La lutte des classes enfermée dans la question fiscale

Et si la fiscalité ne constituait que la partie émergée et résiduelle des grandes controverses macro-économiques et sociales qui ont structuré les économies avancées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Analyse du livre d’Alexis Spire: « Résistances à l’impôt ».

par Benjamin Lemoine

Continuer la lecture de « La lutte des classes enfermée dans la question fiscale »

Ressources

« Analyse Retraites », par le Comité de mobilisation de la Direction générale de l’INSEE

Documentaire, « Ces financiers qui dirigent le monde: BlackRock  » ARTE

E n dehors de Wall Street, qui connaît BlackRock, le plus puissant gestionnaire d’actifs de la planète ? Enquête sur un acteur discret mais influent de la vie économique et politique mondiale.

L’oligopole financier mondial de la gestion d’actifs

Depuis la crise financière de 2008, les placements mondiaux de l’épargne se sont reportés sur des fonds dits « indexés ». Ce secteur est dominé par trois firmes états-uniennes: BlackRock, Vanguard, et State Street. L’omnipotence de cet oligopole soulève des questions démocratiques cruciales.

par Sabine Montagne

Continuer la lecture de « L’oligopole financier mondial de la gestion d’actifs »

Économie politique de la financiarisation

Actes de la recherche en sciences sociales. N° 229 – septembre 2019 // Numéro coordonné par Marlène Benquet, Théo Bourgeron et Bénédicte Reynaud

« Mais avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose. Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire. Mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera même pas élu. Et pourtant, il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » Continuer la lecture de « Économie politique de la financiarisation »

Dette publique / dette privée

JOURNEE D’ETUDES

Chaque crise financière de grande ampleur met à nu les liens entre les dettes publiques et les dettes privées. La crise des subprimes qui a muté en alerte sur les dettes souveraines après le sauvetage étatique de la finance privé, n’a pas échappé à la règle. Pourtant, les recherches sur le sujet analysent rarement d’un même mouvement l’argent des ménages et celui des Etats.

Continuer la lecture de « Dette publique / dette privée »

Accumuler du capital. Stratégies de profit et politiques de dépossession.

COLLOQUE INTERNATIONAL

L’ampleur des pressions exercées par le capitalisme contemporain sur l’environnement et les populations pourrait laisser penser que ce mode de production ait atteint ses dernières limites. L’épuisement des ressources naturelles, le réchauffement climatique, l’accroissement des inégalités au sein des pays occidentaux et entre les régions du monde semblent en passe de menacer le minimum de stabilité sociale et politique nécessaire à l’extraction du profit. Pourtant, l’accumulation du capital ne ralentit pas : d’anciennes sources de profit se transforment et de nouvelles émergent qui tirent précisément parti des dérèglements environnementaux et sociaux pour alimenter de nouveaux pôles d’accumulation du capital.

Continuer la lecture de « Accumuler du capital. Stratégies de profit et politiques de dépossession. »

Conservateurs vs. francs-tireurs. Une sociologie des conflits financiers

A propos de S. Polillo, Conservative versus Wildcats: A Sociology of Financial Conflicts, Stanford University Press, Stanford, 2013, 302 p.

Continuer la lecture de « Conservateurs vs. francs-tireurs. Une sociologie des conflits financiers »

Encaisser!

Marlène BENQUET, Encaisser! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte, 2015

 

Marlène Benquet a mené pendant trois ans une enquête sur une des principales entreprises françaises de grande distribution : d’abord caissière, elle a ensuite fait un stage au siège du groupe et un autre au sein de l’organisation syndicale majoritaire. Elle révèle dans ce livre stupéfiant les « dessous » de la grande distribution.

Continuer la lecture de « Encaisser! »

Valeur financière et vérité

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse.

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 184 p.

L’industrie financière a pris une place prépondérante dans l’économie globale depuis une trentaine d’années. Au nom du dogme de l’efficience des marchés, elle détermine la valeur des entreprises cotées en bourse à l’aide d’une méthodologie standardisée d’inspiration néolibérale cautionnée par la réglementation financière. La valeur des entreprises aurait ainsi une « vérité » établie par les experts de la finance, faisant de ces derniers les arbitres de la distribution des ressources monétaires à l’échelle mondiale et, partant, de la justice sociale.

Continuer la lecture de « Valeur financière et vérité »

Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2

Sabine Montagne et Horacio Ortiz

Dossier paru dans Sociétés contemporaines 2013/4 (n° 92) (n°93)

Ce dossier vise à déconstruire la notion d’« investisseur » à partir d’enquêtes empiriques sur l’industrie financière, sa régulation et le rôle qu’y joue l’État. La figure de l’investisseur est centrale dans la représentation des flux financiers que proposent la réglementation et le droit, la théorie financière et une partie importante du discours médiatique et politique. Les acteurs financiers s’y référent également pour parler de leur travail quotidien comme pour organiser leur activité de lobbying. Qu’elle relève d’une fonction assignée par des discours normatifs ou d’une identité socio-économique revendiquée par des professionnels financiers, la figure de l’investisseur est la notion centrale à partir de laquelle le monde financier se décrit et est décrit.

Plutôt que de considérer qu’il y a des investisseurs, pleinement investis d’une mission, le dossier vise à explorer, à partir d’études empiriques, comment les décisions d’investir sont prises au terme de relations nombreuses, établies entre différents types d’acteurs. Cette division du travail financier s’appuie sur un ensemble de dispositifs, juridiques, techniques et de représentations, qui constitue ce que nous appelons « agence financière ». Celle-ci se démarque de la représentation économique libérale qui consiste à réduire tout échange à une relation bilatérale entre acheteur et vendeur. Par contraste, l’étude de l’agence financière, en reconnaissant la variété des relations nécessaires à la prise de décision d’investissement, permet de travailler deux questions essentielles que les crises financières posent aux acteurs et aux institutions de la finance : à qui imputer la responsabilité des décisions d’investissement ? Comment sont construites et circulent les catégories de perception des acteurs financiers ?

Continuer la lecture de « Sociologie de l’agence financière. Vol 1 & 2 »

Instabilités globales et ordres des politiques économiques

Global instabilities and the Economic policies orders

COLLOQUE INTERNATIONAL

Paris, 17-18 juin 2013

Comité d’organisation :

Vincent Gayon – IRISSO CNRS – Université Paris Dauphine

Benjamin Lemoine – CSO (Sciences Po Paris) – IFRIS (Université Paris Est)

            Les attaques spéculatives contre les dettes publiques européennes, comme les incertitudes pesant sur l’avenir des économies des pays de l’OCDE et de leur système de protection sociale, sont des signes manifestes des instabilités du capitalisme financiarisé international. Ces phénomènes pourraient mener droit à la conclusion que les politiques économiques, financières et monétaires sont sujettes au désordre, au délitement. Pourtant, rapportées aux transformations et aux crises du capitalisme, les ordres institutionnels qui produisent et soutiennent les politiques économiques semblent se caractériser, tout au contraire, tant dans leurs personnels et leurs instruments d’action que dans leurs fondements théoriques par une inertie et une capacité de résilience étonnantes.

Continuer la lecture de « Instabilités globales et ordres des politiques économiques »

Histoire de la Bourse

Paul LAGNEAU-YMONET, Angelo RIVA

La Découverte, 2012.

Créée par le pouvoir royal après la débâcle du financier John Law, puis démantelée lors de la Révolution française, la Bourse de Paris acquiert ses traits caractéristiques sous Napoléon : dans un lieu officiel, les agents de change, commerçants et officiers ministériels bénéficient, jusqu’au démantèlement amiable de leur corporation en 1988, du monopole légal sur les transactions boursières.
À l’aube du XXIe siècle, la Bourse de Paris, transformée en société par actions, s’associe avec ses homologues amstellodamoise, bruxelloise, portugaise et le marché londonien de produits dérivés. En 2007, cet attelage paneuropéen fusionne avec la Bourse de New York. Désormais, la bourse parisienne est la filiale d’un groupe transatlantique, lui-même coté en bourse.
Adopter une perspective diachronique aide à se défaire des représentations en apesanteur de la « finance » qui entravent l’analyse comme la critique. Ainsi, ce livre explicite l’entrelacs de contingence et de nécessité qui fait l’histoire économique et sociale de la Bourse de Paris et des activités boursières en France.

Continuer la lecture de « Histoire de la Bourse »

Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme

Benjamin Lemoine

Continuer la lecture de « Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme »

Argent public

Vincent Gayon, Benjamin Lemoine

Dossier: Argent public paru dans Genèses 2010/3 (n° 80)

 

Finances publiques, cotisations sociales, subventions, impôts ou encore monnaie… l’argent public connaît de multiples figures. Si, comme l’écrit Karl Marx, « dans le capital comme dans l’argent, […] des rapports sociaux déterminés se représentent comme des propriétés sociales « naturelles » d’objets[i] » (Marx 2008 : 293), il faut alors analyser les formes spécifiques de conflits et d’arrangements qui se déploient et se déposent dans l’argent public. La crise financière actuelle et ses prolongements offrent à cet égard un exemple criant de conflictualité autour de l’argent, et en particulier dans l’intrication entre « argent public » et « argent privé » : après être venus au secours des banques commerciales, les États se voient acculés à des plans de rigueur, sous la contrainte des exigences d’un financement de leurs déficits publics auprès des marchés financiers. L’État et le marché y signalent une nouvelle fois leur interdépendance historique, comme avaient pu le montrer Karl Polanyi, Fernand Braudel ou Georges Duby pour d’autres périodes (plus récemment Théret 1995). Continuer la lecture de « Argent public »