BlackRock: Agence Internationale Privée de conseil aux gouvernements

BlackRock n’est pas seulement une institution financière extraordinairement puissante dans le monde économique et financier. Elle est devenue en peu d’années une agence internationale privée de conseil macro-économique aux gouvernements.

par Bruno Théret

BlackRock n’est pas seulement une institution financière extraordinairement puissante dans le monde économique et financier. Elle n’agit pas seulement en matière économique et financière, mais aussi en tant qu’agence internationale de conseil macro-économique pourvoyeuse de diagnostics et de solutions aux gouvernements.

A cette fin, BlackRock a incorporé dans son staff de haute volée non pas des financiers, mais des macro-économistes et des banquiers centraux. C’est d’autant plus étonnant que son business n’est pas centré sur l’acquisition de rentes des dettes souveraines (il est vrai de rendement quasi nul en ce moment en Europe), mais sur les marchés actions.


Comment expliquer le recrutement de macroéconomistes et de banquiers centraux par Blackrock ?


BlackRock a opéré son décollage avec le “quantitative-easing” de la FED (puis de la BCE) après 2008 (voir : Martine Orange, “BlackRock souffle ses conseils pour la capitalisation à l’oreille du pouvoir”), et elle a profité de la « trappe à liquidité » (situation dans laquelle la banque centrale devient incapable de stimuler l’économie par la voie monétaire) pour orienter l’excès de liquidité vers les marchés d’actions et relancer l’inflation des titres boursiers. Ainsi est-on en train de ré-atteindre les pics de 1929 et de 2007 des indices boursiers.

Or, dans une note présentée en août 2019 du Blackrock Investment Institute intitulée « Dealing with the next downturn : From unconventional monetary policy to unprecedented policy coordination », publiée sur son website et destinée à une diffusion dans un large public en Amérique de Nord, Hong Kong, Singapour et Australie, et seulement à des « investisseurs et clients qualifiés dans les autres pays autorisés », Blackrock envisage un prochain « downturn », une récession déjà perceptible en matière de commerce international, et pense que cette fois les banques centrales n’auront plus les moyens de la contrer vu la taille actuelle de leurs bilans, les taux d’intérêt négatifs, etc. C’est pourquoi, ce qui peut paraître là encore paradoxal pour une institution financière de sa taille et de sa richesse, elle se déclare favorable à un financement monétaire direct temporaire « par hélicoptère » des agents économiques, sans passer par les banques. BlackRock serait donc, dit autrement, pour un Quantitative-Easing for the People.

En fait pour BlackRock, cette prise de position est logique, car BlackRock n’est pas une banque, et sa méthode d’analyse est plus empirique et systémique qu’abstraite et normative comme celle de la micro-économie nouvelle classique et de l’économie financière standard, ce qui explique qu’elle soit peuplée plus par des macro-économistes praticiens de banque centrale que par des économistes financiers formés dans les GBS. BlackRock a pris acte que la récurrence des crises financières est le prix à payer dans un régime d’accumulation financiarisé ultra-libéral, que l’inflation boursière avait atteint à nouveau des sommets qui appelaient un retournement, et que dans la prochaine crise, il n’y aurait pas d’autre solution pour sa pérennité que de relancer la demande pour maintenir l’économie et les revenus des ménages à flot et ne pas ruiner toute perspective de retraite par capitalisation.

Autre fait intéressant, l’analyse proposée est signée par quatre personnes dont trois sont des anciens banquiers centraux et la quatrième est membre du conseil fantôme de la BCE :

  • Philipp Hildebrand, ancien président de la Banque centrale suisse (BNS), démissionné pour soupçon de délit d’initié, et actuel vice-président mondial de BlackRock et membre du Group of 30[1] ;
  • Stanley Fischer, ancien président de la banque centrale d’Israel, passé par la Banque mondiale, le FMI, Citigroup, le conseil des gouverneurs du Federal Reserve System, et également membre du groupe des 30, actuellement Senior Advisor au BlackRock Investment Institute ;
  • Jean Boivin, ancien sous-gouverneur de la Banque du Canada et sous-ministre délégué des Finances et représentant du Canada auprès du G7, du G20 et du Conseil de stabilité financière, qui préside actuellement le Blackrock Investment Institute (BII) ;
  • et Elga Bartsch, qui dirige la recherche macroéconomique au BII et est une ancienne économiste en chef chez Morgan Stanley Europe, ancienne présidente du comité de politique économique et monétaire de l’Association bancaire allemande, actuellement membre du Conseil fantôme de la BCE et administrateur de l’Institut IFO pour la recherche économique de Munich qui produit un indicateur important sur le climat des affaires en Allemagne.

On notera également que P. Hildebrand a également fait partie du groupe de travail du Group of 30 qui vient de publier en novembre 2019 un rapport sur l’avenir des retraites à l’échelle mondiale intitulé Fixing the Pensions Crisis : Ensuring Lifetime Financial Security. Ce groupe de travail est présidé par Lord Adair Turner, ancien président de la Financial Services Authority britannique, Senior Fellow de l’Institute for New Economic Thinking, est également partisan d’un overt-money financing momentané, i.e. d’une injection directe de monnaies aux agents non financiers pour ne pas retomber dans la trappe à liquidité lors de la prochaine crise financière. La note du BII se réfère à la note de Turner publiée par le Groupe des 30 où est présentée sa critique du Quantitative Easing passant par les banques et sa proposition d’overt-money.

Ci-joint les deux textes où P. Hildebrand, vice-président mondial de BlackRock, d’une part évoque, avec Stanley Fisher notamment, le prochain downturn,

d’autre part réfléchit avec d’autres collègues du même club – le Group of Thirty-  sur l’avenir des retraites et les réformes nécessaires.


[1] Le Group of 30 est un puissant think-tank international de banquiers publics et privés basé à Washington D.C., auxquels sont agrégés quelques économistes et personnalités politiques. Il se présente de la manière suivante : « Le Groupe des Trente, créé en 1978, est un organisme mondial indépendant composé de très hauts représentants des secteurs public et privé et du monde universitaire. Il vise à approfondir la compréhension des enjeux économiques et financiers internationaux et à explorer les répercussions internationales des décisions prises dans les secteurs public et privé. Le Groupe se caractérise par sa connaissance du passé et sa vision large et prospective. Le Groupe compte actuellement 24 membres, en plus de 10 membres seniors et 16 membres émérites. Ils comprennent un éventail largement homogène de personnes occupant actuellement des postes de direction dans les secteurs public et privé et dans le monde universitaire, la plupart ayant déjà une expérience de leadership dans le secteur public au niveau national ou international. À l’heure actuelle, ils comprennent six dirigeants actuels de la communauté des banques centrales et plusieurs autres qui sont devenus membres alors qu’ils étaient banquiers centraux. 32 de nos membres occupaient auparavant des postes de direction dans la banque centrale, dont 26 étaient banquiers centraux alors qu’ils étaient membres du G30. Nos membres comprennent également 13 membres qui, dans le passé, ont occupé des postes ministériels ou agi en tant que décideurs politiques de haut niveau. »  Pour consulter la liste de ses membres, cf. https://group30.org/members 

N’hésitez pas c’est très instructif !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.