La protection sociale financiarisée selon BlackRock

Blackrock a mis en ligne en juin 2019, sur son site, un document de recommandations au gouvernement français. Étape par étape, la firme financière expose comment s’y prendre pour faire entrer les français dans un enrôlement automatique dans l’épargne retraite financière. ANALYSE

Par Sabine Montagne et Bruno Théret

Continuer la lecture de « La protection sociale financiarisée selon BlackRock »

Programme 2017-2018

SÉMINAIRE SPE

Séance 24 novembre 2017. Socio-histoire des idées économiques : le cas (anti)physiocrate

Arnaud Orain (Université Paris 8) – Les voies de la richesse ? La physiocratie en question (1760-1850), PUR, 2017, codirigé avec Gérard Klotz et Philippe Minard.

Discutant : Dominique Damamme.

Organisée par Vincent Gayon

Continuer la lecture de « Programme 2017-2018 »

Valeur financière et vérité

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse.

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 184 p.

L’industrie financière a pris une place prépondérante dans l’économie globale depuis une trentaine d’années. Au nom du dogme de l’efficience des marchés, elle détermine la valeur des entreprises cotées en bourse à l’aide d’une méthodologie standardisée d’inspiration néolibérale cautionnée par la réglementation financière. La valeur des entreprises aurait ainsi une « vérité » établie par les experts de la finance, faisant de ces derniers les arbitres de la distribution des ressources monétaires à l’échelle mondiale et, partant, de la justice sociale.

Continuer la lecture de « Valeur financière et vérité »

Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2

Sabine Montagne et Horacio Ortiz

Dossier paru dans Sociétés contemporaines 2013/4 (n° 92) (n°93)

Ce dossier vise à déconstruire la notion d’« investisseur » à partir d’enquêtes empiriques sur l’industrie financière, sa régulation et le rôle qu’y joue l’État. La figure de l’investisseur est centrale dans la représentation des flux financiers que proposent la réglementation et le droit, la théorie financière et une partie importante du discours médiatique et politique. Les acteurs financiers s’y référent également pour parler de leur travail quotidien comme pour organiser leur activité de lobbying. Qu’elle relève d’une fonction assignée par des discours normatifs ou d’une identité socio-économique revendiquée par des professionnels financiers, la figure de l’investisseur est la notion centrale à partir de laquelle le monde financier se décrit et est décrit.

Plutôt que de considérer qu’il y a des investisseurs, pleinement investis d’une mission, le dossier vise à explorer, à partir d’études empiriques, comment les décisions d’investir sont prises au terme de relations nombreuses, établies entre différents types d’acteurs. Cette division du travail financier s’appuie sur un ensemble de dispositifs, juridiques, techniques et de représentations, qui constitue ce que nous appelons « agence financière ». Celle-ci se démarque de la représentation économique libérale qui consiste à réduire tout échange à une relation bilatérale entre acheteur et vendeur. Par contraste, l’étude de l’agence financière, en reconnaissant la variété des relations nécessaires à la prise de décision d’investissement, permet de travailler deux questions essentielles que les crises financières posent aux acteurs et aux institutions de la finance : à qui imputer la responsabilité des décisions d’investissement ? Comment sont construites et circulent les catégories de perception des acteurs financiers ?

Continuer la lecture de « Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2 »