Femmes de Wall Street

A propos de Melissa S. Fisher, Wall Street Women, Durham and London, Duke University Press, 2012. 240 p.

Par Horacio Ortiz

Compte-rendu initialement paru dans Sociologie du travail 55 (2013) 546-547

Dans ce livre, l’anthropologue Melissa Fisher présente les résultats d’une enquête de longue durée sur les premières femmes entrées à Wall Street dans les années 1970. L’étude est fondée sur trois séries d’entretiens avec une vingtaine de femmes, réalisés dans les années 1990, dans les années 2000 et puis après la crise financière de 2007. Les entretiens sont accompagnés de recherches d’archives et d’observations de terrain dans deux associations où se retrouvent les enquêtées : la Financial Women’s Association et le Women’s Campaign Fund. L’ouvrage montre comment les trajectoires personnelles de ces femmes s’agencent avec certains féminismes, dans le cadre des transformations historiques du secteur de la finance et des identités de genre aux États-Unis pendant la période.

S’inspirant des travaux de Judith Butler, l’auteur analyse la manière dont les enquêtées négocient et réinventent leurs identités de genre. Issues généralement de la classe moyenne blanche des banlieues américaines, elles commencent leur carrière dans des professions comme l’analyse financière ou le traitement de données, associées à des attributs considérés comme féminins tels que la « prudence », la « méticulosité » dans l’analyse, le sens de la « responsabilité pour les autres » (censé être proche de la maternité), et opposées à des attitudes conçues comme masculines telles que la « prise de risque », la poursuite compétitive de la « performance » ou encore la recherche « égoïste » du profit personnel, plutôt associées aux professions commerciales ou de trading. Ces images continueront de marquer leur place au sein du secteur de la finance et dans les discours médiatiques, y compris dans les appels récents à « féminiser » la finance comme « solution » pour éviter les « crises ». Citant Joan Scott, l’auteur remarque ainsi que les enquêtées, en écho avec cet imaginaire social, restent empêtrées dans une contradiction entre le féminisme libéral, qui insiste sur l’égalité entre hommes et femmes et fonde la hiérarchie sur la méritocratie, et un féminisme essentialiste, qui considère que les femmes ont des qualités communes intrinsèques, justifiant leur embauche ou leur discrimination, notamment pour des postes de direction.

Isolées au début de leur carrière, les enquêtées se retrouvaient dans la Financial Women’s Association, un réseau de femmes au sein duquel elles ont réinventé leur identité de genre, pour confronter leurs expériences en matière de discrimination professionnelle, d’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, mais aussi d’adaptation aux habitus des classes sociales supérieures auxquelles elles commençaient à appartenir. Dans ce processus, elles s’appuyaient aussi sur des mentors, le plus souvent masculins, qui les ont « protégées » dans leur trajectoire, ce qui les renforçait tout en affirmant leur fragilité.

Le nombre d’employées dans le secteur de la finance croît progressivement, avec l’intégration de femmes des classes moyennes et du fait des transformations apportées à la législation du travail à partir de 1960, dont les effets se font sentir dans les années 1980. Dans les années 1990, occupant des postes de responsabilité, les enquêtées sont, pour beaucoup, en décalage par rapport à ce mouvement. Elles s’opposent souvent à l’afrmative action, au nom de la méritocratie, et se disent choquées, d’une part, par la manière dont les nouvelles générations de femmes considèrent leurs droits du travail comme des acquis (entitlement) pour lesquels il ne faudrait plus se battre et, d’autre part, par la radicalisation de nouvelles postures féministes ouvertement politiques.

À la fin des années 2000, devant l’échec de la campagne d’Hillary Clinton et le licenciement en masse de femmes dans l’industrie financière au moment de la crise, les enquêtées, occupant des postes élevés dans la finance, cherchent à se reconvertir en adoptant une position féministe plus affirmée. Elles mobilisent à cette fin les réseaux et le pouvoir qu’elles ont accumulés pendant les années 1990, lorsqu’elles participaient au financement des campagnes électorales de candidates à travers le Women’s Campaign Fund. Elles développent alors un « féminisme de marché », par exemple avec le microcrédit dédié aux femmes, et une « féminisation du marché », visant à accroître le nombre des femmes occupant des positions de pouvoir économique et politique.

Par la richesse de ses données et la profondeur de l’analyse, l’ouvrage constitue une contribution unique dans un domaine peu étudié. Cependant, centrée exclusivement sur la question de l’identité de genre, l’auteur n’entre pas en discussion avec l’importante littérature de sociologie ou d’anthropologie de la finance. L’ouvrage est écrit de manière très accessible. Cependant, la recherche n’échappe pas à une tension semblable à celle dont elle qualifie son objet : la tension entre une vision essentialiste et une vision performative du genre. Tout en se basant sur la théorie de la performativité de J. Butler, M. Fisher porte son attention exclusivement sur des femmes, faisant de ces dernières une catégorie identitaire qu’elle omet de questionner. L’exposition des données aurait tiré bénéfice d’une réflexivité plus poussée, ou plus explicite, sur les présupposés théoriques de la recherche. Malgré ces limites, l’ouvrage permet de comprendre les conditions sociales des nouvelles alliances entre le féminisme libéral et le féminisme essentialiste, portées par les élites politiques et financières.

http://dx.doi.org/10.1016/j.soctra.2013.09.010

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.