Les actionnaires financent-ils l’économie ?

L’entreprise Black Rock, qui conseille le gouvernement français sur la réforme des retraites, est aussi l’un des plus gros acteurs de la retraite par capitalisation. Nombre de ses clients sont des fonds de pension dont la mission est de placer sur les marchés financiers les cotisations de leurs adhérents. Au titre des vertus prêtées à ce mécanisme, on entend souvent l’argument selon lequel ces placements participeraient, par l’investissement en actions, au financement de l’économie. Mais qu’en est-il précisément ? Les actionnaires financent-ils vraiment les firmes et, de-là, l’ensemble de l’économie ?

par François-Xavier Dudouet

Continuer la lecture de « Les actionnaires financent-ils l’économie ? »

Régimes économiques de l’ordre politique / Regimenes economicos del orden politico

Théret Bruno (2019), Regimenes economicos del orden politico, Buenos Aires: Bogota, Universidad Nacional de Colombia.

Traduction espagnole de Bruno Théret, Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’Etat

Paris, Puf, 1992.

Distinguant une forme territoriale et une forme salariale de configuration topologique du social dans les États territoriaux à économie capitaliste de marché, cet ouvrage montre la nature historique particulière des limites de l’État dans chacune de ces configurations.

Théories françaises de la monnaie

Bruno Théret, Jérôme Blanc, Pierre Alary, Ludovic Desmedt, Théories françaises de la monnaie, Paris, PUF, 2016, 336 Pages.

La publication de cette anthologie répond à la volonté de rassembler certains textes importants de l’approche institutionnaliste de la monnaie telle qu’elle s’est développée en France depuis le début des années 1980. De nombreux auteurs ont œuvré dans ce sens, dans des écrits parus sur des supports variés (revues, ouvrages collectifs…) dont beaucoup ne sont plus disponibles aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Théories françaises de la monnaie »

Instabilités globales et ordres des politiques économiques

Global instabilities and the Economic policies orders

COLLOQUE INTERNATIONAL

Paris, 17-18 juin 2013

Comité d’organisation :

Vincent Gayon – IRISSO CNRS – Université Paris Dauphine

Benjamin Lemoine – CSO (Sciences Po Paris) – IFRIS (Université Paris Est)

            Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes, comme les incertitudes pesant sur l’avenir des économies des pays de l’OCDE et de leur système de protection sociale, sont des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé international. Ces phénomènes pourraient mener droit à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre, au délitement. Pourtant, rapportées aux transformations et aux crises du capitalisme, les ordres institutionnels qui produisent et soutiennent les politiques économiques semblent se caractériser, tout au contraire, tant dans leurs personnels et leurs instruments d’action que dans leurs fondements théoriques par une inertie et une capacité de résilience étonnantes.

Continuer la lecture de « Instabilités globales et ordres des politiques économiques »

La monnaie dévoilée par ses crises

Bruno Théret (ed.), La monnaie dévoilée par ses crises. Vol.I. Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Ed. de l’EHESS, 2008.

La monnaie est une construction sociale. Depuis la Grèce antique jusqu’à l’Argentine 2002, les crises monétaires ici décrites en dévoilent les enjeux économiques, politiques et symboliques. Quelle monnaie concevoir pour créer une souveraineté politique ?
Les crises monétaires sont des moments privilégiés pour analyser le fait monétaire dans toute sa complexité. Dans ces crises, en effet, la monnaie est remise en question et dénaturalisée. Sont ainsi révélés les fondements de l’acceptation des formes monétaires qui ont cours dans chaque société, acceptation reposant sur des rapports de confiance d’ordre économique, mais aussi politique et symbolique.
Cet ouvrage s’appuie sur l’analyse de telles situations pour, d’une part, élargir la base empirique de la théorie de la monnaie comme confiance, d’autre part, dégager une morphologie des crises monétaires qui rende compte de leur complexité, enfin, ouvrir un dialogue avec l’ensemble désormais large des chercheurs – économistes, historiens, anthropologues, politologues et sociologues – qui travaillent à la compréhension du fait monétaire.

Continuer la lecture de « La monnaie dévoilée par ses crises »