprès des jeunes collégiens et lycéens, se voit pour ainsi dire « mouliné » par l’ordre scolaire, qui lui imprime sa marque, ses enjeux, ses valeurs, ses contradictions : il est contourné par les meilleurs élèves et leur famille pris dans la hantise des filières professionnelles ou technologiques, tandis que les plus rebelles ne sont pas sélectionnés par les enseignants pour y participer.

Sur des terrains différents, l’étude des formes d’objectivation de « l’économique » et du « social » permet ainsi de montrer à quoi tiennent les ordres de l’économie et comment ils s’enracinent ou non dans la durée.

NOTES

Ce dossier fait suite au colloque international « Instabilités globales et ordres des politiques économiques » qui s’est déroulé les 17 et 18 juin 2013 à Paris avec le concours de l’IRISSO (Université Paris-Dauphine-CNRS), de l’IFRIS (Université Paris-Est) et du CSO (Sciences-Po) et à la section thématique « Sociologie des politiques économiques : états des lieux et perspectives » du Congrès de l’Association française de science politique à Paris les 10 et 11 juillet 2013.

Sommaire du dossier

Vincent Gayon et Benjamin Lemoine

Jérémie Barthas

Yann Le Lann

  • L’économicité d’EDF. La politique tarifaire d’Électricité de France et la reconstruction de l’économie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960

Guillaume Yon

Béatrice Touchelay

Mickaël Ciccotelli

Sabine Rozier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.