L’OCDE, poisson-pilote de la financiarisation : vers un État social résiduel et une pédagogie financière universelle

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui siège à Paris et mêle un secrétariat composé principalement d’économistes et des délégués gouvernementaux, s’est tôt intéressée à la question des retraites. Le rapport « Perspectives de l’OCDE sur les pensions 2016 » cristallise le sens commun intergouvernemental actuel, dominé par les secteurs financiers des États membres. ANALYSE DE TEXTE PAR APPOSITION

par Vincent Gayon

PDF Disponible ICI

Définir le cadre : un pouvoir politique de premier ordre

Une fois le cadrage financier endossé – « comme il appartient à chacun désormais de prendre davantage de risques et de responsabilités » déclare ainsi le Secrétaire général et ancien ministre des Finances mexicain A. Guria –, la suite en découle (socio)logiquement, dans le registre qui sied aux discours technocratiques, celui de la nécessité et de la rationalité, qu’il faudra imposer si la pédagogie n’y suffit pas.

Pour se prémunir de l’illusion du « jamais vu », deux citations des années 1960 et 1970 suffisent ci-dessous. Mais, contre l’illusion du « toujours ainsi », il faut bien constater que les volumes financiers en jeu apparaissent d’une ampleur inédite.

« Convaincre des gens de faire quelque chose, mais les convaincre par l’exposé de la situation, par la prise de conscience du réel, nullement par des règlements. Il ne s’agit pas d’obliger les personnes à agir, mais de les informer de certaines réalités et des amener à constater qu’il est de leur intérêt, qu’il est de leur nature, d’agir dans certaines directions et selon telles méthodes ».

Jean Fourastié, Jean-Paul Courthéoux, La planification économique en France, Paris, PUF, 1963.

« L’hygiène économique s’est substituée à l’hygiène sociale : on n’enseigne plus comment laver le biberon, à quoi sert une baignoire ou la quantité de vin nuisible pour un adulte. On enseigne que l’augmentation du coût de la vie n’est pas la paupérisation, que la croissance n’est pas l’abondance, que la récession n’est pas la crise, que le bonheur des riches ne fait pas le malheur des pauvres et que le malheur des riches ne ferait pas le bonheur des pauvres ; ou encore, très généralement, qu’il ne faut pas confondre la responsabilité individuelle des dirigeants et la responsabilité impersonnelle des mécanismes économiques, fatalité internationale, dont la « loi » scientifiquement attestée, sorte de droit divin laïcisé, régit les nations et les hommes. »

Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, «  La science royale et le fatalisme du probable », au sein du dossier « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1-2, 1976, p. 50.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.