Sociologie des politiques économiques: état des lieux et perspectives

SECTION THÉMATIQUE 16 : XIIe congrès de l’Association française de science politique

7-9 juillet 2013

Cette section thématique part du constat d’un faible investissement de la science politique hexagonale sur les questions économiques, monétaires et financières. Fruit d’une division disciplinaire sans doute trop précoce entre
les sciences économiques, l’histoire économique, les finances publiques et la sociologie économique, on peine à trouver dans les ouvrages et les revues clés de la discipline des interrogations et des investigations substantielles en ce domaine. Des recherches récentes contribuent à rétablir des ponts entre ces champs d’études et proposent une lecture des institutions politiques et étatiques à la lumière des enjeux de la régulation économique,
monétaire et financière [1].

La section thématique, composée d’une ou deux sessions suivant les retours à l’appel à communications, s’intéressera plus précisément à la formation et à la conduite de la politique économique. Nous retenons ici une
définition ouverte de ce terme. Si à l’évidence les politiques économiques relèvent des politiques budgétaires, fiscales, monétaires et financières, l’acception peut être étendue à de toutes autres politiques publiques dites
« sectorielles ». Il suffit pour cela que ces dernières soient principalement analysées à la lumière des implications et des incidences « économiques » dont elles sont porteuses. C’est par exemple le cas des politiques environnementales ou énergétiques, largement enserrées dans des dispositifs de chiffrage et d’économicisation.
C’est tout aussi bien le cas pour les politiques « sociales », que l’on pense aux réformes des retraites, aux politiques de l’emploi ou au financement de la sécurité sociale. Quelle que soit l’acception retenue, il convient plus généralement de retenir une commune démarche d’enquête. Loin de s’en tenir aux seules données économiques et comptables, mais sans les négliger pour autant, il s’agit d’étudier les institutions, les groupes d’acteurs (publics ou privés) qui mettent en œuvre, organisent, inventent, négocient, pilotent ou subissent au concret ces politiques économiques, de même que ceux qui en débattent ou en relaient les attendus dans les arènes les plus variées, qu’elles soient politiques, journalistiques, administratives,
internationales ou locales.
Si la politique économique a partie liée aux fonctions régaliennes de l’État, par le prisme monétaire et fiscal, la section thématique pourrait appeler, en priorité, à des travaux s’intéressant aux ministères dits « centraux » (Trésor, Budget) ainsi qu’aux institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE, UE). L’actuelle crise financière met en évidence l’intrication historique entre l’État et les marchés dans la construction du capitalisme. Il s’agit donc de saisir également le rôle tenu dans la définition des politiques économiques par les institutions privées (agences de notation, presse économique, banques commerciales) et publiques‐privées (agences de régulation financière, Banques centrales), ainsi que les circulations d’acteurs entre ces institutions. Une seconde voie de réflexion consiste à revisiter du point de vue de l’enquête sociohistorique ce qui a été balisé comme des « tournants », des « virages » ou des moments « décisifs» des politiques économiques. Il s’agira d’analyser sous ces deux angles les changements relatifs aux institutions, aux acteurs et aux instruments
de la politique économique. Cette interrogation met au cœur de l’analyse la constitution des « catégories » d’observation et d’action sur l’économie : modèles macro‐économiques de prévision, agrégats de la comptabilité
nationale, techniques de financement des États, mesure de l’inflation et de la croissance (monétaire), etc.

Notes

[1] V. Gayon, B. Lemoine (dir.), « Argent public », Genèses, n°80, 2010 ; P. Bezes, A. Siné (dir.), Gouverner (par) les finances publiques, Paris, Presses de Sciences‐Po, 2011 ; F. Muniesa, D. Linhardt (dir.), « Politiques d’économisation », Politix, n°95, 2011.

Axe 1 / La construction publique des marchés

Brice Laurent, Alexandre Mallard, CSI, Ecole des mines : « Gouverner les politiques économiques par les labels : le cas du développement durable »

Marie Piganiol, CSO, Sciences Po Paris : « L’action publique dans la fabrique de la valeur économique immobilière : le cas des éco-quartiers »

Andy Smith, Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux : « La science politique et l’économie politique : le cas du gouvernement européen des industries »

Axel Villaréal, Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux : « Être politiste et étudier les mutations de l’industrie automobile : le cas de la construction du marché des véhicules électriques en France »

Alain Abena-Tsoungi, CSO, Sciences Po Paris : « La T2A ou la définition de la valeur hospitalière »

Guillaume Yon, CSI, Ecole des mines : « Formuler l’intérêt général pour la France électrique. Calcul économique et politique tarifaire d’Électricité de France après-guerre »

Etienne Nouguez, CSO, Sciences Po Paris : « La fixation des prix des médicaments en France (1939-2012). De l’administration des prix à la régulation du marché »

Discutant : Michel Freyssenet

Axe 2 / Gouverner et financer l’économie

Antoine Maillet, CERI, Sciences Po Paris : « Après les politiques d’économisation radicales… Ruptures et continuités dans le Chili post-Pinochet (1990-2010) »

Clément Fontan, CERAPS, Université de Lille : « Une institution politique à l’épreuve de la crise: la Banque Centrale Européenne dans l’Union Économique et Monétaire (Août 2007-Janvier 2012) »

Harold Mazoyer, IRICE, Université Paris Sorbonne, « Le gouvernement des transports par le savoir économique. Construction et subversion du rôle de l’”économiste” dans un ministère sectoriel (1958-1972) »

Raphaël Fretigny, Triangle, IEP de Lyon : « La Caisse des dépôts et consignations, l’intérêt général et l’intérêt du capital »

Mickaël Ciccotelli, IRISSO, Université Paris Dauphine : « Le circuit de financement de l’économie et la réforme des régimes de retraite en France (1985-2010) »

Yann Le Lann, IDHE, UPEC : « La protection sociale est-elle un système sans contrepartie ? La définition comptable des prestations sociales face à la montée en puissance de l’Etat néolibéral (1965-2008) »

Discutant : Frédéric Lebaron

Organisateurs

Vincent Gayon, IRISSO, Université Paris Dauphine vincent.gayon@dauphine.fr

Benjamin Lemoine, CSO, IEP Paris et IFRIS benjaminnoel.lemoine@sciences-po.org




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search