“Analyse Retraites”, par le Comité de mobilisation de la Direction générale de l’INSEE

Qui montre qu’il est possible de financer les retraites sans reculer l’âge de départ ou diminuer les pensions.

Une brève histoire des retraites – Épisode 2/4: les retraites aux États-Unis

Aux États-Unis, la protection sociale se met en place beaucoup plus lentement qu’en Europe, pour quatre raisons principales.

Aux États-Unis, la protection sociale se met en place beaucoup plus lentement qu’en Europe, pour quatre raisons principales.

Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 2/4: les retraites aux États-Unis »

Une brève histoire des retraites – Épisode 3/4: histoire récente des retraites en France

En France, si on reprend l’histoire là où on l’avait laissée, c’est-à-dire aux transformations successives du compromis de 1945, une étape importante est constituée par le Livre Blanc sur les retraites de 1991.

Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 3/4: histoire récente des retraites en France »

Une brève histoire des retraites – Épisode 4/4: les mesures proposées par le gouvernement actuel en perspective

Dans la perspective générale esquissée ici, les projets du gouvernement actuel se comprennent donc comme comportant deux axes.

Le premier axe consiste en la poursuite des « réformes paramétriques » telles que pratiquées depuis 1993, c’est-à-dire la modification progressive de paramètres des retraites par répartition de manière à diminuer peu à peu le coût pour les caisses de financement, et donc le coût du travail pour les entreprises : recul de l’âge ouvrant le droit à une retraite à taux plein, calcul du montant de la retraite sur une durée de cotisation de plus en plus longue, etc. Continuer la lecture de « Une brève histoire des retraites – Épisode 4/4: les mesures proposées par le gouvernement actuel en perspective »

Une brève histoire des retraites dans le monde occidental – bibliographie

Guex, Sébastien. 2003. « La politique des caisses vides ». Actes de la recherche en sciences sociales 146‑147: 51‑61.

Hatzfeld, Henri. 1971. Du paupérisme à la Sécurité sociale: 1850-1940. Paris: Armand Colin.

Leimgruber, Matthieu. 2008. Solidarity without the State ?: Business and the Shaping of the Swiss Welfare State, 1890-2000. Cambridge: Cambridge university press.

———. 2013. « La sécurité sociale au péril du vieillissement. Les organisations internationales et l’alarmisme démographique (1975-1995) ». Le Mouvement Social 244 (3): 31‑45.

Pierson, Paul. 1994. Dismantling the welfare state?: Reagan, Thatcher, and the politics of retrenchment. Cambridge: Cambridge Univ Press.

Skocpol, Theda. 1992. Protecting Soldiers and Mothers. 2009e éd. Harvard University Press.

Streeck, Wolfgang, et Kathleen Ann Thelen. 2005. Beyond continuity: institutional change in advanced political economies. Oxford University Press.

Viossat, Louis-Charles. 2000. Les retraites. Enjeux, crise, solutions. Flammarion, Paris.

Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial »

Si la « justice sociale » est convoquée par le gouvernement afin de justifier sa refonte des retraites, c’est en réalité l’enclenchement de leur financiarisation et de leur appauvrissement qu’il entend mettre en œuvre, notamment en réduisant la contribution des salariés les mieux rémunérés au financement du système et en leur créant un nouveau régime spécial. ANALYSE

par Mickaël Ciccotelli

Continuer la lecture de « Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial » »

Le nouveau cadre européen d’épargne retraite par capitalisation (PEPP) : une opportunité pour la gestion d’actifs

Récemment adopté par le Conseil européen, le règlement PEPP (Pan European Personal Pension) crée un label européen pour des produits d’épargne retraite volontaire et individuelle. Il va conforter le rôle d’acteurs collectifs puissants, en particulier les grandes sociétés de gestion d’actifs (BlackRock, Amundi…) qui dominent la prise de décision en matière de placement financier. ANALYSE

par Jacques-Olivier CHARRON

Continuer la lecture de « Le nouveau cadre européen d’épargne retraite par capitalisation (PEPP) : une opportunité pour la gestion d’actifs »

Retraites : 12 idées reçues

Texte rédigé par Anaïs Henneguelle, maîtresse de conférences en économie à l’Université de Rennes 2, membre du collectif d’animation des Économistes Atterrés.

  1. – « Il n’y a pas de perdants à la réforme »
  2. – « Le système n’est pas viable financièrement : il faut réformer »
  3. – « L’espérance de vie augmente et il faut en profiter »
  4. – « Il faut un âge d’équilibre à 64 ans »
  5. – « Il faut sanctuariser la part des retraites dans le PIB à 14 % »
  6. – « On conserve un système par répartition »
  7. – « Il faut en finir avec les régimes spéciaux »
  8. – « La réforme permet de protéger les droits des plus faibles »
  9. – « Le nouveau système bénéficiera aux femmes et aux familles »
  10. – « Les hauts salaires contribuent plus dans le nouveau système »
  11. – « Le nouveau système sera plus lisible »
  12. – « Le Président a annoncé cette réforme durant sa campagne présidentielle »

Disponible sur le blog de A. Henneguelle

Les fonds de pensions aux États-­Unis: l’illusion de l’empowerment salarial par la propriété

Les syndicats français s’imaginent parfois qu’ils pourraient acquérir un pouvoir financier sur la gestion des investissements de fonds salariaux (fonds de pension, épargne salariale). Pourtant, aux États-Unis, où ce type de fonds est développé depuis longtemps, les employeurs, les financiers et l’État (à travers l’administration, la législation et le système judiciaire) se sont organisés pour prévenir toute influence collective des salariés sur la gestion de leurs propres fonds.

par Sabine Montagne

Continuer la lecture de « Les fonds de pensions aux États-­Unis: l’illusion de l’empowerment salarial par la propriété »

Le « garrot d’or » de la dette et de la finance se resserre sur l’État social

En creusant les inégalités sociales via la logique de l’épargne individuelle, la retraite par capitalisation, même partiellement mise en place via le système par points et les « complémentaires » privées, augmenterait le pouvoir politique que détiennent d’ores et déjà les classes épargnantes sur l’État. Leur détention d’obligations du Trésor agit comme un “garrot d’or” sur l’orientation des politiques économiques et sociales. Comment en est-on arrivé là ? PERSPECTIVE

par Benjamin Lemoine

Continuer la lecture de « Le « garrot d’or » de la dette et de la finance se resserre sur l’État social »

L’OCDE, poisson-pilote de la financiarisation : vers un État social résiduel et une pédagogie financière universelle

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui siège à Paris et mêle un secrétariat composé principalement d’économistes et des délégués gouvernementaux, s’est tôt intéressée à la question des retraites. Le rapport « Perspectives de l’OCDE sur les pensions 2016 » cristallise le sens commun intergouvernemental actuel, dominé par les secteurs financiers des États membres. ANALYSE DE TEXTE PAR APPOSITION

par Vincent Gayon

Continuer la lecture de « L’OCDE, poisson-pilote de la financiarisation : vers un État social résiduel et une pédagogie financière universelle »

Les actionnaires financent-ils l’économie ?

L’entreprise Black Rock, qui conseille le gouvernement français sur la réforme des retraites, est aussi l’un des plus gros acteurs de la retraite par capitalisation. Nombre de ses clients sont des fonds de pension dont la mission est de placer sur les marchés financiers les cotisations de leurs adhérents. Ce mécanisme serait doublement vertueux. Il ferait, d’une part, peser le poids des retraites uniquement sur les intéressés et non sur les générations futures. Il participerait, d’autre part, par l’investissement en actions au financement de l’économie. Mais qu’en est-il précisément ? Les actionnaires financent-ils vraiment les firmes et, de-là, l’ensemble de l’économie ?

par François-Xavier Dudouet

Continuer la lecture de « Les actionnaires financent-ils l’économie ? »