La lutte des classes enfermée dans la question fiscale

Et si la fiscalité ne constituait que la partie émergée et résiduelle des grandes controverses macro-économiques et sociales qui ont structuré les économies avancées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Analyse du livre d’Alexis Spire: « Résistances à l’impôt ».

par Benjamin Lemoine

Continuer la lecture de « La lutte des classes enfermée dans la question fiscale »

Économie politique de la financiarisation

Actes de la recherche en sciences sociales. N° 229 – septembre 2019 // Numéro coordonné par Marlène Benquet, Théo Bourgeron et Bénédicte Reynaud

« Mais avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose. Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire. Mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera même pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » Continuer la lecture de « Économie politique de la financiarisation »

Régimes économiques de l’ordre politique / Regimenes economicos del orden politico

Théret Bruno (2019), Regimenes economicos del orden politico, Buenos Aires: Bogota, Universidad Nacional de Colombia.

Traduction espagnole de Bruno Théret, Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’Etat

Paris, Puf, 1992.

Distinguant une forme territoriale et une forme salariale de configuration topologique du social dans les États territoriaux à économie capitaliste de marché, cet ouvrage montre la nature historique particulière des limites de l’État dans chacune de ces configurations.

L’économie au service de la société – autour de Jean Gadrey

Sous la direction de Florence Jany-Catrice et Dominique Méda

Paris, Les Petits Matins, 2019.

Comment (re)mettre l’économie au service de la société ? C’est à cette question essentielle que les auteurs de ce livre répondent en revenant sur les travaux de Jean Gadrey. Continuer la lecture de « L’économie au service de la société – autour de Jean Gadrey »

Conservateurs vs. francs-tireurs. Une sociologie des conflits financiers

A propos de S. Polillo, Conservative versus Wildcats: A Sociology of Financial Conflicts, Stanford University Press, Stanford, 2013, 302 p.

Continuer la lecture de « Conservateurs vs. francs-tireurs. Une sociologie des conflits financiers »

Programme 2016-2017

SÉMINAIRE SPE

Séance  « Dette souveraine »: 23 septembre

Martin Gusman (Columbia University Graduate School of Business)« Les conséquences et la résolution du défaut en 2001 de l’Argentine sur sa dette souveraine »

Continuer la lecture de « Programme 2016-2017 »

Mise en ordre de l’économie

Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier: « Mise en ordre de l’économie », Politix, vol. 27, 105 (1), 2014.

Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes et les incertitudes pesant sur l’avenir des économies et des systèmes de protection sociale des pays de l’OCDE constituent des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé. Ces phénomènes ont pu mener à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre et au délitement. Pourtant, les institutions qui produisent et soutiennent ces politiques se caractérisent par une inertie et une capacité de résilience étonnantes, tant dans leurs personnels que dans les doctrines et instruments d’action déployés. Les sciences sociales du politique sont particulièrement bien armées pour analyser ce paradoxe apparent [1].

Continuer la lecture de « Mise en ordre de l’économie »

Pédagogie économique

Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier « Pédagogie économique » paru dans Genèses 2013/4 (n° 93)

La cause semble entendue et pérenne. À un ordre économique et financier qui impose des « réformes structurelles » aussi douloureuses qu’indiscutables (plan quinquennal de réduction des dépenses publiques, rallongement de la durée de cotisations pour bénéficier de pensions de retraites ou d’indemnités chômage, baisse des cotisations sociales afin d’améliorer le coût du travail et la compétitivité, etc.), répond le souci d’en expliquer la teneur et la nécessité, d’envoyer des messages clairs à l’opinion, bref d’offrir davantage de pédagogie à un public qu’il suffirait de convaincre de leur bien-fondé. À la résistance dressée contre de telles mesures jugées injustes, illégitimes ou inefficaces, répond généralement un déficit de lisibilité à combler pour assurer leur pleine compréhension. À une défaite électorale répond, sur le même schéma, un manque de capacités à convaincre, à se faire entendre, des lacunes de communication et une trop faible pédagogie. En chaque cas, la position du pédagogue est sauve, tout comme celle de l’ignorant. Le paradigme de ces relations asymétriques est celui de l’école et des lieux de formation, celui de la science et de ses publics [1]

Continuer la lecture de « Pédagogie économique »

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme?

A propos de Florence Jany-Catrice, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Capitalismes-éthique-institutions », 2012.

Continuer la lecture de « La performance totale : nouvel esprit du capitalisme? »

Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2

Sabine Montagne et Horacio Ortiz

Dossier paru dans Sociétés contemporaines 2013/4 (n° 92) (n°93)

Ce dossier vise à déconstruire la notion d’« investisseur » à partir d’enquêtes empiriques sur l’industrie financière, sa régulation et le rôle qu’y joue l’État. La figure de l’investisseur est centrale dans la représentation des flux financiers que proposent la réglementation et le droit, la théorie financière et une partie importante du discours médiatique et politique. Les acteurs financiers s’y référent également pour parler de leur travail quotidien comme pour organiser leur activité de lobbying. Qu’elle relève d’une fonction assignée par des discours normatifs ou d’une identité socio-économique revendiquée par des professionnels financiers, la figure de l’investisseur est la notion centrale à partir de laquelle le monde financier se décrit et est décrit.

Plutôt que de considérer qu’il y a des investisseurs, pleinement investis d’une mission, le dossier vise à explorer, à partir d’études empiriques, comment les décisions d’investir sont prises au terme de relations nombreuses, établies entre différents types d’acteurs. Cette division du travail financier s’appuie sur un ensemble de dispositifs, juridiques, techniques et de représentations, qui constitue ce que nous appelons « agence financière ». Celle-ci se démarque de la représentation économique libérale qui consiste à réduire tout échange à une relation bilatérale entre acheteur et vendeur. Par contraste, l’étude de l’agence financière, en reconnaissant la variété des relations nécessaires à la prise de décision d’investissement, permet de travailler deux questions essentielles que les crises financières posent aux acteurs et aux institutions de la finance : à qui imputer la responsabilité des décisions d’investissement ? Comment sont construites et circulent les catégories de perception des acteurs financiers ?

Continuer la lecture de « Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2 »

Instabilités globales et ordres des politiques économiques

Global instabilities and the Economic policies orders

COLLOQUE INTERNATIONAL

Paris, 17-18 juin 2013

Comité d’organisation :

Vincent Gayon – IRISSO CNRS – Université Paris Dauphine

Benjamin Lemoine – CSO (Sciences Po Paris) – IFRIS (Université Paris Est)

            Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes, comme les incertitudes pesant sur l’avenir des économies des pays de l’OCDE et de leur système de protection sociale, sont des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé international. Ces phénomènes pourraient mener droit à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre, au délitement. Pourtant, rapportées aux transformations et aux crises du capitalisme, les ordres institutionnels qui produisent et soutiennent les politiques économiques semblent se caractériser, tout au contraire, tant dans leurs personnels et leurs instruments d’action que dans leurs fondements théoriques par une inertie et une capacité de résilience étonnantes.

Continuer la lecture de « Instabilités globales et ordres des politiques économiques »

Économie du droit

Thierry KIRAT

L’économie du droit permet d’éclairer la logique de la règle (le droit) par la logique du calcul (l’économie). L’économie du droit – développée sous l’appellation Law and Economics par les Anglo-Saxons – applique les méthodes et les cadres conceptuels de la science économique à l’étude du droit et des effets des règles juridiques. Elle s’intéresse, par exemple, à des domaines tels que la responsabilité civile, les contrats, les décisions judiciaires, les modes de règlement des différends.
Approche originale de la régulation juridique, elle s’interroge sur l’efficience économique du droit. Il ne s’agit pas seulement de problèmes théoriques puisque sont en cause des questions pratiques aux enjeux considérables : la responsabilité civile et délictuelle, pour faute ou sans faute, l’articulation du droit de la responsabilité et des mécanismes assurantiels, l’indemnisation des victimes de dommages, mais aussi la capacité du droit à soutenir la croissance.

Continuer la lecture de « Économie du droit »

La totalisation de l’Amérique

À propos de l’ouvrage d’Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009 (Textes à l’appui. Anthropologie des sciences et des techniques), 318 p.

Continuer la lecture de « La totalisation de l’Amérique »

Histoire de la Bourse

Paul LAGNEAU-YMONET, Angelo RIVA

La Découverte, 2012.

Créée par le pouvoir royal après la débâcle du financier John Law, puis démantelée lors de la Révolution française, la Bourse de Paris acquiert ses traits caractéristiques sous Napoléon : dans un lieu officiel, les agents de change, commerçants et officiers ministériels bénéficient, jusqu’au démantèlement amiable de leur corporation en 1988, du monopole légal sur les transactions boursières.
À l’aube du XXIe siècle, la Bourse de Paris, transformée en société par actions, s’associe avec ses homologues amstellodamoise, bruxelloise, portugaise et le marché londonien de produits dérivés. En 2007, cet attelage paneuropéen fusionne avec la Bourse de New York. Désormais, la bourse parisienne est la filiale d’un groupe transatlantique, lui-même coté en bourse.
Adopter une perspective diachronique aide à se défaire des représentations en apesanteur de la « finance » qui entravent l’analyse comme la critique. Ainsi, ce livre explicite l’entrelacs de contingence et de nécessité qui fait l’histoire économique et sociale de la Bourse de Paris et des activités boursières en France.

Continuer la lecture de « Histoire de la Bourse »