L’organisation internationale de l’économie

Que savons-nous du fonctionnement concret des organisations économiques internationales? De quoi sont faites ces institutions? Evoluent-elles dans un éther au-dessus des populations et des États? Ces derniers en sont-ils vraiment exclus? Sont-elles aussi influentes qu’on le prétend? Mais « influentes » sur qui et comment? Répondre à ces questions suppose de mener l’enquête sociologique dans ces espaces feutrés, réputés pour leur confidentialité, leur hermétisme, leur conformisme autant que pour l’anonymat de leur personnel. DOSSIER SPECIAL

Dossier spécial d’Actes de la Recherche en Sciences Sociales coordonné par Vincent Gayon

Continuer la lecture de « L’organisation internationale de l’économie »

Teorias Institucionalistas de la Moneda: La Escuela Francesa. Antologia / Théories françaises de la monnaie

Bruno Théret, Jérôme Blanc, Pierre Alary, Ludovic Desmedt, Teorias Institucionalistas de la Moneda: La Escuela Francesa. Antologia, Universidad Nacional de Quilmes Editorial, 2019. Continuer la lecture de « Teorias Institucionalistas de la Moneda: La Escuela Francesa. Antologia / Théories françaises de la monnaie »

Économie politique de la financiarisation

Actes de la recherche en sciences sociales. N° 229 – septembre 2019 // Numéro coordonné par Marlène Benquet, Théo Bourgeron et Bénédicte Reynaud

« Mais avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose. Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire. Mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera même pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » Continuer la lecture de « Économie politique de la financiarisation »

Régimes économiques de l’ordre politique / Regimenes economicos del orden politico

Théret Bruno (2019), Regimenes economicos del orden politico, Buenos Aires: Bogota, Universidad Nacional de Colombia.

Traduction espagnole de Bruno Théret, Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’Etat

Paris, Puf, 1992.

Distinguant une forme territoriale et une forme salariale de configuration topologique du social dans les États territoriaux à économie capitaliste de marché, cet ouvrage montre la nature historique particulière des limites de l’État dans chacune de ces configurations.

L’économie au service de la société – autour de Jean Gadrey

Sous la direction de Florence Jany-Catrice et Dominique Méda

Paris, Les Petits Matins, 2019.

Comment (re)mettre l’économie au service de la société ? C’est à cette question essentielle que les auteurs de ce livre répondent en revenant sur les travaux de Jean Gadrey. Continuer la lecture de « L’économie au service de la société – autour de Jean Gadrey »

Le concert des puissants

François Denord et Paul Lagneau-Ymonet

Paris, Raisons d’agir, 2016

Comment se peut-il que la structure du pouvoir tienne malgré tout, y compris le discrédit et, parfois même, la nullité de ceux qui l’exercent ?Ce livre explicite le processus par lequel l’inégale distribution de ressources économiques, culturelles et institutionnelles se reproduit. Et instille chez les dominants un rapport singulier au monde social. De la formation dans les grandes écoles à la gestion oligopolistique des marchés, en passant par la fréquentation de lieux à la sociabilité exclusive, ces gens bien nés ne se sentent pas toujours tenus de suivre la règle commune. Ils n’excluent jamais la possibilité de s’en exempter. Placés au sommet des principales hiérarchies institutionnelles, grands patrons, hommes politiques et hauts fonctionnaires s’affrontent souvent, sans que leurs rivalités personnelles ne modifient l’ordre établi.

Pour mener l’enquête, les auteurs ont mobilisé des matériaux issus de sources variées : annuaires biographiques et registres mondains, littérature grise et rapports officiels, archives, mémoires et données statistiques, entretiens ou discussions informelles. Ils montrent que le pouvoir est avant tout le produit d’un arrangement institutionnel dans lequel l’ordre économique prime tous les autres. Continuer la lecture de « Le concert des puissants »

L’ordre de la dette

Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’Etat et la prospérité du marché, Paris, La Découverte, 2016.

Pourquoi la dette publique occupe-t-elle une telle place dans les débats économiques contemporains, en France et ailleurs ? Comment s’est-elle imposée comme la contrainte suprême qui justifie toutes les politiques d’austérité budgétaire et qui place les États sous surveillance des agences de notation ? Continuer la lecture de « L’ordre de la dette »

Théories françaises de la monnaie

Bruno Théret, Jérôme Blanc, Pierre Alary, Ludovic Desmedt, Théories françaises de la monnaie, Paris, PUF, 2016, 336 Pages.

La publication de cette anthologie répond à la volonté de rassembler certains textes importants de l’approche institutionnaliste de la monnaie telle qu’elle s’est développée en France depuis le début des années 1980. De nombreux auteurs ont œuvré dans ce sens, dans des écrits parus sur des supports variés (revues, ouvrages collectifs…) dont beaucoup ne sont plus disponibles aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Théories françaises de la monnaie »

Encaisser!

Marlène BENQUET, Encaisser! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte, 2015

 

Marlène Benquet a mené pendant trois ans une enquête sur une des principales entreprises françaises de grande distribution : d’abord caissière, elle a ensuite fait un stage au siège du groupe et un autre au sein de l’organisation syndicale majoritaire. Elle révèle dans ce livre stupéfiant les « dessous » de la grande distribution.

Continuer la lecture de « Encaisser! »

Valeur financière et vérité

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse.

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 184 p.

L’industrie financière a pris une place prépondérante dans l’économie globale depuis une trentaine d’années. Au nom du dogme de l’efficience des marchés, elle détermine la valeur des entreprises cotées en bourse à l’aide d’une méthodologie standardisée d’inspiration néolibérale cautionnée par la réglementation financière. La valeur des entreprises aurait ainsi une « vérité » établie par les experts de la finance, faisant de ces derniers les arbitres de la distribution des ressources monétaires à l’échelle mondiale et, partant, de la justice sociale.

Continuer la lecture de « Valeur financière et vérité »

Mise en ordre de l’économie

Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier: « Mise en ordre de l’économie », Politix, vol. 27, 105 (1), 2014.

Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes et les incertitudes pesant sur l’avenir des économies et des systèmes de protection sociale des pays de l’OCDE constituent des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé. Ces phénomènes ont pu mener à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre et au délitement. Pourtant, les institutions qui produisent et soutiennent ces politiques se caractérisent par une inertie et une capacité de résilience étonnantes, tant dans leurs personnels que dans les doctrines et instruments d’action déployés. Les sciences sociales du politique sont particulièrement bien armées pour analyser ce paradoxe apparent [1].

Continuer la lecture de « Mise en ordre de l’économie »

Pédagogie économique

Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier « Pédagogie économique » paru dans Genèses 2013/4 (n° 93)

La cause semble entendue et pérenne. À un ordre économique et financier qui impose des « réformes structurelles » aussi douloureuses qu’indiscutables (plan quinquennal de réduction des dépenses publiques, rallongement de la durée de cotisations pour bénéficier de pensions de retraites ou d’indemnités chômage, baisse des cotisations sociales afin d’améliorer le coût du travail et la compétitivité, etc.), répond le souci d’en expliquer la teneur et la nécessité, d’envoyer des messages clairs à l’opinion, bref d’offrir davantage de pédagogie à un public qu’il suffirait de convaincre de leur bien-fondé. À la résistance dressée contre de telles mesures jugées injustes, illégitimes ou inefficaces, répond généralement un déficit de lisibilité à combler pour assurer leur pleine compréhension. À une défaite électorale répond, sur le même schéma, un manque de capacités à convaincre, à se faire entendre, des lacunes de communication et une trop faible pédagogie. En chaque cas, la position du pédagogue est sauve, tout comme celle de l’ignorant. Le paradigme de ces relations asymétriques est celui de l’école et des lieux de formation, celui de la science et de ses publics [1]

Continuer la lecture de « Pédagogie économique »

Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2

Sabine Montagne et Horacio Ortiz

Dossier paru dans Sociétés contemporaines 2013/4 (n° 92) (n°93)

Ce dossier vise à déconstruire la notion d’« investisseur » à partir d’enquêtes empiriques sur l’industrie financière, sa régulation et le rôle qu’y joue l’État. La figure de l’investisseur est centrale dans la représentation des flux financiers que proposent la réglementation et le droit, la théorie financière et une partie importante du discours médiatique et politique. Les acteurs financiers s’y référent également pour parler de leur travail quotidien comme pour organiser leur activité de lobbying. Qu’elle relève d’une fonction assignée par des discours normatifs ou d’une identité socio-économique revendiquée par des professionnels financiers, la figure de l’investisseur est la notion centrale à partir de laquelle le monde financier se décrit et est décrit.

Plutôt que de considérer qu’il y a des investisseurs, pleinement investis d’une mission, le dossier vise à explorer, à partir d’études empiriques, comment les décisions d’investir sont prises au terme de relations nombreuses, établies entre différents types d’acteurs. Cette division du travail financier s’appuie sur un ensemble de dispositifs, juridiques, techniques et de représentations, qui constitue ce que nous appelons « agence financière ». Celle-ci se démarque de la représentation économique libérale qui consiste à réduire tout échange à une relation bilatérale entre acheteur et vendeur. Par contraste, l’étude de l’agence financière, en reconnaissant la variété des relations nécessaires à la prise de décision d’investissement, permet de travailler deux questions essentielles que les crises financières posent aux acteurs et aux institutions de la finance : à qui imputer la responsabilité des décisions d’investissement ? Comment sont construites et circulent les catégories de perception des acteurs financiers ?

Continuer la lecture de « Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2 »

Prédictions apocalyptiques et prévisions économiques

Dossier coordonné par Thomas Angeletti, Arnaud Esquerre et Jeanne Lazarus dans Raisons politiques 2012/4 (n° 48)

LIER PRÉDICTIONS ESCHATOLOGIQUES et prévisions économiques pourrait sembler, au premier abord, assez incongru et, probablement davantage encore pour les spécialistes de chaque genre. Car tant les prédictions eschatologiques que les prévisions économiques ont leurs spécialistes, les uns se situant dans l’étude des religions, les autres dans celle de l’économie.

En faisant le pari de présenter ensemble des pratiques habituellement séparées, nous espérons ouvrir de nouveaux questionnements et dégager de nouveaux angles d’analyse. Prédictions apocalyptiques et prévisions économiques ont en commun d’être des discours sur le futur, mais sous des rapports très différents, voire opposés.

Continuer la lecture de « Prédictions apocalyptiques et prévisions économiques »