L’évaluation des entreprises cotées en bourse

A propos de Ortiz (Horacio) – Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse. – Paris, Presses de Sciences Po (coll. Gouvernances), 2014 . 182 p. Annexe. Bibliogr.

par Marlène Benquet

Compe-rendu initialement paru dans la Revue française de science politique, 2016/6 (vol.66)

En raison des difficultés d’accès aux firmes financières et de la technicité de leurs activités, il n’existe que peu d’études sociales de la finance reposant sur des données ethnographiques de première main et a fortiori sur des enquêtes conduites par observation participante. À la suite notamment des livres de Karen Ho, Liquidated [1], ou d’Olivier Godechot, Working Rich [2], l’ouvrage d’Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité, participe au développement récent des études sociales de la finance qui renouvellent les connaissances disponibles sur l’activité financière à partir de son ethnographie.

L’ouvrage se donne pour objectif de décrire les modes d’évaluation des actions cotées dans le contexte d’un capitalisme caractérisé par une dissociation entre les propriétaires de titres et les investisseurs en charge de leur évaluation. Il vise ainsi à produire une « analyse des conditions pratiques de proclamation d’une vérité de la valeur » fondatrice d’une « critique du rôle politique de l’industrie financière dans la distribution globale des ressources » (p. 29). L’auteur rapatrie la question de l’évaluation financière, traitée par les théories financières dominantes à partir d’approches mathématiques et statistiques, dans le champ des pratiques observables, justiciables d’une analyse « ancrée » [3] dans des données ethnographiques dont l’ampleur est impressionnante. L’auteur a ainsi effectué trois stages de quatre à cinq mois chacun dans trois firmes financières. Le premier dans une entreprise de brokerage, Brokers Inc., à New York en 2002, le deuxième dans une équipe de consultants dans les hedges funds, Hedge Consulting, à Paris en 2003, et le troisième dans une multinationale de la gestion de fonds pour compte de tiers, Acme, à Paris en 2004.

L’approche ethnographique permet ici de déconstruire l’apparente homogénéité théorique de la théorie néoclassique des prix en mettant au jour la diversité des sources de production de la vérité de la valeur. Celle-ci repose à la fois sur une épistémologie subjectiviste fondée sur la liberté du regard évaluateur et sur une épistémologie objectiviste où la vérité du prix est le résultat de lois pouvant relever de la statistique gaussienne comme de la construction sociale dans un marché. Elle met aussi au jour le double régime de production de la vérité des prix : par des règles procédurales issues d’un paradigme théorique néoclassique, mais aussi par les règles professionnelles et organisationnelles qui encadrent les trajectoires des évaluateurs. Les gérants se trouvent donc placés au carrefour d’injonctions contradictoires : ils sont ainsi tenus de baser leurs évaluations sur la théorie moderne du portefeuille selon laquelle il n’est pas possible de produire de meilleures performances que le marché dans son ensemble, tout en faisant valoir leur capacité à obtenir de meilleurs résultats que leurs concurrents. De la même manière, alors que la croyance en l’efficience des marchés délégitime la spéculation sur les variations de court terme des actions, puisque les prix sont censés refléter à long terme la valeur fondamentale des entreprises, l’évaluation trimestrielle des performances des évaluateurs les contraint à produire des performances de court terme. L’auteur montre comment cette hétérogénéité des sources et des régimes de production de la vérité des prix fait pourtant fond sur un imaginaire financier commun qui justifie pour les acteurs le rôle politique de la finance comme allocataire de ressources en charge de la hiérarchisation des activités sociales ayant accès au crédit. En effectuant un pas en dehors du discours que les financiers portent sur leurs pratiques, la passionnante conclusion de l’ouvrage souligne la manière dont ce régime de production de la vérité des prix a constitué le point de vue de l’investisseur comme le seul valable pour décider de l’allocation des ressources et placé un nombre croissant d’activités sociales en compétition pour l’accès au crédit.

Cette enquête ethnographique est une contribution décisive à la compréhension des processus de construction sociale de prix. On peut toutefois regretter que l’auteur passe sous silence les conditions pratiques de sa réalisation et donne ainsi l’impression d’une observation non située. La manière dont l’auteur est entré sur le terrain, les modalités de ses différents recrutements, la présentation de son projet de recherche et les réactions qu’il a suscitées auraient été autant d’éléments centraux pour la compréhension des matériaux donnés à voir au lecteur. Par ailleurs, le choix d’une approche qualitative et ethnographique aurait pu être mis au service de l’explicitation des discours que les financiers portent sur leur activité et des justifications qu’ils élaborent quant aux conséquences sociales de leurs pratiques, telles qu’elles sont notamment analysées par l’auteur dans la conclusion.

 

[1] Karen Ho, Liquidated. An Ethnography of Wall Street, Durham, Duke University Press, 2009.
 
[2] Olivier Godechot, Working Rich. Salaires, bonus et appropriation du profit dans l’industrie financière, Paris, La Découverte, 2007.
 
[3] Le terme « ancrer » renvoie ici à la grounded theory dont les enjeux sont notamment explicités dans le texte de Juliet Corbin et Anselm Strauss, « L’analyse de données selon la grounded Theory. Procédures de codage et critères d’évaluation », dans Daniel Cefaï (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1990, p. 363-379.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.