Histoire sociale des idées : le cas néolibéral

A propos de François Denord, Néolibéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007

Par Vincent Gayon et Étienne Pénissat

Lecture critique initialement parue dans la Revue française de science politique, vol. 59, n°6, p. 1271-1276

L’ouvrage que François Denord consacre à l’histoire française du « néolibéralisme », depuis les années 1930 jusqu’aux années 1980, constitue un remarquable exemple d’histoire sociale des idées [1]. S’attaquant à un label saturé politiquement, l’auteur rend compte de sa naissance, de son échec puis de son succès politique comme « doctrine » économique. La localisation hexagonale du propos vient nuancer l’image communément admise aujourd’hui du néolibéralisme comme produit d’importation anglo-saxon hérité des années Reagan et Thatcher. À ce premier contre-pied, s’en ajoute un second, d’ordre méthodologique, qui consiste, à partir d’archives inédites et d’une prosopographie suivant 300 individus sur près de quatre décennies, à travailler ce label simultanément comme un « projet cohérent » (p. 4) et comme le creuset d’investissements sociaux disparates. F. Denord propose donc une réelle socio-histoire des entrepreneurs du néolibéralisme en France ou plus précisément, une analyse de la « continuité organisationnelle du libéralisme militant » [2].

En commençant par reconstituer l’espace des points de vue sur l’économie dans les années 1930, l’auteur montre ce qui se joue conjoncturellement dans la distinction néolibéralisme/libéralisme. À la faveur des tensions d’après-guerre, de la Révolution russe et de la crise de 1929, les conceptions de « politique économique » – catégorie d’action publique qui s’invente alors – s’invitent dans le débat politique en demeurant faiblement institutionnalisées et technicisées : planisme, socialisme et corporatisme proposent chacun une « rupture » avec le libéralisme ou une « troisième voie ». Une constellation de groupes plus ou moins radicaux recrutant parmi les universitaires, les grands commerçants, les industriels et la haute fonction publique s’organisent alors pour défendre les principes du « libéralisme » et en promouvoir une « rénovation », c’est-à-dire une traduction actualisée dans l’action publique. Dans ce contexte critique pour le libéralisme, les permanents patronaux des grandes entreprises se montrent les plus réactifs et inventifs : une série d’associations savantes et patronales se constituent depuis la fin des années 1920 – X-crise, Le redressement français, Les Nouveaux cahiers – et rivalisent pour redéfinir le rôle de l’État et des entreprises dans l’économie tout en critiquant le « laisser faire » manchestérien. Le « néo-libéralisme » – terme inventé à X-crise par J. Branger – cherche à concilier libéralisme et intervention de l’État et offre ainsi une issue par le haut à la « crise du libéralisme ». L’analyse prosopographique permet ici de localiser précisément les entrepreneurs de la cause néolibérale et leurs soutiens au sein des fractions supérieures de la bourgeoisie : proches du pôle intellectuel du patronat et ayant assis leur position grâce aux titres scolaires (passage par Polytechnique), ils sont aussi plus souvent patrons de grandes entreprises de la seconde industrialisation (métallurgie, textile, banque) moins touchées par la crise économique (à l’opposé de la petite et moyenne entreprise réunie dans le Groupement de défense des libertés économiques qui défend une position plus orthodoxe). On retrouve aussi des universitaires pour la plupart économistes ayant exercé des fonctions importantes au sein des administrations d’État (Banque de France, par exemple). Constituant une remarquable synthèse des travaux qui ont fleuri depuis le début des années 1990, ce détour très convaincant par les années 1930 – lieu d’une différenciation et d’une concurrence intellectuelles intenses – permet à F. Denord d’inscrire le « moment constitutif » du néolibéralisme dans une temporalité et une causalité plus vastes : sociologies des élites, de l’État et de l’économie. Couvrant ensuite les années 1938-1945, le cœur de l’ouvrage (chapitres 3 et 4) concentre les sources et les méthodes d’analyses les plus originales dans le traitement des biographies et des réseaux.

Pour étudier les idées néolibérales et leur diffusion, l’auteur prend le parti de reconstituer les groupes et les réseaux qui en assurent le développement, la circulation, le renforcement social, et les reformulent suivant leurs univers d’appartenance. Sans jamais se limiter à une sociologie des intellectuels, l’analyse de la cause néolibérale se décline aussi dans l’étude de personnages « carrefour », tel Louis Rougier – méconnu jusqu’ici – l’un de ses entrepreneurs les plus fervents et dynamique. Né en 1889, agrégé de philosophie sans être normalien, professeur en lycée puis à la faculté de Besançon et du Caire, historien des religions et philosophe des sciences, il rejette d’un même élan les spiritualistes et les rationalistes pour se ranger au côté des positivistes. Sa marginalité à l’Université l’oblige à développer des relations à l’étranger : il contribue ainsi à importer l’empirisme logique et à nouer des contacts avec le Cercle de Vienne (notamment L. Von Mises ou A. Schütz). Il dénonce la mystique démocratique et répugne le socialisme auxquels il oppose un « libéralisme constructif » (ou « néolibéralisme ») où il incombe à l’État de construire le marché concurrentiel : le droit est l’instrument privilégié de réalisation des principes concurrentiels et entrepreneuriaux du libéralisme. Ce discours séduit un auditorat issu des classes dominantes et entre en résonance avec la politique économique de P. Reynaud et E. Daladier à partir de 1938 (défense de la stabilité de la monnaie, redressement des finances et retour sur la réduction du temps de travail). L. Rougier, au carrefour des mondes patronaux, technocratiques (X-Crise) et universitaires, va alors organiser à Paris une réunion élitiste et internationale autour du célèbre éditorialiste Walter Lippmann et de son ouvrage la Cité Libre.

Point de cristallisation et d’affirmation du néolibéralisme, le colloque Lippmann réunit du 26 au 30 août 1938 une liste de personnalités libérales montantes et promises à une belle postérité : W. Röpke et A. Rüstow de l’école allemande de l’ordo-libéralisme, L. Von Mises et F. Hayek de l’école autrichienne, pour la France sont présents des hauts fonctionnaires (J. Rueff), de jeunes universitaires (R. Aron, R. Marjolin, E. Mantoux), des économistes (B. Lavergne, L. Baudin) et des entrepreneurs (E. Mercier, A. Detoeuf, L. Marlio). S’y affrontent un libéralisme traditionnel (J. Rueff, L. Baudin, L. Von Mises, F. Hayek) et un modèle de rupture avec ce dernier (L. Rougier, A. Detoeuf, W. Röpke, L. Marlio). Dans L’Agenda du libéralisme qui leur sert de manifeste et de synthèse, les attributions classiquement concédées à l’État par le libéralisme se voient élargies : désormais régulateur du cadre marchand par le droit, il dispose d’un droit d’intervention en matière de défense nationale, d’assurances et de services sociaux, d’enseignement et de recherche scientifique. Cette réunion débouche sur la création du Centre international d’études pour la rénovation du libéralisme (CIRL) où se retrouvent des patrons et des fonctionnaires qui appartiennent à la grande bourgeoisie (« les 200 familles »), mais également près d’un universitaire économiste sur deux (ce petit corps parisien en mal d’autonomie compte alors une cinquantaine de membres) et certains permanents syndicaux de la CGT qui sortent perdants de la réunification avec la CGTU (R. Belin, futur ministre du Travail de Pétain, R. Lacoste ou C. Pineau). Ces acteurs ont pour situation commune de perdre leur pouvoir et/ou de chercher à consolider leurs positions en recherchant des soutiens à l’extérieur de leur champ d’activité principale. L’auteur analyse ensuite les outils qu’ils se façonnent pour promouvoir leur idéologie politique : comme la Société d’études et de diffusion de l’idée française – et son journal de propagande le Réalisme économique – et surtout les Éditions de Médicis qui éditent une quarantaine d’ouvrages entre 1937 et 1940 (traduisant Hayek, Von Mises). La guerre fait éclater ce groupe hétérogène : les penseurs juifs quittent la France pour les États-Unis (R. Aron, E. Mantoux, E. Mercier), une bonne partie des universitaires catholiques et du patronat membres du CIRL se rallient à Vichy (A. Detoeuf) ou sont dans une position d’attente, certains ont une stratégie de reclassement par le haut (P. Baudoin, polytechnicien, devient ministre des Affaires étrangères de Pétain), d’autres entrent dans la Résistance (la majorité des syndicalistes) ou se montrent critique (C. Rist).

Dispersé ou discrédité par des faits de collaboration, le courant néolibéral doit surmonter un nouvel obstacle : la doxa économique portée à Vichy puis au Conseil national de la Résistance fait de l’État un acteur central de la vie économique et pas seulement un régulateur garant de la libre concurrence. Mais plutôt qu’à une « planification socialiste », la politique économique initiée à la Libération s’apparente à un « capitalisme rationalisé ». Jean Monnet, qui élabore le premier Plan, compte d’ailleurs dans son proche entourage des libéraux présents au colloque Lippmann. L’impossibilité de reconstituer le réseau d’avant-guerre et les difficultés à imposer le terme disqualifié de libéralisme se voient progressivement levées par l’appui trouvé dans le monde patronal (notamment avec l’Association pour la libre entreprise) et l’unité renforcée des libéraux dans l’anticommunisme. Avec l’Association d’études et d’informations politiques internationales puis le Centre d’archives et de documentation politiques et sociales, Georges Albertini assure  aussi la reconversion d’anciens militants socialistes et communistes. La convergence des nouveaux libéraux s’opère également dans la Nouvelle revue de l’économie contemporaine (1950) où se retrouvent des membres du CNIP, de vieux libéraux de la faculté de droit, des ingénieurs économistes, des dirigeants du CNPF et de la CGPME. Au niveau international, les néolibéraux se dotent de la Société du Mont-Pèlerin en 1947 sur l’initiative de F. Hayek et W. Röpke. Ce club mondain réunissant universitaires et patrons passe de 39 participants à sa création à 173 en 1951 (21 pays s’y trouvent alors représentés) et se consacre à un travail de refondation doctrinale et utopique du libéralisme contre l’idéologie keynésienne triomphante. Cette société, publiant peu, est surtout le lieu de rencontre de personnalités intellectuellement isolées dans leur pays (comme Aron ou Popper). Ce répertoire d’action international, aujourd’hui trop systématiquement pensé comme un choix électif, fait alors figure d’« exit » ou de choix contraint pour ces outsiders. La Société du Mont-Pèlerin agit alors principalement comme « accumulateur de capital social et symbolique » (p. 225).

Le dernier chapitre, couvrant une période de 30 ans, porte sur l’ancrage institutionnel et le succès politique de ce courant. Il est probablement le plus difficile à suivre car les ressources mobilisées jusque-là – prosopographie, analyse de réseaux – sont relativement délaissées ; alors même que devant l’inflation des organisations libérales, la cohérence aussi bien organisationnelle que théorique du néolibéralisme semble difficile à trouver. Signes parmi d’autres de cette évolution, les ingénieurs économistes tels M. Allais (futur « Nobel » d’économie) ou E. Malinvaud (directeur de la Direction de la Prévision puis de l’Insee, professeur au Collège de France) se montrent critiques à l’égard de Hayek, tout comme Röpke et Aron qui quittent la Société du Mont-Pèlerin devant l’intransigeance (libertarienne) de ce dernier. L’arrivée de V. Giscard d’Estaing à l’Élysée puis le tournant de 1976 dans la politique économique (politique monétaire restrictive) incarné par le gouvernement de Raymond Barre (traducteur d’Hayek) signent alors l’arrimage des idées néolibérales dans le champ politique en France. De même, les offensives répétées du patronat sur l’interprétation de la « crise » (avec l’Association pour la liberté économique et le progrès social ou la Semaine de la pensée libérale) et contre le « programme commun » contribuent à fissurer à droite le consensus planiste-keynésien. À l’université et dans les écoles de pouvoir, le monétarisme finit par supplanter le keynésianisme. La légitimité académique nouvelle des néolibéraux puise sans doute au champ universitaire américain et à la formalisation économétrique (Hayek reçoit par exemple son « Nobel » en 1974, en même temps néanmoins que Gunnar Myrdal). Toutefois le rôle des importateurs technocratiques français (E. Malinvaud, P. Champsaur) et le travail antérieur des instances de consécration (ENA, IEP, ENSAE, le Plan) n’intègrent ici que marginalement l’explication du succès néolibéral [3].

F. Denord se tient à distance d’une histoire des idées qui ne se focaliserait peu ou prou que sur les contenus discursifs [4], d’une archéologie philosophique risquant l’essentialisme en dégageant le régime de gouvernementalité qui surgirait avec les néolibéraux [5], d’une sociologie des voies d’instrumentation de l’utopie néolibérale [6] ou encore d’une recherche journalistique volontiers polémique [7]. L’auteur conclut que « les idées, aussi radicales soient-elles, ne transportent pas avec elles leurs conditions d’efficacité. La bataille politique ne se confond pas avec une bataille d’intellectuels : une idéologie politique ne conquiert l’ascendant que dans la mesure où elle consolide des forces sociales qui disposent d’un pouvoir réel sur l’économie. Si le goût de l’utopie contribua à faire advenir un ordre naguère “impensable”, le néolibéralisme doit d’abord son triomphe à la transformation des rapports de force politiques qui lui fraya la voie, plus qu’à l’influence exercée par telle ou telle organisation internationale. […] Pour qu’elles survivent à leurs auteurs, les stratégies de subversion intellectuelle ont besoin d’intérêts qui les soutiennent et d’institutions qui les relayent » (p. 303-304) [8]. Si l’on ne peut que souscrire à cette appréciation – répudiant d’avance les réductions malhonnêtes accusant de « complotisme » – il reste aussi qu’en refermant cet ouvrage érudit les options de recherche engagées peuvent laisser certains appétits intellectuels inassouvis. Une des difficultés était de travailler sur un label poreux, hétérogène, dont certains se désintéressent et que d’autres investissent suivant les circonstances et les positions sur des modes stratégiques ou plus théorisants. La « rupture » opérée par les néolibéraux avec le « laissez faire » manchestérien constitue pour beaucoup d’entre eux un artifice rhétorique pour parer les attaques visant l’« archaïsme » du libéralisme, plutôt qu’une position théorique dont il faudrait entreprendre l’exégèse approfondie, comme le laisse entendre L. Marlio (permanent patronal, présent au colloque Lippman) : « Pour ceux qui le savent, […] le mot de « néo » n’est peut-être pas indispensable, mais pour ceux qui ne le savent pas il est tout à fait utile. » (p. 120). C’est tout l’intérêt de l’ouvrage de ne pas proposer une lecture anhistorique et intellectualiste des prises de position néolibérales, en les rapportant aux identités sociales plurielles de ses porteurs : la plupart d’entre eux ne s’embarrassent guère de considérations par trop théoriciennes ou d’un travail approfondi d’intégration logique des propositions. Ainsi peut se justifier empiriquement la place limitée réservée aux discours dans l’analyse.

Cela étant, n’y a-t-il pas une voie analytique à frayer pour mieux apprécier comment ils construisent leur consensus ou comment ils ménagent la plasticité des prises de positions pour faire tenir le groupe dans ses petites différences et gagner des soutiens extérieurs ? Les comptes rendus de séance du colloque Lippman ou de la Société du Mont-Pèlerin n’en font-ils pas plus état ? Ce sont dans ces moments de négociation que s’éprouve ou non le groupe dans son orientation stratégique, la hiérarchie de ses membres et la place qu’il accorde aux arguments et aux « faits » économiques. Reconstituer la « carrière » de certaines préconisations (taxation de l’héritage, impôts sur la fortune et le capital, libre-échange, etc.) et s’intéresser au registre et à l’appareillage argumentatifs mobilisés, auraient peut-être pu constituer un bon traceur de l’évolution de ces groupes hétérogènes mais cohésifs. De même, si les néolibéraux posent dès la fin des années 1930 certaines équivalences entre communisme, planisme, nazisme et fascisme regroupés sous le label infamant d’« interventionnisme » (le nazisme n’est pas le produit du capitalisme mais son antithèse, le symbole du planisme : plan Beveridge = plan Goering), ce travail sur les mots demeure quelque peu relégué. Or, le néolibéralisme, comme système symbolique, apparaît bien ici comme un « antitotalitarisme » structurant un espace du souhaitable et du condamnable au plan économique. Il entretient à cet égard des correspondances frappantes avec l’« antitotalitarisme » médiatique des années 1970 en France, résolument antimarxiste et néanmoins classé « à gauche », ce qui a pu faciliter la transition social-libérale des années 1982-1983. Si par ailleurs la structuration néolibérale précoce et contrainte en réseaux transnationaux fournit des ressources à réinvestir nationalement, elle pourrait aussi – précisément par la nécessité de produire un discours de portée mondiale – contribuer à expliquer sa rapide colonisation des organisations économiques internationales, dès lors que les conditions politiques deviennent plus propices.

Pour suivre la carrière décousue du label néolibéral, l’auteur fait varier son cadre d’analyse :  il est d’abord restreint à ceux qui s’en revendiquent ou se rendent à certaines réunions, puis étendu  au « libéralisme militant », et enfin déployé sur le « projet néolibéral » pris dans sa globalité. Ce dernier  possède ainsi « toujours deux versants : l’un “offensif”, remettre l’État à sa place, l’autre “pragmatique”, créer avec l’aide de l’État, un cadre pour le marché » (p. 309). Les néolibéraux veulent donc simultanément réduire le périmètre de l’action étatique sans revenir au laissez faire, ouvrir de nouveaux espaces au mécanisme concurrentiel et défendre sans concession la libre entreprise. Cet hypothétique salut par le marché n’invitait-il pas à explorer plus avant chez ses promoteurs les problématiques wébériennes de l’ethos et de la sociodicée ? D’autant que l’auteur esquisse par endroits une psychogenèse des acteurs (Rougier, Hayek, Röpke, Albertini) en insistant sur leurs dispositions religieuses ou politiques et leur hantise à l’égard des masses. Il aurait pu être tout aussi intéressant d’interroger la manière dont les plus « intellectuels » des néolibéraux produisent le récit de leur propre histoire, de leur pedigree théorique et de leur influence sur l’opinion : W. Lippman et son « public fantôme », F. Hayek et ses « second hand dealers of ideas ». Leur conception de la force des idées et de leur rôle comme intellectuels ne réalise-t-elle pas ses premiers effets sur eux-mêmes et leur entourage, avec d’autant plus de profits qu’ils se trouvent souvent acculés à des positions d’outsiders ou de prétendants poussés à l’exit ? Même si l’auteur s’efforce de montrer le cheminement tortueux du néolibéralisme, n’aurait-il pas fallu insister davantage – dans la mesure où les archives le rendaient possible – sur les doutes, les impatiences et inconstances de ses promoteurs, pour finir de déstabiliser un pacte de lecture tout entier guidé par un dénouement à succès ? N’y avait-il pas lieu d’analyser de ce point de vue les « modalités sociales de leur certitude » [9] ? Dans l’entre soi des chalets alpins et des cités thermales que cultivent ces élites en attente, ne se joue-t-il pas surtout la réassurance collective du bien-fondé de leur domination à venir et de leur sens pratique utopiste ?

A l’aune des connaissances originales et de la méthode suivie, des précisions et des questionnements qui surgissent à sa lecture, Néo-libéralisme version française constitue donc à n’en pas douter, et pour conclure, une pierre importante apportée à la sociologie des idées politico-économiques.

 


[1]. François Denord, Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Démopolis, 2007, 382 p. Index.

[2]. François Denord, « Genèse et institutionnalisation du néo-libéralisme en France (années 1930- années 1950) », thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Rémi Lenoir, Paris, EHESS, 2003, p. 11. Le pari éditorial – au reste parfaitement légitime et remporté – a été de privilégier la très grande lisibilité de l’ouvrage au détriment des développements théoriques, méthodologiques et de la présentation des études quantitatives présents dans la thèse.

[3]. Moins innovant sur ce point, l’auteur s’appuie essentiellement sur l’étude pionnière de Bruno Jobert, Bruno Théret, « France : la consécration républicaine du néolibéralisme », dans Bruno Jobert (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 21-85.

[4]. Serge Audier, Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme. Latresne, Éditions Le Bord de l’Eau, 2008.

[5]. Michel Foucault, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard/Seuil, 2004, (éd. sous la dir. de F. Ewald, A. Fontana, M. Senellart) ; Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale : néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, les Prairies ordinaires, 2007 ; Christian Laval, L’homme économique : essai sur les racines du néolibéralisme, Paris, Gallimard, 2007 ; Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.

[6]. Par exemple, Isabelle Bruno, « “Déchiffrer” l’Europe compétitive : étude du benchmarking comme technique de coordination intergouvernementale dans le cadre de la stratégie de Lisbonne », thèse de science politique, sous la direction de Christian Lequesne, Paris, Institut d’études politiques, 2006.

[7]. Serge Halimi, Le grand bond en arrière. Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde, Paris, Fayard, 2004.

[8] L’auteur prolonge et amende, ce faisant, l’étude concise de Keith Dixon sur le cas anglais : Les Evangélistes du marché. Les intellectuels britanniques et le néo-libéralisme, Paris, Raisons d’agir, 1998.

[9]. Louis Pinto, « “C’est moi qui te le dis”. Les modalités sociales de la certitude », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, 1984, p. 107-108 ; Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.