Conservateurs vs. francs-tireurs. Une sociologie des conflits financiers

A propos de S. Polillo, Conservative versus Wildcats: A Sociology of Financial Conflicts, Stanford University Press, Stanford, 2013, 302 p.

Par Sabine Montagne

Compte-rendu initialement paru dans Sociologie du travail, Vol. 58 – n° 4 | Octobre-Décembre 2016

Simone Polillo signe un livre ambitieux, riche de plusieurs questions traitées par la sociologie économique, la science politique et l’économie politique : définition de la monnaie, nature du conflit capitaliste et de sa relation à la démocratie, évolution historique du secteur bancaire. L’auteur s’appuie sur les principales théories sociologiques de la monnaie pour établir un cadre d’analyse des transformations conjointes de la finance et de l’État. Il s’inscrit ainsi dans le champ des travaux qui relient l’intensité du conflit au sujet des formes d’allocation du crédit bancaire (restrictif ou libéral) et la forme du gouvernement (démocratique ou autoritaire, centralisé ou décentralisé). Son originalité réside dans l’accent mis sur les processus de mobilisation autour de la construction d’identités collectives que les financiers déploient pour préserver ou changer la distribution de la monnaie, plus particulièrement lors des processus de démocratisation politique.

Dans un premier temps, le livre discute les théories de la monnaie et du crédit. Il réfute la conception fonctionnaliste de la science économique néo-classique, qui tient les banquiers pour de simples intermédiaires de l’allocation efficiente de la monnaie (chapitres 1 et 2). L’auteur préfère adopter une conception sociologique, ancrée dans les travaux de Georg Simmel, de Joseph Schumpeter et de Viviana Zelizer, pour considérer le secteur bancaire comme un champ de lutte dans lequel les élites financières se fractionnent en coalitions et adoptent des identités collectives différenciées afin d’imposer durablement leurs pratiques comme seules légitimes. Il emprunte à J. Schumpeter sa distinction entre deux types de banquiers. D’un côté, les « conservateurs », attachés à des règles établies de stratification de la clientèle, prônent la restriction du crédit pour maintenir leur contrôle sur la circulation de l’argent et sur l’appropriation des profits, tout en prétendant assurer ainsi la stabilité macro-financière. D’un autre côté, les « wildcats » (francs-tireurs) cherchent à profiter de la contradiction entre la rationalité collective du groupe — serrer les rangs autour d’une distribution restreinte du crédit — et la rationalité individuelle de ses membres — faire du profit en distribuant individuellement plus de crédit que les autres — pour instaurer des procédures plus libérales au nom de l’inclusion sociale. Si ce conflit entre conservateurs et wildcats est structurel, il s’intensifie en période de démocratisation car les possibilités de contestation des statuts augmentent.

L’objectif de S. Polillo est de préciser en quoi ces conflits internes au champ bancaire sont dépendants des relations des banquiers à l’État. Cependant, il ne recourt pas à une sociologie des élites qui retracerait l’histoire de leur circulation entre espaces politique et financier et poserait la question des frontières entre ces espaces. Il affirme par contre son intérêt pour une sociologie des instruments financiers : selon lui, la connexion entre la finance et l’État doit être cherchée dans les règles professionnelles et les pratiques des banquiers, parce qu’elles sont aussi des ressources pour les politiciens. Ainsi, dette publique et distribution généreuse du crédit sont des moyens de gagner des faveurs électorales. Les instruments financiers sont des outils fabriqués pour servir les intérêts de certaines élites politiques et mener des transformations de l’État.

La seconde partie du livre argumente cette thèse en menant une enquête de sociologie historique comparative qui explore les processus d’expansion bancaire aux États-Unis (chapitres 3 et 4) et en Italie (chapitres 5 et 6), au XIXe siècle. L’histoire bancaire américaine témoigne, après la guerre de Sécession, d’un couplage entre un pouvoir politique local (décentralisé en termes monétaire et fiscal) et des pratiques restrictives d’octroi du crédit, fondées sur l’évaluation individuelle des emprunteurs selon des critères idéologiques qui favorisent les classes moyennes : réputation personnelle, honnêteté et probité morale. En restreignant la distribution de crédit, ce mode d’allocation fédère les banquiers, incapables d’élaborer un mode alternatif plus macroéconomique, en l’absence de soutien de l’État fédéral. Par contraste, en Italie, la force centralisatrice des élites politiques nationales organise les conflits bancaires autour d’enjeux politiques nationalistes et d’enjeux économiques systémiques. Les banquiers conservateurs ne disposant pas des soutiens locaux vont rejoindre le projet politique d’unité nationale : l’octroi de crédit aux populations apparaît alors comme un outil d’inclusion sociale permettant de réaliser la citoyenneté politique par une émancipation économique. Dès lors, l’octroi de crédit s’affranchit d’une évaluation individuelle des emprunteurs et reflète la loyauté nationaliste des élites bancaires, leur subordination au projet de construction de l’État-nation.

La fresque ainsi bâtie est impressionnante et souvent convaincante. L’ambition de relier, de manière dialectique, la concurrence entre pratiques bancaires, la compétition au sein du champ politique et les formes de gouvernement, sur une période aussi longue et pour deux pays, force l’admiration. Trois regrets peuvent toutefois être exprimés.

La grille d’analyse schumpétérienne, satisfaisante pour étudier les conflits au sein du secteur bancaire, semble moins adaptée à une analyse plus macrosociale. L’opposition binaire entre conservateurs et wildcats éclipse quelque peu la demande de crédit par les clients emprunteurs et, par conséquent, la question de la stratification sociale. Les pistes offertes par l’économie politique contemporaine suggèrent que l’acceptation sociale du couple « régime monétaire – coalition gouvernementale » ne dépend pas seulement de l’accord entre banquiers et politiciens au sujet des règles de distribution du crédit, mais d’arrangements institutionnels intégrant d’autres groupes sociaux (Amable et al., 2012).

Le lecteur reste par ailleurs perplexe sur le statut de l’association faite à plusieurs reprises entre conservatisme bancaire et stabilité financière, voire stabilité macroéconomique. Est-ce une régularité constatée dans des faits historiques, ou bien une croyance partagée et utilisée par certains groupes pour maintenir leur contrôle sur la monnaie ? Un positionnement plus explicite permettrait de contribuer à l’analyse de la crise financière actuelle.

Enfin, l’auteur revient à l’idée d’autonomisation de la finance, chère à la littérature sur la financiarisation, pour rendre compte de la finance contemporaine. Il renonce ainsi à pousser son hypothèse initiale d’une constitution mutuelle des espaces financier et politique. Il pouvait pourtant la conserver, à condition de reconnaître la variabilité des enjeux politiques et des moralités de ces espaces au cours du temps. On peut maintenir que l’espace « professionnel » de la finance n’est jamais si autonome, qu’il est toujours constitué par d’autres espaces sociaux et que leurs arrangements réciproques forment une configuration politique située (Montagne et Ortiz, 2013, 2014). Le cas de la mise en marché de la dette publique par les hauts fonctionnaires français constitue un exemple particulièrement probant de cette interpénétration entre État et finance privée contemporaine (Lemoine, 2016).

Bibliographie

Amable, B., Guillaud, E., Palombarini, S., 2012. L’économie politique du néolibéralisme, le cas de la France et de l’Italie. Éditions rue d’ULM, Paris.

Lemoine, B., 2016. L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché. La Découverte, Paris.

Montagne, S., Ortiz, S. (Eds), 2013. Sociologie de l’agence financière, volume 1. Sociétés contemporaines 92, 7–106

Montagne, S., Ortiz, S. (Eds), 2014. Sociologie de l’agence financière, volume 2. Sociétés contemporaines 93, 5–87

Référence papier

Sabine Montagne, « Conservative versus Wildcats: A Sociology of Financial Conflicts, S. Polillo », Sociologie du travail, Vol. 58 – n° 4 | 2016, 463-465.

Référence électronique

Sabine Montagne, « Conservative versus Wildcats: A Sociology of Financial Conflicts, S. Polillo », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 – n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 12 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/621


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.