La fabrique de la neutralité: pour une sociologie politique des lieux neutres

Le rôle des lieux neutres dans la production d’expertise et de “lieux communs” d’action publique est souligné par de nombreux travaux en science politique, sans être encore systématiquement interrogé. À la croisée de la sociologie des institutions, de la sociologie des champs et de la sociologie de l’action publique, cet appel à communications pour le Congrès de l’Association française de science politique de Lille en 2022 propose d’ouvrir un espace de discussion sur ces institutions définies, depuis le travail séminal de Pierre Bourdieu et Luc Boltanski (1976), comme des lieux où les diverses fractions des élites surmontent leurs antagonismes.

par Constantin Brissaud, Jean-Michel Chahsiche et Thomas Lépinay

Continuer la lecture de « La fabrique de la neutralité: pour une sociologie politique des lieux neutres »

Hommages à Hadrien Saiag

Hadrien discutant avec Solène Morvant-Roux avec laquelle il travaillait à Genève, photo prise par Éveline Baumann lors du colloque sur « L’institutionnalisme monétaire », Lyon, 2016 (communiquée par Jean-Michel Servet).

« Hadrien s’est battu courageusement jusqu’au bout contre la maladie comme pour défendre une certaine idée de la science et de la société. (…) (Après son séjour) à l’hôpital à Paris en juin, (…) à la mi-août à Genève où il était revenu, il était encore plein d’espoir (…) et y avait repris ses grimpettes sur le Salève. (…) [C]ontinuer à se battre intellectuellement (…) pour la mise en pratique de certains projets sera la meilleure façon de le faire vivre parmi nous. »

Jean-Michel Servet, économiste, IUED, Genève.

« Avec Marc Abélès, nous exprimons notre profonde tristesse et partageons la peine de celles et ceux (…) qui ont bien connu Hadrien. Marc présidait la Commission d’anthropologie qui l’a recruté au CNRS ; il avait été particulièrement impressionné par la qualité et le rayonnement de ses recherches. Hadrien et moi, avec Horacio, Bruno et d’autres, avons beaucoup discuté de dette, de monnaie et de notre passion commune pour Buenos Aires. » 

Marie Cuillerai, philosophe, université Paris Diderot, et Marc Abélès, anthropologue, EHESS.

Continuer la lecture de « Hommages à Hadrien Saiag »

L’hommage de Bruno Théret à Hadrien Saiag

Photo prise aux journées d’études sur la dette organisées en Cévennes par Hadrien en juillet 2019 (communiquée par Isabelle Guérin)

Hadrien Saiag, chargé de recherche en anthropologie au CNRS, en poste à l’IIAC (UMR EHESS/CNRS)au sein du LAIOS depuis 2013, est décédé jeudi 30 octobre dans l’après-midi à 36 ans d’une maladie qui l’a touché en 2016, alors qu’il était sur un terrain dans les banlieues de Rosario, en Argentine. Il a été chargé de cours à Dauphine en économie et fait sa thèse en économie à l’IRISSO sous ma direction, conjointement à celle de Jean-Michel Servet, qui avait dirigé son master à l’IHEID de Genève. Il a suivi aussi les séminaires interdisciplinaires dans lesquelles s’est développé l’approche institutionnaliste de la monnaie. Il travaillait sur les monnaies sociales et les processus d’endettement dans les quartiers urbains populaires en articulant approche ethnographique et souci de développer une théorie socio-économique s’inscrivant dans une perspective polanyienne néanmoins matinée de certains apports de l’économie institutionnelle.

Continuer la lecture de « L’hommage de Bruno Théret à Hadrien Saiag »

Disparition d’Hadrien Saiag

Les amis et collègues d’Hadrien Saiag expriment leur immense tristesse à l’annonce de son décès et leur profond soutien à sa famille et à ses proches. Jeune et brillant chercheur en anthropologie économique du CNRS, ayant réalisé son doctorat à l’Université Paris Dauphine (IRISSO), il était spécialisé dans l’étude de la pluralité du fait monétaire, tout particulièrement dans le cas de l’Argentine.

À l’heure où la monnaie est au centre du débat public, ses travaux, dans le droit fil de l’institutionnalisme monétaire, offrent un éclairage important : Hadrien a montré comment la monnaie s’inscrit dans un ordre social et politique, en même temps qu’elle l’institue. Il a développé une approche néo-Polanyienne originale, attentive à réintégrer le concept de dette à l’analyse institutionnelle et anthropologique de la monnaie.

Continuer la lecture de « Disparition d’Hadrien Saiag »

Vouloir effacer la dette que nous possédons déjà est un leurre

À la suite de l’appel des économistes pour « l’annulation des dettes détenues par la Banque centrale européenne », plus de 80 spécialistes des questions monétaires et financières signent une tribune publiée dans le journal Le Monde du 27 février, ainsi que dans le journal Social Europe, proposant d’autres voies pour faire face aux politiques d’austérité.

Continuer la lecture de « Vouloir effacer la dette que nous possédons déjà est un leurre »

Saurons-nous reconstruire une solidarité internationale ?

La pandémie de Covid-19 a réveillé les égoïsmes nationaux, mais a été phénomène global qui a mis en lumière l’importance des instances supranationales et de la coopération. Va-t-on pouvoir construire une nouvelle coopération internationale basée sur un avenir commun ?

Émission “Entendez-vous l’éco ?” de France culture, présentée par Tiphaine de Rocquigny, avec Vincent Gayon

Continuer la lecture de « Saurons-nous reconstruire une solidarité internationale ? »

Accumulating Capital Today

This book explores the renewal of forms of capital accumulation and the institutions that shape it. It focuses on three main sources of accumulation: the extraction of profit through labor and the commodification of nature, financial speculation and the ways in which profit is converted into wealth.

par Marlène Benquet et Théo Bourgeron

Continuer la lecture de « Accumulating Capital Today »

La finance autoritaire

Les sources de financement du Brexit révèlent le poids considérable d’une partie de la finance, celle des fonds d’investissement et des hedge funds, qui voient l’Union européenne comme un obstacle à la libre circulation de leurs capitaux. Cette seconde financiarisation promeut un courant idéologique puissant mais méconnu : le libertarianisme.

par Marlène Benquet et Théo Bourgeron

Continuer la lecture de « La finance autoritaire »

Sociétés contemporaines et les revues en lutte

Ce numéro s’inscrit dans le mouvement Revues en lutte. Il traite de la loi retraites et de la casse sociale, du saccage de l’université et de la recherche, et de la gestion de la crise du Covid-19, à l’intersection du social, du politique et du scientifique.

Continuer la lecture de « Sociétés contemporaines et les revues en lutte »

L’organisation internationale de l’économie

Que savons-nous du fonctionnement concret des organisations économiques internationales? De quoi sont faites ces institutions? Evoluent-elles dans un éther au-dessus des populations et des États? Ces derniers en sont-ils vraiment exclus? Sont-elles aussi influentes qu’on le prétend? Mais « influentes » sur qui et comment? Répondre à ces questions suppose de mener l’enquête sociologique dans ces espaces feutrés, réputés pour leur confidentialité, leur hermétisme, leur conformisme autant que pour l’anonymat de leur personnel. DOSSIER SPECIAL

Dossier spécial d’Actes de la Recherche en Sciences Sociales coordonné par Vincent Gayon

Continuer la lecture de « L’organisation internationale de l’économie »

Tirer vraiment les leçons de la crise sanitaire

La pandémie de coronavirus est un coup de semonce. La reconversion écologique de nos sociétés est un impératif absolu. Il faut changer de modèle de développement économique, en mettant en œuvre une politique d’investissement massif dans la transition écologique et en prônant une éthique de la modération.

par Dominique Méda

Continuer la lecture de « Tirer vraiment les leçons de la crise sanitaire »

Les retraites. Trois siècles d’histoire

L’histoire des retraites, des régimes pionniers au régime général, a commencé en France il y a plus de 300 ans. Ce sont alors les premiers régimes “spéciaux” qui apparaissent, puis pointent les notions d’assistance, au temps de la révolution française, puis se développent les pensions dans les mines ou dans les compagnies de chemins de fer, au temps des révolutions industrielles. Les notions de cotisations, de répartition, de capitalisation pointent aussi. Parallèlement à l’Etat, au patronat, à l’église, apparaissent de nouveaux acteurs, sociétés de secours mutuels, syndicats, sociétés d’assurance… Des lois se succèdent, 1853, 1905, 1910, 1930… jusqu’aux ordonnances de 1945.

1ère partie
 
2e partie
 
 

“Analyse Retraites”, par le Comité de mobilisation de la Direction générale de l’INSEE

Qui montre qu’il est possible de financer les retraites sans reculer l’âge de départ ou diminuer les pensions.