Régimes économiques de l’ordre politique / Regimenes economicos del orden politico

Théret Bruno (2019), Regimenes economicos del orden politico, Buenos Aires: Bogota, Universidad Nacional de Colombia.

Traduction espagnole de Bruno Théret, Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’Etat

Paris, Puf, 1992.

Distinguant une forme territoriale et une forme salariale de configuration topologique du social dans les États territoriaux à économie capitaliste de marché, cet ouvrage montre la nature historique particulière des limites de l’État dans chacune de ces configurations.

Sociologie des politiques économiques internationales

SECTION THÉMATIQUE

Cette section thématique au XVe Congrès de l’Association française de science politique propose un chantier de réflexion pour une sociologie des politiques économiques internationales.

En proposant des cadres d’analyse très généraux de « l’ordre économique international », la majeure partie des travaux d’économie politique internationale (EPI) n’enquêtent que de manière assez aérienne sur les politiques économiques internationales et se révèlent souvent assez frustrants du point de vue d’une sociologie de l’action et des problèmes publics. Si cette dernière accorde depuis quelques années une place croissante aux politiques économiques, la dimension internationale est encore rarement au cœur de la réflexion. Sur la base d’enquêtes de première main, il apparaît alors opportun, dans le cadre de cette section thématique, tout à la fois de faire porter davantage l’attention sur la dimension internationale des politiques économiques, sans toutefois la déconnecter ou l’autonomiser a priori des phénomènes « nationaux » ou « locaux », et de réanimer un dialogue avec les travaux classiques ou plus contemporains d’EPI.

Continuer la lecture de « Sociologie des politiques économiques internationales »

Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2

Sabine Montagne et Horacio Ortiz

Dossier paru dans Sociétés contemporaines 2013/4 (n° 92) (n°93)

Ce dossier vise à déconstruire la notion d’« investisseur » à partir d’enquêtes empiriques sur l’industrie financière, sa régulation et le rôle qu’y joue l’État. La figure de l’investisseur est centrale dans la représentation des flux financiers que proposent la réglementation et le droit, la théorie financière et une partie importante du discours médiatique et politique. Les acteurs financiers s’y référent également pour parler de leur travail quotidien comme pour organiser leur activité de lobbying. Qu’elle relève d’une fonction assignée par des discours normatifs ou d’une identité socio-économique revendiquée par des professionnels financiers, la figure de l’investisseur est la notion centrale à partir de laquelle le monde financier se décrit et est décrit.

Plutôt que de considérer qu’il y a des investisseurs, pleinement investis d’une mission, le dossier vise à explorer, à partir d’études empiriques, comment les décisions d’investir sont prises au terme de relations nombreuses, établies entre différents types d’acteurs. Cette division du travail financier s’appuie sur un ensemble de dispositifs, juridiques, techniques et de représentations, qui constitue ce que nous appelons « agence financière ». Celle-ci se démarque de la représentation économique libérale qui consiste à réduire tout échange à une relation bilatérale entre acheteur et vendeur. Par contraste, l’étude de l’agence financière, en reconnaissant la variété des relations nécessaires à la prise de décision d’investissement, permet de travailler deux questions essentielles que les crises financières posent aux acteurs et aux institutions de la finance : à qui imputer la responsabilité des décisions d’investissement ? Comment sont construites et circulent les catégories de perception des acteurs financiers ?

Continuer la lecture de « Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2 »

Histoire de la Bourse

Paul LAGNEAU-YMONET, Angelo RIVA

La Découverte, 2012.

Créée par le pouvoir royal après la débâcle du financier John Law, puis démantelée lors de la Révolution française, la Bourse de Paris acquiert ses traits caractéristiques sous Napoléon : dans un lieu officiel, les agents de change, commerçants et officiers ministériels bénéficient, jusqu’au démantèlement amiable de leur corporation en 1988, du monopole légal sur les transactions boursières.
À l’aube du XXIe siècle, la Bourse de Paris, transformée en société par actions, s’associe avec ses homologues amstellodamoise, bruxelloise, portugaise et le marché londonien de produits dérivés. En 2007, cet attelage paneuropéen fusionne avec la Bourse de New York. Désormais, la bourse parisienne est la filiale d’un groupe transatlantique, lui-même coté en bourse.
Adopter une perspective diachronique aide à se défaire des représentations en apesanteur de la « finance » qui entravent l’analyse comme la critique. Ainsi, ce livre explicite l’entrelacs de contingence et de nécessité qui fait l’histoire économique et sociale de la Bourse de Paris et des activités boursières en France.

Continuer la lecture de « Histoire de la Bourse »

Les grands patrons en France : du capitalisme d’État à la financiarisation

Dudouet F-X., Grémont E. (2010), Les grands patrons en France : du capitalisme d’État à la financiarisation, Paris: Lignes de repères, 174 p.

Qui sont les grands patrons en France ? Quels parcours ont-ils suivi pour accéder à leurs fonctions ? Alors que la crise renforce les interrogations quant à la légitimité des élites, le monde patronal reste discret, voire secret. Essayons donc d’en savoir plus….

Les grands patrons du CAC 40, qui n’ont jamais détenu autant de pouvoir, constituent cependant un univers mal connu. L’ouvrage montre comment les élites patronales françaises, souvent d’origine étatique, ont succombé aux sirènes de la financiarisation. Analysant en détail parcours scolaire, réseaux et relations d’affaires, les auteurs soulignent un paradoxe : les élites patronales, de plus en plus tournées vers l’international, sont toujours profondément enracinées dans les milieux d’affaires français. Comment parvenir, dans ce contexte, à relever les défis de l’après krach financier ?

Au sommaire, notamment :

– genèse du capitalisme d’État en France

– le retrait de l’État et la question clef de la financiarisation de l’économie

– les patrons du CAC 40 au début du XXIème siècle

– crise financière et globalisation : les grands patrons sont-ils prêts ?