Les retraites. Trois siècles d’histoire

L’histoire des retraites, des régimes pionniers au régime général, a commencé en France il y a plus de 300 ans. Ce sont alors les premiers régimes « spéciaux » qui apparaissent, puis pointent les notions d’assistance, au temps de la révolution française, puis se développent les pensions dans les mines ou dans les compagnies de chemins de fer, au temps des révolutions industrielles. Les notions de cotisations, de répartition, de capitalisation pointent aussi. Parallèlement à l’Etat, au patronat, à l’église, apparaissent de nouveaux acteurs, sociétés de secours mutuels, syndicats, sociétés d’assurance… Des lois se succèdent, 1853, 1905, 1910, 1930… jusqu’aux ordonnances de 1945.

1ère partie
 
2e partie
 
 

Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial »

Si la « justice sociale » est convoquée par le gouvernement afin de justifier sa refonte des retraites, c’est en réalité l’enclenchement de leur financiarisation et de leur appauvrissement qu’il entend mettre en œuvre, notamment en réduisant la contribution des salariés les mieux rémunérés au financement du système et en leur créant un nouveau régime spécial. ANALYSE

par Mickaël Ciccotelli

Continuer la lecture de « Quand les « premiers de cordée » coupent la corde derrière eux… et créent leur « régime spécial » »

L’OCDE, poisson-pilote de la financiarisation : vers un État social résiduel et une pédagogie financière universelle

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui siège à Paris et mêle un secrétariat composé principalement d’économistes et des délégués gouvernementaux, s’est tôt intéressée à la question des retraites. Le rapport « Perspectives de l’OCDE sur les pensions 2016 » cristallise le sens commun intergouvernemental actuel, dominé par les secteurs financiers des États membres. ANALYSE DE TEXTE PAR APPOSITION

par Vincent Gayon

Continuer la lecture de « L’OCDE, poisson-pilote de la financiarisation : vers un État social résiduel et une pédagogie financière universelle »